Kangia

16 août 2019

Le mouillage était plus que parfait, la joie de vivre est le lien de la bande Bout de vie, encore une nuit paisible et sereine. Il parait qu’en bas dans le sud, il fait chaud, il y a du bruit, que l’eau est stockée en bouteille en plastique et que les plages sont noires de monde. Je suis certain que c’est une blague,ce n’est pas possible !
Nous reprenons la mer vers le sud, quelques bouilles moustachues nous espionnent, une baleine par ci, une autre par là. Au sud de vilains nuages arrivent droit sur nous, un détail de plus qui nous laisse indifférent. Nous filons vers le fjord de Kangia, le plus grand déversoir d’icebergs de l’hémisphère nord qui depuis 2004 est classé patrimoine de l’Unesco. Les baleines sont là, elles semblent nous attendre. Un spectacle qui nous laisse sans voix. La Louise coupe son moteur, seul le chant des baleines rien que pour nous. Elles semblent vouloir nous conter de vieilles et belles histoires du temps où les hommes n’existaient pas encore sur terre.  Il est temps de reprendre la route pour contourner bien au large, les monstres d’icebergs. Vers 17h, nous trouvons le mouillage idéal, une autre baleine nous accueille. Juste entre vous et moi, je suis certain que cette croisière est guidée par des anges bienveillants. Le crachin rend la baie mystérieuse, le froid est saisissant, mais peu importe, nous allons débarquer pour explorer les hauteurs prisent dans la brume. Sans aucune consigne la marche est silencieuse. Nous voilà face au déversoir, c’est juste surréaliste. Chacun est face à cette immensité. Je sens beaucoup d’émotion,beaucoup de connexion. Les filles s’enlacent, pleurent certainement en douce, le moment est puissant. Soudain le grand frère que je suis leur demande de se retourner. J’ai envie de leur dire un « truc » : Ce moment il est à nous, rien qu’à nous. Ici on est ce que l’on doit être, c’est-à-dire pas grand-chose. On se moque de nos souffrances, parce que c’est elles qui nous on fait grandir. Ici on se moque d’une douche, d’un lit moelleux, d’un repas chaud. Ici tout reprend sa place car on est vivant et c’est ça qui compte. Quand, dans vos vies vous aurez encore des coups durs, vous vous souviendrez de ces jours passés ensemble où la Liberté nous a guidé, enseigné, nous étions devenus le vent, la glace, les nuages.
Nous reprenons la route, le silence est toujours là. Un peu plus bas par un autre passage, un amas de pierres attise ma curiosité. Entre les espaces, je devine un crâne. Cette sépulture nous glace, quelle sera son histoire, sa datation ?
Dans un trou de souris notre bon Dédé en annexe vient nous récupérer, ce soir surla Louise des femmes et des hommes libres savourent l’instant présent.

Takuss

Sous les icebergs…

15 août 2019

 Drôle de nuit pour l’équipage de la Louise, du vent violent a secoué le bord toute la nuit. Quelques icebergs sont venus nous percuter violement, rendant l’ambiance vraiment impressionnante pour les plus jeunes. Au petit déjeuner, c’est le silence nous ne savons pas si nous prenons le large. Les bourrasques ont bloqué notre route de glace, il faudra y aller tout doucement. Le vent accentue la sensation de froid, le poêle au fuel réchauffe le carré, les sourires sont là mais personne ne dit rien. Au bout de 5heures de forcing, nous sortons de ce piège de glace, en un claquement de doigt le vent tombe. Le soleil nous inonde, encore un sacré bout de vie partagé.
Face à un torrent costaud nous mouillons, la manœuvre est délicate mais le
skipper connait son boulot. Une longue manche à eau est installée, il y aura de l’eau en abondance à bord. Le déjeuner aura lieu en milieu d’après midi mais vu que le soleil ne se couche jamais cela ne nous dérange pas plus que ça. Vers 16h,les sacs de plongée sont sortis , c’est le moment de tenter la balade sous-marine au milieu des icebergs. Tout le monde est motivé, mais très concentré. Le briefing est strict, l’improvisation n’a pas sa place. Sur une immense plage de galets, je vois mon équipe se mettre en maillot pour enfiler les combinaisons étanches un de mes rêves se réalise. Ma passion est la plongée, je rêvais de faire plonger quelques jeunes en mer polaire, comme dirait Bastien avec humour : c’est fait. A tour de rôle nous partons toucher ses mastodontes de glaces, par jeu certains monteront sur un glaçon plat, le rire nous empare… Vive la vie même avec un bout en moins.
Takuss

