Le retour

11 septembre 2017

Le petit village d’Oqaastut est déjà dans mon sillage, en transit à Ilulissat, les avions , qui d’avance ont déjà du retard ,vont me mener vers une autre cabane, où je vais retrouver avec joie tous mes potes, ma chérie et peut être encore de la chaleur. Darwin disait: Ce ne seront pas les plus forts, ni les plus riches qui survivront mais ceux qui s’adapteront.  Cette leçon est ma devise depuis bien longtemps alors je vais m’adapter à une existence méditerranéenne, le soleil, l’eau de mer chaude et le monde un peu partout, mais c’est aussi ça la vie, alors j’y vais en chantant. Ce soir le temps me manque pour vous dire merci de vos messages, de votre soutien, régulièrement vos missives m’arrivaient par mail satellite, cela me faisait souvent sourire, cela me réchauffait quand la solitude et le vent du nord me glaçait les os,  je suis heureux et fier que cette aventure fût aussi un peu la vôtre. De ma cabane en Corse je vous ferais un petit briefing de ces 3 mois passés en terre Groenlandaise.

Takuss

Tikilluarit

21 avril 2014
Survol de la mer encore gelée...

Survol de la mer encore gelée...

Tikilluarit*

(Bienvenue*)

Si les voyages forment la jeunesse, ils inspirent le poète, ils happent le rêveur, ils envoutent l’aventurier à cloche pied. Le vol pour Kangerlussuaq est en retard, peu importe le nomade est partout chez lui, alors ici où ailleurs ces détails ne l’effleurent même pas. Mes voisins attendent, je crois que je fais parti du lot, leur langue ? Le kalaallisut ; un parlé inédit. Adieux « latinerie », langue orientale, les mots claquent au fond du palais, les phrases sont toute englobées, impossible de comprendre le moindre sens. Imaginer, il ne me reste plus que ça pour être là, je ne serais jamais l’un d’eux ; c’est tellement difficile d’être soi-même. L’île d’Apoutiaq est en face mais comme le dit le proverbe groenlandais : seuls la glace et le temps sont maîtres. Depuis des milliers d’années ils ont vécu en totale autonomie, la météo ils en ont fait un jeu de patience, l’homme ici a gardé sa part animale, les prévisions ne sont qu’une invention de blanc qui veulent toujours tout gérer, ici seul le présent compte, c’est très certainement pour cela que je suis à mon aise. Là-bas c’est le pays du silence, les conversations ont un ton apaisant, la langue n’est pas violente, un air de toundra semble envahir mes oreilles. Je pense à mes aïeux, j’imagine les leurs, un abysse nous sépare. Mon chez moi, la méditerranée, source de guerre depuis la nuit des temps, ici Kalaallit Nunaat, l’un des rares pays qui n’a pas d’armée. Si le combat est une essence essentielle pour l’homme, à mes yeux il se trompe trop souvent d’adversaire, le seul ennemi à jouter est sa part obscure. La bagarre ici n’existe pas, nanouk veille aux querelles, le blizzard cadre le rebelle, le froid coupant tord le combattant des ombres. Mon frère de glace est de l’autre bout de la mer, il me tarde de l’étreindre, nous avons quelques jours pour nous retrouver, pour faire ses silences qui mènent aux rires mystérieux. De grâce faites qu’une carte ne nous tombe pas sous les yeux, la pointe d’un crayon dérobé dans une chambre d’hôtel d’aéroport nous mènera sur quelques fjords oubliés, sur des baies archéologiques abandonnées. Peut-être nous y découvrirons une nouvelle route pas encore empruntée, et si nous retrouvions par hasard les vestiges de la flottille de Leif, fils d’Erik le Rouge, découvreur de la terre promise. Voilà chers amis, le carnet de voyage reprend du sens, l’essentiel va devenir compagnon de route, dans quelques jours l’équipe du Défi Polaire va poser le pied ici, sur la plus grande île du monde, en attendant sans le moindre bruit je vais de nouveau ouvrir la porte d’un rêve de gosse.

Inuulluarit*

(Aurevoir)*

Dans les pas du général Massoud (la suite)…

9 octobre 2013
Aussi belles que fragiles, l'automne aussi à sa tendresse...

Aussi belles que fragiles, l'automne aussi à sa tendresse...