Seuls au monde

13 août 2019

Si cette nuit fut salutaire nous la devons à cette petite crique bien protégée de ces mastodontes de glaces qui nous entourent.La sensation de solitude est immense,nous avons l’impression que le monde des «autres» a disparu.Le silence est indescriptible,les jeunes,accrocs de musique ont lâché leurs écouteurs pour s’imprégner de ce moment fantastique.Nous débarquons à terre pour chercher un promontoire,le passage sera compliqué,de là haut nous pouvons nous en faire une idée.J’ai embarqué une caméra,peut-être qu’un court métrage verra le jour, immaqa !Je filme le silence, la magie du Grand Nord est abstraite comment trouver le bon angle pour pouvoir le partager.Les jeunes le savent et l’ont compris, ce qu’ils vivent là ne sera jamais racontable, photos,films,texte, soirée au coin du feu, rien ne pourra donner ce qu’ils vivent au bout du monde.Sur notre colline minérale la langue de la calotte polaire apparait, à vol d’oiseau elle doit être à moins de 3000 mètres.Entre notre mouillage et elle de la glace à perte de vue, le passage semble compromis.Nous formons un cairn,chacun y mettra sa pierre, son histoire, ses blessures.Nous sommes si petits, si fragiles ici mais tellement unis.
Nous levons l’ancre pour tenter le passage.La Louise de ses 40 tonnes pousse la glace qui explose sous son poids,mais nous comprenons que la tache sera mission impossible.Je monte dans le nid de pie situé à 7 mètres du niveau du pont.Nous devons faire demi-tour,le bouchon de glace est infranchissable.A 2 nœuds,nous revenons sur nos pas,les plaques d’icebergs sont denses,le bruit dans les entrailles de la Louise est surréaliste,elle vibre de tous ses sens.Nous tentons le passage par la partie ouest de l’île moins exposée au flux de la glace.Le but serait de rejoindre la base de la calotte polaire.Malgré le froid,tout le monde est sur le pont,pas de blablas inutiles,pas de rire en trop,la petite bande bout de vie est subjugué par cette navigation chaotique.Mes pensées s’envolent à ma dernière expédition kayak en solo sur cette même côte dans les mêmes conditions.La souffrance et le froid étaient mes compagnes de baroude.Le soir quand je me refugiais sous ma tente dans mon sac de couchage,je rêvais de partager ces moments avec des personnes de mon association.Le rêve est en train de se réaliser.
On parle souvent de chercheurs en évoquant les régions sauvages polaires,
aujourd’hui à bord de la Louise ce ne sont pas des chercheurs mais plutôt des trouveurs qui s’ouvrent à une vie différente.Découvreurs de nouvelles limites,découvreurs d’un océan de possibilités.En rentrant chez eux ils enverront bouler ceux qui leur diront qu’ils sont courageux,que c’est formidable ce qu’ils font.En rentrant chez eux,ils auront dans leur sac de voyage des clés pour aller encore plus loin,encore plus haut,encore plus fort.De grâce,réveillez vous,ils vont revenir plus fort pour vous botter les fesses,ils ont compris qu’on en avait qu’une seule de vie…
Takuss

Dans les glaces

12 août 2019

Ce matin nous étions au mouillage face au petit village de Qeqertaq,le groupe
électrogène en panne rendait le hameau d’une centaine d’habitants silencieux.Un gamin est venu à notre rencontre avec une musique de Rap qui sortait de son smartphone.Un jeune de moins de 10 ans un peu particulier, provocateur à souhait,chose absolument inédite pour le Groenland.Pas du tout impressionné par ceux qui avaient leur prothèse à vue,il nous regardait droit dans les yeux,sans jamais les baisser.Bastien est allé danser avec lui.Paradoxe de ce pays complexe et pourtant si attachant.Le cliché du chasseur avec sa lance et son kayak est bien révolu mais toujours à porté de pagaie.De retour à bord nous levons l’ancre pour commencer à nous approcher de la calotte polaire.De plus en plus la glace est dense,mais la Louise est conçue pour affronter ce style de situation.Tout le monde est en mode d’observateur.Peu de gens ont la chance de louvoyer sous ces latitudes.Les chocs par moments sont forts et secoue notre goélette dans tous les sens.La température chute pour s’approcher des 5°,l’ambiance devient vraiment polaire.Au bout de 5 heures de navigation,la glace s’agglutine rendant la navigation plus engagée. Il nous faut trouver le bon passage.Soudain un bout d’iceberg plat donne l’idée à Thierry de s’en approcher pour déposer Bastien.L’opération est délicate mais possible.En toute sécurité notre aventurier est sur cette plaque de glace, encore un beau moment d’émotion…
Au moment où je vous écris ces mots nous naviguons encore,le mouillage prévu est encore loin et la glace de plus en plus dense…Tout l’équipage Bout de vie vous embrasse.Demain j’essaierai d’être plus explicite.
Takuss

Baignade à Tartunaq

11 août 2019
 

 

Pas un bruit, pas une ride sur l’eau, l’océan Arctique est vraiment généreux avec nous. A une encablure de notre mouillage, une immense plage de sable gris. En toute confiance deux renardeaux polaires tentent de dépouiller une carcasse de phoque. Un simple rappel pour nous, les passagers de la Louise, qu’ici l’existence n’est que survie. Devant nos bols de céréales, nous débattons sur le programme de la journée. Le plan est conclu,nous descendrons à terre pour aller explorer ce bout du monde. Mais l’équipe est prête à bien plus qu’une simple randonnée, ils ont la volonté de tenter une nage polaire en simple maillot de bain. Les premières à avoir décidé de cette expérience , sont Lara et Elia, les autres par dépit ou provocation suivront le mouvement. Ils doivent tout prévoir, je serai juste là pour leur sécurité. Christian, que j’aime appeler le capitaine du drakkar est le mécène de cette aventure et bien sûr il fait partie de l’équipage.
Je vois souvent dans ses yeux beaucoup d’admiration pour ses jeunes prêts à en découdre avec leur nouvelle vie. Souvent les « autres » les définissent de
courageux, vous ne pouvez pas savoir comme cela les agacent, les irritent. Ils ne sentent pas courageux mais juste vivants. Avant d’embarquer sur l’annexe pour rejoindre la terre ferme,  j’emporte un seau et une écope, cela sera le petit plus pour la sortie du bain. Là-bas au bout de la plage un cours d’eau se jette dans 9l’océan, de l’eau douce pour se dessaler. Dédé le second retourne à bord, le silence nous saisi, l’immensité nous donne le frisson, nous ne sommes rien. En silence,nous suivons les striures causées par la marée. En abondance des traces de renards et de rennes pas un seul pas d’homme. Nous y voilà, le cours d’eau délimite la zone de baignade. Lara la première se déshabille, elle sourit mais nous la sentons concentrée. Sans ciller, sans trembler, elle marche au ralenti dans l’eau, soudain elle stoppe sa marche et s’immerge dans une eau à 4 petits degrés.
Pas un rictus, elle sourit, ca y est elle réalise son rêve. Elle nage, elle ne
veut plus sortir de l’eau, elle comprend des choses. La douleur, le froid ne sont que des informations à nous de ne pas leur donner trop d’importance. Le corps en fusion elle sort de l’eau, le seau est rempli d’eau douce un peu plus chaude que l’océan, elle se dessale pour laisser la place aux autres. Puis ce sera à Elia,qui toute seule découvrira la baignade en eau froide puis Bastien, Jean-Luc et Maxence. Christian et Louane ne sont pas prêts, ce sera peut-être pour une prochaine fois. Tous les nageurs sont ravis, émus de ce moment de grâce. Mais un défi en appelle un autre, un sommet semble narguer le groupe, ils partent à son assaut. De la plage je regarde le groupe, la pente est raide, compliquée d’accès,que le Diable se tienne tranquille mes vaillants chevaliers lui couperont la queue en atteignant fièrement le sommet. En attendant leur retour, Elia et Louane m’aident à bâtir un foyer de fortune et récolter des branches mortes de camarines, nous allons faire cuire des moules sur une pierre plate…
Nous reprenons la mer pour nous rapprocher de la calotte polaire, la mer se
charge de glace, la température chute, l’aventure continue.
Takuss