En cette nuit sombre et humide deux petits points lumineux avancent en silence, deux hommes apaisés et ravis de l’instant présent n’ont plus besoin de causer, leurs âmes errent dans l’infini des étoiles. Quand le jour sera sorti de sa léthargie automnale ils auront déjà parcouru beaucoup de sous-bois et franchi encore un ou deux torrents… Que vous dire de ces jours partagés, comment décrire nos échanges, quand deux solitaires se rencontrent, les mots deviennent inutiles. Nous avons crapahuté, ensemble, nous avons découvert de nouveaux passages vers des vallées inconnues, le feu du soir qui réchauffe les mains et les cœurs nous a permis de nous livrer. Du pont du porte-avion Foch aux montagnes afghanes sous l’occupation soviétique, nous avons mélangés nos maux. Lui aussi a perdu un membre, pas de son corps mais de sa famille. Le membre fantôme nous rend visite régulièrement à nous de savoir l’accueillir sans trop vouloir y donner une raison. Des « Choses » inexplorées, nous avons causé, questions universelles : mais qu’ y a-t-il après la mort, pourquoi les souffrances sont vécues comme des injustices… La forêt enchantée donne libre cours à nos sixièmes sens, et si les esprits existaient vraiment et si là-bas dans les étoiles il y avait de la vie comme ici, pourquoi serions-nous les seuls privilégiés. Nos réponses nous appartiennent, les « autres » ne peuvent plus comprendre, ils n’ont plus le temps, le rationnel et le sablier du temps qui passe ne laisse plus l’esprit vagabonder vers le surnaturel. Stéphane créateur du magazine Inexploré ne se laisse pas envahir par l’enthousiasme débordant de certains récits, le passé de reporter de guerre sont ses images de références, il décortique, analyse avant de rédiger ses pages. Des faits étranges non conventionnels nous croisent régulièrement mais les religions inventées par les hommes les jettent aux orties, si par hasard un scientifique laisse filtrer une information surnaturelle il sera rappelé à l’ordre. Curieux de nature, je lui ai causé de cette présence que j’ai eu pendant ma descente du fleuve Yukon, (voir dans mon dernier livre), je me sentais en proche relation avec une vieille dame qui m’accompagnait dans mes solitudes des plus profondes. Imagination pour les plus rationnels, guides spirituels pour des plus initiés, j’ai ma petite idée, lui aussi… Plus que des mots je vous joins quelques belles photos qui je l’espère vous feront voyager l’espace d’un instant.

Une soirée débat entre Stéphane et moi sera organisé le 17 décembre à Paris XVII 118 Bd Malherbes à 20h30 réservation en ligne sur le site de l’INREES… (Mon cachet sera reversé en intégralité à Bout de vie)

Et si c'était une âme tourmentée dans une racine!

Et si c'était une âme tourmentée dans une racine!

Un cerf se cache derriere cette écorce...

Un cerf se cache derrière cette écorce...

Loin des chemins tracès par les autres nous sommes devenus les explorateurs du temps présent.

Loin des chemins tracés par les autres nous sommes devenus les explorateurs du temps présent.

Derrière les nuages la lumiére, une sorte de refrain eternel...

Derrière les nuages la lumière, une sorte de refrain éternel...

Deux tragédies, deux hommes et pourtant nous sommes libres et heureux.

Deux tragédies, deux hommes et pourtant nous sommes libres et heureux.

Départ pour une expédition un peu particuliére…

1 juillet 2013
Cette semaine nous avons partagé nos nuits à nous confier, le frére que je n'ai jamais eu ...

Cette semaine nous avons partagé nos nuits à nous confier, un frère que je n'ai jamais eu ...

La saison 2012-2013 va bientôt s’achever, pour conclure en beauté samedi 6 juillet je signerai mon dernier livre à partir de 18h sur le quai fermé à l’occasion du port de Porto-Vecchio pendant le week-end littéraire, puis ce sera le temps d’une retraite. Je vais me couper du monde des fourmis qui « fourmillent » pour me poser dans une partie du monde secrète pendant 35 jours, je n’aurai aucun lien avec l’extérieur, pas de téléphone ni internet. Vie d’ermite pour faire un point, pour vider le trop plein et me remplir d’énergie positive. Depuis mon arrivée d’Arcticorsica le 6 octobre, j’ai ouvert pas mal de sentiers en friche et bien-sur même si les routes en me retournant me semblent belles et faciles j’y ai laissé quelques plumes. C’est formidable d’être médiatisé mais cela n’attire pas que les ondes positives, plus personnes ne prend le temps d’écouter et d’analyser les messages passés, les demandes arrivent les unes derrière les autres, mais pour beaucoup elles sont hors sujet. Bout de Vie est une association pour personnes amputées et elle ne peut se dévier de son chemin. Cela me déchire le cœur mais si le cap n’est pas maintenu le navire chavirera, alors j’ai appris à refuser les multiples propositions. Dimanche matin je pars pour un voyage de l’intérieur, le corps sera figé pour laisser l’esprit voguer, plus de kilomètre à courir contre vent et courant, pas d’ours à affronter à main nu, mon combat sera contre moi-même. J’ai besoin d’écrire, de me confier noir sur blanc,  ma vie parait un rêve quand on ne me connait que de loin mais mon intime est profondément blessé par certaines rencontres qui m’ont saigné au plus profond de mon cœur. Nous sommes 7milliards et la cohabitation est souvent compliquée. Je vais m’offrir ce qui sera un grand luxe bientôt ; la solitude et le silence. Dans mon sac étanche, j’amènerai quelques lectures qui seront des escales dans ma croisière du temps qui passe. Grew Owl sera un maître de stage de survie, l’air du grand Nord me confortera dans mon choix de vie. Jean-Jacques Rousseau une sorte de prof de vent contraire, il avait déjà compris que l’île de beauté était aussi une terre de liberté, Platon m’amènera quelques mézès de l’esprit, je vous rassure je n’en prendrai qu’avec discrétion, je crains d’être cuisiné, surtout à l’huile d’olive grecque ! Le petit sauvage d’Alexandre Jardin me rappellera le temps de mes premières lectures. Cabane en Sibérie de Sylvain Tesson sera mon chouchou, je crois qu’à la dixième lecture je vais enfin pouvoir me désintoxiquer. Pour conclure un guide des plantes de la région qui m’hébergera, je trouve qu’il est toujours bon de connaître le nom des âmes qui m’hébergent.

Mi août je reprendrai mon bâton d’aventurier à cloche pied pour faire parti des membres du jury du film d’aventure des Diablerets en Suisse dans les alpes vaudoises, si vous passez dans le coin on pourra toujours se partager une raclette !!!

Du 8 au 13 septembre 13 ème stage de plongée Bout de Vie, du 16 septembre au 20 septembre avec Jérome Tant et Dume Benassi nous rejoindrons par étape le cap Corse à Propriano en vélo puis à partir de la fin octobre reprise des stages de survie…

Je vous dis à très bientôt et que Dieu vous prothèse !

Le voyage immobile…

12 mai 2013
Ce n'est pas le temps qui passe, c'est nous qui passons...

Ce n'est pas le temps qui passe, c'est nous qui passons...

Je me souviens de cette conversation intime avec Sylvain Tesson, sa vie d’ermite sur le bord du lac Baïkal l’a à tout jamais transformé. Captant ses paroles, j’essayais avec mes propres images de référence de m’y transposer. Je ne suis pas au fin fond d’une région sibérienne mais dans une rare vallée corse encore et totalement isolée. Pas de route, pas de réseau ni hameau et encore moins de sentier. Ce coin paumé tant rêvé je l’ai enfin trouvé, ma cabane est une tente lapone, le torrent se moque bien de mes états d’âme, il suit son cours sans jamais quitter son lit. Cette histoire m’inspire, vivre le voyage immobile, un défi des plus fou à réaliser. Comme Sylvain, j’ai parcouru le monde sans jamais m’arrêter, pourquoi l’aurais-je fait ; il y a tellement de choses à voir. Mais vous connaissez ma devise, quand deux chemins se présentent à moi je choisis toujours le plus difficile. Véro m’a accompagné jusqu’au bout de la piste, je la vois s’éloigner en 4X4, je dois prendre le maquis, retrouver une sente qui me mènera au départ d’un début de voyage immobile. Ce soir je n’aurai pas à pointer sur la carte ma longitude et latitude, pas d’immense feu à allumer pour éloigner les prédateurs, ce soir je dois laisser le vide m’envahir. Une panique, me prend, il faut que je bouge, il faut que je consomme du kilojoule, la tétraplégie complète me bouleverse. Je pourrai aller gravir la montagne d’en face, pas de piste que des ronces et des murs de granit, je pourrai monter quelques murailles de pierres sèches, des pièces dépassant le quintal me défient du regard, pourtant il faut que je commence mon voyage. Une sorte de mise à mort de mon vivant ! Le passé prend du volume, je peste, c’est moi qui aurais dû chanter : Non rien de rien, non je ne regrette rien. Si un piaf sifflote devant ma fronde je le plume ! Nous sommes 7 milliards et chacun fourmille ; tout le monde court contre le temps, mais lui, il reste c’est nous qui passons. Je suis mal, je suis en manque, je veux ma dose, je dois faire un truc, bouger quoi. Aucune chance de me confier au téléphone, pas de 3G pour un simple mail, la connexion n’est qu’avec le maître des lieux ; l’écorché vif qui sommeille en moi. Je me dépouille, je dois tenter le passage de ces rapides du temps qui passe. La vie est une roue, un cercle souvent repris par les religions  de « l’omo-speedus », je ne veux pas, je ne dois pas, et si je tentais la spirale, celle qui monte sans fin. Je dois devenir dingue, le bruit du torrent me berce, m’envoute peut-être, je ne sais plus si je dois continuer ou arrêter. Le compte à rebours, lui ne cesse jamais. Un jeu cruel serait qu’un génie nous dépose notre avis de décès daté, les règles du jeu seraient faussées, la fin du voyage annoncé. Ici au pays de l’immobilisme, il faut qu’équilibre trouve sa place, le mot me plait il est composé de libre, mais que veut bien dire « équi » ? Equi tation, équi valent, « et qui » tu es toi, pour m’embrouiller autant ? L’écran, anesthésie le tête en l’air, plus de place au vide, on vit à cran, la réflexion est dans le couloir de la mort, peine capitale pour qui ose la pause. Un seul maux, pourquoi ! Pourquoi, quoi ? Mais pourquoi tout, c’est si simple. Quand nous naissons nous sommes condamner à mourir, le mot définitif devrait être amputé du dictionnaire, tout est éphémère. Je ne trouve plus mon chemin, je m’égare, le voyage immobile demande une grande concentration, tout est là pour me distraire. Le mal rode, il veut ma peau je le sais, je vois «  pourquoi » en tenue camouflée, je les entends ricaner : On le prend par surprise mais il nous le faut vivant. Puis le temps me sourit, je trouve une oreille sérieuse à qui me confier, tient le bruit du torrent n’a plus la même mélodie. Mon corps est statique mais chose incroyable, mon esprit le devient aussi…