Village abandonné de Qulissat

10 août 2019

Pas une ride, la mer est d’une tranquillité que seul le Grand Nord sait offrir.
Le petit-déjeuner sera pris en mer, la journée va être une longue navigation. Les icebergs nous observent, savent-ils qu’à bord certains sont en sursis ? Ce qui est certain, c’est qu’ils se moquent de nos bout en moins. A travers le hublot du cockpit, bien au chaud, un bol de céréales nous réchauffe un peu. Soudain sur notre bâbord, un troupeau de phoques capuchons nous observent, espiègles, mystère de la nature leur museau possède une poche qu’ils gonflent en cas de danger ou d’excitation. Un peu plus loin un bébé phoque annelé se prélasse sur un bout d’iceberg à la dérive, aura-t-il déjà vu des hommes ! Le ciel est d’un bleu azur pur et cinglant, le pont de La Louise devient l’espace d’une matinée une aire de bronzage. Seul le ronron du diesel casse l’immensité de ce lieu. Chaque iceberg a sa forme, son histoire. Nous imaginons son destin, sa route.
Certainement c’est un de ses aïeuls qui a rencontré le Titanic. Le GPS nous
indique que la latitude 70° nord vient d’être franchi, le Pole Nord n’est pas si loin que ça.

Nous déjeunerons en mer, l’océan arctique est toujours clément. Vers
14h, l’ancre est mouillée devant le lieu dit Qillulisat. Devant nous, une centaine de maisons multicolores se dressent, comme beaucoup d’endroits au Groenland ce village est abandonné. Dédé le second nous débarque, mais il y a du monde.Quelques maisons sont en ruines, mais d’autres arborent encore une belle prestance. En haut de la piste en terre un homme s’approche de nous.En anglais nous communiquons, c’est une équipe de géologues qui prélèvent quelques pièces uniques. Ils nous invitent dans la maison communale qu’ils utilisent comme camp de base. Sur une vieille table une pile de vieilles photos tentent de nous raconter le temps jadis…
Nous continuons notre visite vers l’ancien hôpital, tous les carreaux ont été
brisés, la vision est étrange. Le plancher est en ruine, les pièces dévastées.
Dans une salle, nous trouvons une ancienne salle de radio, les jeunes joueront les apprentis médecins, les fous rires inondent le village fantomatique. A vu de nez,nous sommes d’accord pour estimer à 300 individus ce lieu qui était une mine de charbon minéral. En 1970, l’exploitation a du être fermée pour manque de rendement, le village fut abandonné. A notre retour, nous croisons une autre personne qui s’empresse de nous causer. Ce vieil homme est arrivé ici en 1947,son père était médecin du village. Il nous raconte sa vie ici, un vrai film des temps anciens… Depuis 15 ans,il vient seul chaque été,passer 3 mois dans son village, mystérieux destin!Il est temps de retourner à la plage, nous devons reprendre la mer pour trouver un mouillage sécurisé…. Devant un thé fumant et quelques biscuits, nous échangeons sur cette visite, plus qu’étrange… Entre les icebergs nous louvoyons, la vie est vraiment belle au pays des Niviarsiaq…
Takuss

Premier jour de mer vers Qeqertassuaq

9 août 2019

 Le brouillard est encore présent ce matin dans la baie face au village qui semble fantôme. La fine équipe Bout de vie est en pleine forme, le petit-déjeuner est le bienvenu pour la longue journée de mer qui nous attend.       

La passe est en mode marée haute, avec prudence la Louise se faufile entre courant et cailloux. Sur notre bâbord au large, un immense iceberg nous salue, lui aussi fait route doucement vers le nord. La température est fraiche, la présence de beaucoup d’icebergs accentue le froid matinal. Pas un bateau, pas un mouvement sur l’eau ; seule la brise du nord nous accompagne. En eau profonde, la grande voile de 100m2 est envoyée, cela
appuiera la route sous moteur. Le brouillard va et vient, le slalom entre les cailloux demande beaucoup d’attention au second,Dédé ,qui est à la barre. Tout le monde est sur le pont mais le froid fera rentrer toute la belle bande dans le cockpit. Et dire que dans le sud c’est la canicule avec des milliers de bateaux sur l’eau. Au bout de 4 heures , nous voilà au mouillage à quelques encablures de l’ile de Qeqertassuaq au nord ouest d’Oqaatsut. L’annexe est mise à l’eau , 4 à la fois nous débarquons. Une immense plage sert de refuge à une bande d’oies qui du coup prennent le large. Il nous semble incroyable que sur des dizaines de kilomètres aucune maison, aucun village ne puissent exister. La brise est moins présente à terre du coup les brulots en profitent pour nous harceler. La
toundra est spongieuse mais tout le monde marche joyeusement en silence. Une tombe abandonnée nous rappelle la difficulté de survivre en ces zones.
Ici tout est éphémère. Sur la plage des milliers de traces d’oies nous font comprendre que nous sommes en trop ici. Les vents du sud érodent le rivage et de ci de là des pierres rondes semblent des énigmes géologiques. Avec Bastien, nous nous amusons avec une partie de pétanque polaire en utilisant
ces cailloux absolument sphériques… Pour conclure notre rando nous allumerons un petit feu histoire de se réchauffer… Louane et Lara m’ont fait une confidence ! Elles n’avaient jamais osé pratiquer la randonnée, je crois qu’en rentrant elles vont s’y mettre…
Takuss