Cinq jours ont passé, c’est déjà du passé, je ne me suis pas laissé dépasser, s’en est assez. J’ai compris je ne suis pas entrainé pour ce type de voyage, il va falloir bosser, travailler l’isolement, habillé un peu l’écorché vif et retenter le voyage du temps qui passe…

Je vais quitter provisoirement la spirale pour rentrer de nouveau dans le cercle, ne me demandez pas de suivre le flux du courant c’est assez compliqué de tourner en rond !

Carnet de voyage d’un homme libre…

25 mars 2013

A chaque signature on me demande à quand le prochain!!! Je vais rester le pied sur terre et aurais envie de vous répondre: pour l’instant ce ne sont que des écrits, rien de concret avec le protocole d’édition. Donc entre vous et moi un petit extrait de ce que pourrait être le prochain livre… Bien sur vos critiques sont les bienvenues…

Page 38/

Invité sur terre :

Au fond, c’est ça la solitude s’envelopper dans le cocon de son âme, se faire chrysalide et attendre la métamorphose, car elle arrive toujours.

August Strindberg

Le baromètre qui chute et rien qui ne se passe, ce n’est pas normal ! Je marmonnais ça dans ma parka depuis quelques jours mais cela me semblait louche. Ouf, me voilà rassuré, le coup de vent est bien arrivé. De grosses rafales et une forte pluie m’ont fait prendre la sage décision de ne pas m’engager en mer ce matin. Découvrir ses limites, d’accord, les dépasser jamais. Emmitouflé dans mon duvet, j’apprécie la pluie qui tapote la toile, je mets la radio Mix Megapol, une sorte de Nostalgie Suède avec une touche d’Energie, mais Frankie goes to hollywood ou les Queens ne valent pas la mélodie de la tourmente qui m’enveloppe, alors je coupe. La différence entre la musique et le bruit, l’émotion qu’elle nous offre… Seul sur un îlot de 100X400 mts je suis devenu Robinson. Mais où est mon vendredi se demande Jo Zef ? Le temps prend une autre forme, une alchimie interne. Aucune information du monde qui s’agite ne peut m’ébranler, couper des hommes virtuels et non vertueux, je suis simplement, un petit « moi ». Ces moments sont des  privilèges immenses, ce n’est pas l’arrivée qui compte mais le chemin qui y mène et sur ma route ces arrêts tempête me ressourcent, me font cogiter. Il y a eu le minéral, le végétal, l’animal et enfin l’homme. Ce dernier et j’en fais parti, s’est parasité de millions d’indispensables, nous en sommes les esclaves. Le monde qui ne sait plus que conjuguer au futur a avalé, englouti le présent, le vide fait peur. Pourtant une bouteille pleine ne pourra jamais ramener l’eau de la source qui jaillit là haut sur la montagne. Le vent fait plier mon bivouac, mais je suis serein, heureux de pouvoir être cet habitant improbable du caillou si isolé. Ce voyage comme les autres est une initiation, un apprentissage infini, nous naissons pour mourir, mais ce laps de temps passé comme un éclair sur terre, pourquoi ???  J’aime ces colloques, j’en suis l’orateur avec comme seul public un moi attentif. Je décortique mes acquis (éducation, religion, niveau social, expérience…) La remise en question rend souvent furieux les hommes ; pourtant sans ce travail, l’âme s’éteint, le matériel ne prend plus le dessus, le pouvoir se retrouve amputé, on a jamais vu un naufragé se nourrir d’une une malle de dollars. Le conflit mène à la ruine, le dialogue à l’épanouissement. Alors je converse, je m’étale, je me scanne. Les zones d’ombres j’y rentre de plain-pied, je deviens l’explorateur des zones « inexplored » de mon intime vie. Comme tout en chacun j’ai mes fardeaux, la jambe en moins peut-être mais des amputations plus sévères, plus pervers, celles qui ne sont pas appareillables. Ces moments d’isolements me font apprécier à leur juste valeur les pourquoi et comment. Philosophe du caillou perdu, les plus grands penseurs n’étaient ils pas des écorchés vifs au passé si rude. Je me suis lancé dans des lectures redoutables,  bonhomme aux réflexions qui bouleversent et qui rasent le bon savoir. Mon analyse, moi qui ne suis ni philosophe et encore moins intellectuel : nous vivons dans un miroir, l’éviter est malsain au possible mais à l’improviste le reflet nous arrivera en pleine gueule, on ne peut fuir tout une vie, on ne peut se mentir sans se flétrir. La pluie continue de chantonner, les sternes de pêcher, le vent de virevolter, demain je reprendrai mon voyage, si et seulement si les Dieux du vent, des mers et des nomades le voudront bien… Je ne suis qu’un invité sur terre ..//..

Etre nomade c'est avoir la planéte comme chez soi...

Etre nomade c'est avoir la planète comme chez soi...

Quiétude de la solitude...

Quiétude de la solitude...

Et si c'était un de mes anges gardiens qui me rendait visite?

Et si c'était un de mes anges gardiens qui me rendait visite?

Bien sur un chapitre leur sera consacré... Il était une fois...

Bien sur un chapitre leur sera consacré... Il était une fois...

Au 100éme jour, la Méditerranée…

20 septembre 2012
100 jour que j'attendais ce moment...

100 jour que j'attendais ce moment...

Ce matin je ne fais pas le mariolle, je dois traverser le massif des Apennins ligure avec mon poids-lourd de vélo ; qui vivra verra !Je suis motivé, derrière la grande bleue m’attend. Je suis au fond d’une vallée très encaissée, autoroute, train et route nationale se partagent l’étroit lit de la rivière traversant les villages, un vrai capharnaüm. Un mémorial me rappelle que c’est ici qu’a grandi le champion Fausto Coppi, la route lui rend hommage. Je redoute encore plus la journée, il est rare qu’un grand cycliste s’entraîne sur du plat. Les montagnes rendent la vallée obscure, la route est jonchée de détritus, ce n’est pas un coin pour romantique. Je suis agréablement surpris, les lacets ne sont pas violents et j’arrive à garder une bonne moyenne. Je suis pratiquement seul, le gros du flux routier est sur l’autoroute qui dessert Genova. Au bout d’une heure trente j’attaque le col, une pauvre bosse de 2,5km/h que j’avale à 11km/h, je crois que je suis motivé !!! En haut, le village de Passo dei Giovi, un magasin a écrit en gros sur sa devanture : Chi cerca trova, (qui cherche trouve) ! Un clin d’œil de plus. Je cherche et je trouve à donner mon meilleur, à petit pas j’avance. J’enfile mon coupe vent couleur poussin valaisan et fonce vers la mer. Je suis prudent mais c’est tout de même grisant que de savoir que le Mare Nostrum est à quelques encablures. J’encourage, tous les cyclistes qui grimpent le massif à l’inverse de ma descente, je suis aux anges. La chanson Bel Ciao me vient en tête, je me mets à la chanter à haute voix, je n’ai pas le talent d’Yves Montant mais ses paroles me portent encore plus. Je me surprends à sangloter en même temps que je roule en roue libre, yes i’m a free man.

« Una mattina mi son svegliato, o bella, ciao! Bella, ciao! Bella, ciao, ciao, ciao! Una mattina mi son svegliato e ho trovato l’invasor…//… È questo il fiore del partigiano morto per la libertà!» »