Pour commencer 2019 du bon pied…

5 janvier 2019

Bout de vie rentre dans sa 16ème année, il me semble que c’était hier qu’avec une poignée de potes on l’a créée… L’année 2018 fut une fois de plus, riche en rencontres, en stages, en confidences. La semaine de mer reste le fil rouge immuable de l’association. Pendant ces jours de voile, les participants se fondent dans un environnement qu’ils n’auraient jamais pu découvrir de cette manière avant leur amputation. Sur le magnifique catamaran Nomade, skippé de main de maître par Christophe, nous avons caboté le long des côtes sauvages de l’extrême-sud de Corse. Une semaine où chacun a donné de son meilleur, où chacun a puisé dans ses limites pour découvrir sa nouvelle vie.  Au programme : apnée, kayak, voile, plongée sous-marine, le tout sous les projecteurs du très célèbre magazine télévisé Thalassa.  La soirée d’anniversaire fut remplie d’émotion, d’échanges, quelle belle fête! Francis Lalanne avait fait le déplacement pour l’occasion, au côté de Daniel Vincensini, leurs chants nous faisaient rêver à la « maison du bonheur ».

Perdre un bout de son corps est un choc d’une violence inracontable, indescriptible mais pourtant l’alchimie de l’existence, nous a remis sur pied pour avancer encore et encore. Les stages de survie maquis aussi sont une opportunité pour un public valide de se confronter aux contraintes d’une vie sous les étoiles avec le minimum. De temps à autre un éclopé rejoint le groupe pour apporter sa « boiterie » mais aussi sa force de vie. Un stage de survie spécial jeune, entre 15 et 25 ans eut lieu en plus de tout le reste. Là aussi la mixité valide, moins valide a marqué les esprits. Puis ce fut aussi le premier stage survie mer, là encore, un amputé en plus du guide, corsait l’aventure. Le programme était vaste et varié : découverte d’un milieu hostile, cohésion de groupe, gestion de l’eau potable, un beau programme pour souder une équipe formidable…

Bout de vie ce n’est pas que ça aussi, Bout de vie c’est aussi le Groenland où elle possède sa maison bleue.  Alors cet été, 6 jeunes se sont envolés pour vivre dans un village de 23 âmes sur la côte Nord-Ouest en baie de Disko. Perdu au fond d’un immense fjord, Oqaatsut a émerveillé ces aventuriers à cloche pied. Entre deux coups de peinture sur la façade de cette vieille maison, ils ont eu l’opportunité de naviguer au milieu des icebergs, des baleines et des phoques. La vie polaire se moque de la différence, les contraintes de vie tout là-haut, à 400km au nord du cercle polaire, sont tout autre qu’un mauvais regard ou d’une place de parking bleue volée par un imbécile. Là-haut, la vie est survie. Un faux pas, une faute d’inattention et c’est le carton rouge, c’est l’irréparable.  En ces quelques jours de baroude, j’ai vu les visages s’ouvrir. Chacun est allé chercher un « truc » qu’il n’aurait jamais trouvé ailleurs et tout ça, c’est grâce à vous les épaules de Bout de vie. Grâce à vous les mécènes, les sponsors, les donateurs de l’ombre, le parrain et président d’honneur Bixente Lizarazu.