A ma grande surprise j’arrive au centre de Genova seulement après deux heures de route, j’en avais prévu au moins quatre! Je m’autorise un arrêt café dans un bar au hasard où je peux mettre mon vélo à vue. Un expresso bien serré et une brioche, je l’ai méritée. La serveuse est curieuse, mon barda, ma dégaine, mon accent… Je lui raconte mon périple, elle me demande si à part l’italien je parle une autre langue. Drôle de question ! Elle entame la conversation en espagnole, je ne la maitrise pas comme la langue de Dante mais j’essaie de comprendre où elle veut en venir. Equatorienne elle a émigrée en Italie, plus précisément elle est née à Guayaquil. J’y ai posé mes pieds il y bien longtemps, à l’époque je pouvais dire mes pieds ! Le voyage en train jusqu’à Quito restera gravé à tout jamais dans mes souvenirs. 12 heures de montée dans les Andes avec une micheline tellement bondée que les voyageurs font le voyage sur le toit du wagon. Puis les Galapagos encore tranquille, il y a au moins trente ans. Liliana m’offre le café, une fois de plus en quelques minutes la magie du voyage a opéré… Je traverse le grand port ligure, un vrai bonheur. Je connais par cœur le coin, j’y ai fait escale à maintes reprises avec mon Cabochard, j’y ai été marin au pair pour une belle italienne. Ne vous inquiétez pas Véro connais Lucia, dans mon premier livre je lui rends hommage. Grâce à elle, j’ai compris que je pouvais réaliser et vivre mes rêves. Elle, la piémontaise, est venue dans le monde macho de la voile professionnelle une figure de la régate. Elle fût élue skipper de l’année par les journalistes des magasines spécialisées en voile, italiens. Pour un hiver j’étais l’homme à tout faire, elle faisait partie de l’équipage féminin qui avait gagné  la course de l’Europe, contre des : de Kersauson, Parlier et autres pointures… De son côté Autissier, Chabaud, Arthaud et bien d’autres formaient un équipage de charme mais de choc… Je reprends ma « pédalerie » le cœur léger. Comme tous les grands ports du monde, la foule est multiraciale, en quelques pas on change plusieurs fois de continent. Je suis prudent, la conduite ici est périlleuse, mais j’ai confiance. Je quitte la mégapole par le lieu où se déroule annuellement le salon nautique, il y a bien longtemps le Cabochard avait dû user de tous ses charmes pour empêcher le sacrilège de l’échanger contre un plus gros en « plastoque » ! Je pousse vers le Sud Est, au loin le promontoire de Portofino, il me coupe la route je vais devoir le gravir. 37’ en plein « cagnard » à 6km/h. En bas le cap de San Fruttuoso où une statue de Madone est fixée par -18mts, de l’Europe entière les couples de plongeurs viennent s’y marier, j’y ai fait des bulles. Vous voyez je n’ai plus le temps de déprimer…

Aujourd’hui cela fait 100 jours que je me suis élancé en kayak depuis l’océan Arctique en Norvège pour arriver en Méditerranée, 100 jours de doute, de volonté, de rire, de pleure, de partage, de solitude. 100 jours pour crier à tue tête : Yes i’m a free man.

PS : Je viens de faire gouter aux mascottes une spécialité locale, la farinata. De Nice à Menton et même à Bastia, elle porte un autre nom, on appelle cette galette de farine de pois chiche, la socca… Un vrai régal, mais un poil pesant pour le cycliste en effort !

A pluche !

Langsam, langsam…

29 août 2012
Un belle maison typique...Un beau vélo avec une roue neuve et costaud...

Un belle maison typique...Un beau vélo avec une roue neuve et costaud...

Grasdorf, encore un très bel accueil même si le coin est un peu tristounet. Le patron de la pension m’accompagne, il est très touché par mon périple, mon histoire et sa poignée de main en dit long sur ses sentiments envers ma croisade. Je dois me concentrer sur ma cheville, je dois être vigilant, pas d’à-coup et encore moins d’efforts inutiles. Ce matin elle est en voie de guérison je n’ai plus mal et l’hématome a franchement diminué. Je file tout doux vers le sud. La région devient vallonnée et les côtes se succèdent. Je prends mon temps, je me suis fait un choix de route calme et paisible. Loin des voies rapides qui sont de vraies labyrinthes à contourner. Je ne dois plus regarder mon compteur, la vitesse, la moyenne aux orties, je dois pédaler en douceur. Je dois rester concentré et souple. Je visualise mon tendon, je lui envoie du positif, je me masse en pensée. Au bout de deux heures de dénivelé pas la moindre douleur. Pourvu que ça dur. Pour ma pause café, je m’arrête dans une boulangerie d’un hameau sortie du temps. Maison à colombage avec une sérénité que je n’avais encore senti depuis mon arrivée en Allemagne. Je m’offre une sorte de crumble aux cerises avec un vrai jus de fruit. Je me sens bien, serein, la route m’offre une longue ligne droite en descente, je laisse filer. I’am a free man ou non ? J’arrive dans la petite ville de Bad Gandersheim, un claquement de ma roue arrière ! Oh non ! Je stoppe tout, encore un rayon de brisé !  Le bourg est imposant, je me doute qu’il doit bien y avoir un réparateur de vélo. Je tourne un peu en rond, ici personne ne parle anglais et quand j’ai le malheur de sortir le peu de germanique que je connaisse, ils se lancent dans de l’explication philosophique wagnérienne, en bref je suis paumé ! Finalement, il est là mon réparateur. Trois vélos au milieu de casseroles et épluches patates électriques, je ne suis pas sur du mécano en or. Il me reçoit mal et semble ne pas vouloir m’aider, je tente toutes mes cartes mais rien à y faire.  Auf wiedersehen et je reprends ma route avec un rayon en moins. Je suis à 22km d’une petite ville, je n’ai pas le choix c’est là ma solution. Je tente de ne pas me perdre dans mes pensées, le plus important est de ne pas réveiller ma blessure, alors, « langsam » ! Bien sur le seul village que je dois traverser est pavé à l’ancienne, je serre les fesses, pourvu que rien ne « pète » sur mon lambeau de roue. Finalement je me retrouve à Northeim sans problème et sans bobo au tendon d’Achille. Ce magasin me semble une usine à vélo, une chaîne de mécano et des bicyclettes de tous calibres. Le boss me répète ce que Mike m’avait déjà dit trois jours auparavant, mes roues ne sont pas assez costauds pour le poids que je transporte. J’abdique et met à la poubelle ma roue arrière pour une plus solide mais plus lourde, j’en profite aussi pour me faire changer le pneu avant. J’ai une petite pensée pour mes préparateurs bastiais qui m’avaient affirmé que ces roues étaient indestructibles, j’arrive les gars, j’arrive ! Encore une fois je tombe sur des gens très chaleureux et juste en face de moi je décrypte un panneau qui semble parler de clinique du sport !  Un peu plus loin une pension qui appartient un grand ami du marchand de vélo !!! Un plus un égal ? Je file à la « klinik », le médecin est dispo, elle m’ausculte la cheville, la gauche bien-sur… c’est plus fort que moi ! Pas de souci de déchirement, d’hémorragie et tout le tralala, juste un début de tendinite. Me voilà rassuré, vous aussi, ok on l’est tous. Je dois boire plus, c’est le cas typique d’une déshydratation. Mais je dois corriger une autre faute de ma part. Dans mes efforts quotidiens je dois prendre de la protéine mais mon erreur est que je me suis gavé de viandes rouges et charcuteries qui forment l’acide urique. Dans mon quotidien je suis quasiment végétarien et ce surplus de viande m’a irrité le tendon. On apprend tous les jours mon bon monsieur. Je vais tout stopper pour uniquement prendre des œufs, du poisson ou du jambon blanc. Donc je suis à Northeim dans une petite pension tranquille et vu que demain il annonce de fortes pluies je vais faire un break pour repartir de plus belle vers le sud après-demain… j’ai pris le temps de lire tous vos messages, merci du fond du cœur, vous êtes sacrément fidèles. Je vous embrasse bien fort, même ceux que je ne connais pas encore.

Le présent est cadeau !

Au revoir Nils Holgersson, dis aux oies que je reviendrai, promis !

24 août 2012

Une étrange ressemblance, vous ne trouvez-pas?

Une étrange ressemblance, vous ne trouvez-pas?

La légende de ce petit garçon, parti avec les oies découvrir son pays la Suède, est inconsciemment la genèse du raid que je réalise Arcticorsica. Déjà plus de deux mois que je suis dans cette grande contrée, deux mois que je rêve les yeux ouverts. On m’avait promis mauvais accueil j’ai été reçu comme un frère ou un fils, je me doutais de sa beauté et j’en suis encore sous le charme. Ce matin je démonte mon bivouac, je ne suis pas sûr, mais je pense que c’est la dernière fois que je le ferai sur la terre de Scanie. Je reprends la route, je dois retrouver la nationale 108 qui me mènera à Trelleborg. Les voies rapides ici sont des coupes gorges à cyclistes, je tente de bien rester sur ma droite mais je sens les poids lourds me frôler, le seul reproche que je peux faire à la Suède c’est leurs routes du sud, de vraies roulettes russes. 10 km de frayeur, je roule cap au sud. Le Danemark est rejoint par un pont immense et les îles qui s’en suivent ne sont que des morceaux d’autoroutes interdites aux vélos. La seule solution le ferry. Après 50 bornes me voilà en train de pédaler dans le port de commerce le plus sud de Scandinavie. Le comptoir de la compagnie est vide, une dame me voit débarquer avec tout mon barda et comprend que j’arrive de loin. Elle est chaleureuse avec moi, mon voyage l’intéresse son mari est journaliste, elle lui en touchera deux mots, elle me prend une photo. Il est à peine 9h, elle me demande à quelle heure je veux partir ? Le premier s’il y a de la place. Ok il part dans 40’ !!! Incroyable, quelle coïncidence, moi qui croyais encore devoir patienter je ne sais combien d’heures voir de jour, me voilà sur un beau ferry pour une courte croisière qui me mènera en Allemagne. Le port s’éloigne, la Suède va devenir un souvenir, j’y ai souffert, j’y ai douté, pleuré mais qu’est ce que ce pays m’a envouté et appris. Les gens sont comme j’aime, rudes, directs et sincères. Pas de blablas, de causeries inutiles. Quand j’étais plus jeune j’avais une phrase qui irritait les latins, je te regardais droit dans les yeux et balançais : Parle utile ! Ici c’est le cas, la rudesse de l’hiver a rendu les gens dégourdis, proche de la nature. En deux mois à leur coté j’ai compris combien ils savaient apprécier le moment présent sans les futilités que développent la facilité des régions du soleil. Encore un clin d’œil de la vie le ferry s’appelle Nils Holgersson, une manière de boucler la boucle. Le voyage est loin d’être fini, j’en ai fait 3000, il m’en reste 2000 !  J’aurais mis 64 jours pour rallier le point le plus nord au point le plus sud de la Scandinavie, je n’arrive pas à y croire le départ de Slettnes me semble tellement loin. Un gros morceau m’attend, l’Europe continentale, je vais tenter d’avancer au mieux et de mettre en application tout ce que j’ai déjà appris… Mais vivons le moment présent. Merci à toutes les personnes qui sans me connaître m’ont apportées confiance, chaleur, soutien et amitié, tack så mycket. I’m a free man.