Derrière tout cela, des heures à communiquer avec les nouveaux arrivants, avec les proches qui se posent des questions qui semblent sans réponse sur l’amputation. A rencontrer les scolaires, les universitaires, les entreprises, les festivals et les médias. L’Awards « Homme de l’année » m’a été remis par la très célèbre société Jaguar Land Rover à Paris, une pierre blanche de plus à la pyramide que nous construisons tous ensemble…  Donc 2018 est bel et bien terminé, que déjà 2019 offre de nouvelles opportunités de voyages, de stages et de rencontres… Un projet de Tour du monde à la voile en passant par le Groenland est en train de voir le jour, pourquoi ne pas rêver les yeux ouverts ? Pourquoi ne pas les réaliser, pourquoi ne pas y croire ?  La vie est un présent précieux, à nous d’en être les gardiens… Que 2019 soit l’année de la paix et de la sérénité…

Le grand voyage…

17 octobre 2018

 

 C’est à la suite d’un voyage de 4 années en compagnie de mon vieux bateau en bois le bien nommé Cabochard, que l’association Bout de vie est née en 2003. Depuis que j’ai dû me séparer de lui à grand regret, en 2017, une idée a germé !

La mer est un lien entre les peuples, les cultures et les rêves. Cette « odyssée » m’a porté vers le désir de partager ma vie si atypique. Depuis la création de mon association, de jeunes amputés sillonnent le globe à mes côtés en rêvant d’une vie debout. Bout de vie doit avoir son propre voilier pour un long voyage de partage. C’est d’une logique implacable.

Sa première longue escale sera le Groenland. L’hiver, la mer se fige, la nuit est permanente, la vie devient survie et les tracas prennent un autre sens. A quelques encablures de ce mouillage polaire, se trouve le hameau d’Oqaatsut de 21 âmes, où j’y possède une maison. Ce sera le premier périple de ce tour du monde de partage. Un été boréal verra des équipages de « boiteux » se croiser. Puis le bateau reprendra la route vers le sud pour poursuivre son grand voyage vers l’Océan Pacifique et boucler un tour du monde en plusieurs années. Plus qu’une aventure cela se veut un hommage à la vie, un pied-de-nez aux malheurs qui ne sont pas des punitions mais des défis à relever. Là-bas au large, la nature ne juge pas, elle vit.

Un leitmotiv me poursuit donc depuis ce jour funeste où je fus amputé.  A chaque projet dans lequel je me suis lancé, je me suis entendu dire : « Tu ne peux pas le faire ». Puis en me voyant insister, cette phrase retentissait : « Tu vas te faire mal, c’est trop risqué ». Et finalement quand j’y suis arrivé, les mêmes m’ont confié en boucle : « oui mais toi c’est normal que tu y arrives ». Ce projet commence à voir le jour, il est entreprenant, intrépide, osé, aventureux et hardi. N’est-ce pas le grand Sénèque qui disait : « le monde appartient aux audacieux »… Alors le voyage est déjà en route. Mon enthousiasme ne m’a jamais lâché, même au lendemain de toutes les catastrophes que la vie m’a affligées, je suis debout et je ne boite pas dans ma tête. Etre un Homme libre n’est pas donné à tout le monde, alors dans le sillage de ce beau bateau, des Femmes et des Hommes « abîmés » trouveront aussi leur chemin et appliqueront à leur tour le leitmotiv de ma vie : « tu ne peux pas le faire, tu vas te faire mal si tu continues, puis en réussissant ils diront oui mais avec toi c’est normal… »

En vous joignant à ce projet, vous offrirez un élan d’espoir à des « cassés » de la vie. Vous apporterez ce rayon de soleil qui fait du bien après la tempête. Vous et votre entreprise serez les témoins privilégiés de ces renaissances.  Plus qu’un mécénat, c’est un échange et un partage. Le journal de bord qui sera mis en ligne au quotidien sur mon blog fera naître un livre, puis un film dont vous en serez également les acteurs … Les liens sociaux seront le relais entre tous ceux qui ont osé le premier pas à bord et ceux qui n’osent pas encore. Le rêve de voyage est déjà un voyage disait le sage Marek Halter.

Le bateau est un monocoque en aluminium dériveur intégral capable d’être pris dans les glaces quand la mer gèlera et qu’il sera immobilisé pour un long hiver, sa taille de 15mts est un compromis pour pouvoir être manœuvrable seul et avoir la capacité d’accueil d’équipiers. L’équipage sera là pour épauler les manœuvres mais la réussite de ce voyage sera la facilité de vie à bord sans qu’il soit adapté pour autant. Les invités se relayeront à tour de rôle. Pour certains ce sera la première fois qu’ils mettront le pied à bord d’un bateau. Le perpétuel roulis d’un voilier est une épreuve de chaque instant pour une personne fraîchement appareillée.