A pluche !

Le lâcher prise…

13 août 2012
A Rome les oies gardaient le capitole, ici elles semblent proteger Immaqa.

A Rome les oies gardaient le capitole, ici elles semblent protéger Immaqa.

Depuis mon arrêt ici à Vaxholm je m’exerce au « lâcher-prise ».  C’est à dire, permettre au corps de s’exprimer sans aucune pression, l’autoriser à  se relâcher, exercice compliqué pour un hyper actif ! Pendant 42 jours je n’avais qu’un seul but, avancer quoi qu’il en soit. Respiration, méditation, nourriture et un minimum de repos, pour me donner les clés de la réussite. Le corps donnait son maximum en prenant soin de laisser de côté les futilités réclamées. J’ai atteint mon objectif mais la route n’est pas finie, alors il faut récupérer en profondeur. Depuis jeudi je me suis trouvé le bivouac de rêve, beau, silencieux et suffisamment près d’un village pour la consommation courante ! Mais le repos du corps ne venait pas, j’ai bossé dur, Immaqa avait des blessures sérieuses et la route est loin d’être finie alors j’ai réparé et improvisé avec les moyens du bord. Maintenant, Il semble sorti d’usine ! Du grand nettoyage de tout le matos, le réchaud en premier qui ne fonctionnait plus très bien et plein d’autres bricoles qui à la longue rendent les journées pénibles si tout cela ne fonctionne pas comme il le devrait. Mais le principal, mon corps, je ne lui avais pas encore permis le statique, le vide, le rien faire absolu. Mes anges gardiens l’ont bien compris, ils sont là pour m’aider, alors ils m’ont bloqué, séquestré ! Comment ? En m’infligeant une belle infection au genou. Quasiment impossible de marcher sans souffrir, le duvet devenait insupportable à peine il m’effleurait. Ok, je baisse la garde, je reste calme, je n’ai plus le choix. Le moral en chute libre, je reste allongé, et qu’est ce qu’on fait dans cette position ? On dort ! La fièvre se glisse dans mon couchage, j’ai froid, je peine à allumer un feu. Pendant deux jours tout me semble insurmontable, faire le petit kilomètre en kayak pour prendre une douche chaude me parait un océan à traverser ! Je ne me soigne qu’aux huiles essentielles et pommade maison. Après plusieurs cataplasmes de crème de plante Imperator valaisane (merci Chantal), mon abcès explose, mon genou enfin se vide de ce trop de fatigue. L’hématome dégonfle enfin, je reste sans bouger. Le reste du voyage me semble plus facile, la partie mer de la Toscane à la Corse sort de mes cauchemars, je la vois calme, belle avec une brise qui me pousse vers mon île… Ce matin le soleil est de retour, j’essaie la prothèse, les douleurs se sont enfin envolées. Je me sens d’attaque pour une petite balade de 3000km à vélo. Je viens d’avoir des nouvelles des jeunes qui sont bien arrivées à Lulea hier soir mais qui ont laissé les clés du fourgon dans l’un des sacs de soute. Grosse erreur de débutant. Les bagages n’ont pas suivi à Stockholm !!! Les compagnies se renvoient les fautes ce qui ne change rien au problème. La mode de notre société c’est de toujours renvoyer les erreurs au voisin. Depuis ce matin ils sont devant le comptoir SAS et à chaque arrivée d’un vol depuis Stockholm ils ont espoir d’y voir leurs bagages. Le plan B et C existe mais il m’en coutera beaucoup d’énergie. J’ai un double des clés. Si demain midi leur affaires ne sont toujours pas arrivées j’essaierai de trouver un système très rapide pour faire envoyer un double au jeune à Luléa ou sinon au pire je louerai une voiture pour faire les 1000km  jusqu’à Luléa et faire un  échange standard avec le fourgon et tout mon barda vélo. Sincèrement je ne voudrais pas  effectuer ce périple… Je croise les doigts.

Merci à vous tous qui soutenez ce projet, j’ai lu avec attention tous vos mots qui ont guéris mes maux durant ce difficile périple en kayak, un grand MERCI.

Comme me l’a soufflé Dume : Qu’il est bon de rien faire quand tout autour de soi le monde s’agite…

A pluche !