Nous l’appellerons Niviarsiaq qui a une double signification en groenlandais. En premier lieu cela veut dire « jeune fille » mais c’est aussi le nom de l’épilobe à feuilles larges qui est l’emblème du Groenland. Niviarsiaq est surtout le symbole de la renaissance. Cette fleur boréale semble fragile, pourtant chaque année après un hiver des plus rudes, elle ressurgit pour offrir sa parure pourpre au pays de Nanoq (ours polaire en groenlandais). Ce bateau sera un acte de renaissance pour celui qui aura la chance d’y devenir équipier A chaque escale l’équipage changera, à leur tour en rentrant chez eux ils seront les messagers de l’espoir, à leur tour ils soutiendront les nouveaux arrivants dans le monde du handicap. Plus qu’une croisière ce sera un long voyage de l’intérieur où les questions sombres et irrationnelles trouveront leurs réponses.

Avant j’étais un voyageur solitaire, depuis je suis devenu un aventurier solidaire…

 

 

L’une de mes protégées à bord du voilier polaire Vagabond en escale à Ilulissat sur la côte nord-ouest du Groenland été 2015…

A la rencontre de France et Eric les armateurs du beau voilier polaire Vagabond...

Rencontre de France et Eric à bord du voilier Vagabond…

Conférences et rencontres…

28 septembre 2018

 

Une fois de plus je me lance dans l’aventure, ce n’est plus une expédition en solitaire mais une croisade de partage. Je pars sur une série de conférences pour offrir mon expérience et disséquer en public mes blessures qui sont devenues ma force. Les cachets de ces interventions seront reversés en intégralité à mon association Bout de vie. Je sors des locaux d’Airbus Helicopters où l’émotion nous a tous fauché, quel bonheur, quel privilège de recevoir autant de succès. Avant j’étais un solitaire porteur de maux, maintenant je suis devenu solidaire offreur de mots…

Le thème développé aujourd’hui était :

Se servir d’un échec pour une victoire :

L’échec ne doit pas obséder, facile à dire mais moins à réaliser. En étant focalisé sur l’échec c’est une spirale fatale qui nous entraîne vers le bas sans aucun enseignement. L’échec doit être considéré différemment, c’est un maître d’enseignement et non une flagellation. L’échec est un panneau indicateur pour changer de route. Si l’échec est en boucle un tireur embusqué, il ne pourra que vous maîtriser. Quand je me lance dans une expédition polaire, je sais que j’ai plus de chance de ne pas y arriver que d’aller au bout de mon rêve. Alors plutôt que de m’obséder sur les risques qui me feront abandonner, je visualise ce qui va m’y faire arriver…  La peur est compagne d’aventure, elle ne me lâche pas mais elle est un indicateur juste pour ne pas me planter et en revenir vivant et entier, si je peux me le permettre ! La peur est nécessaire, comme la peine, la tristesse, mais elles ne doivent pas être les maîtresses de cérémonies. Elles ont leur place au même rang que la victoire, la gloire et les honneurs.  La descente du fleuve Yukon en kayak m’a pris des jours, des semaines, des mois. Mais en vérité ce n’est que la répétition infinie d’une fois un jour, qui n’est que la répétition de plein de 24 heures et avec cette analyse la peur d’être dévoré par des prédateurs était moins forte, la solitude extrême ne m’étouffait plus du tout et je disséquais ces 24h en heures de conquêtes à pas lent. La peur de ne pas aller au bout m’échappait, et quand elle revenait je visualisais où j’étais et ce que je sentais. Mon accident que j’avais vécu me donnait l’énergie pour apprécier encore plus ce voyage de l’intérieur et arriver au bout de ce voyage incroyable. Les images de références sont très importantes

Une vie sans échec est vouée à l’échec !!!

Mon accident est devenu une force, sans ce drame jamais je n’aurais réalisé ce que j’ai fait et ce que je vais continuer à faire. Je suis en pleine séparation, mes projets affectifs se sont tous écroulés, un genou à terre, je réalise que je suis vivant et que j’avais très certainement fait un mauvais choix. Mais plutôt que de m’accabler je pense au bonheur partagé et cette rupture va me permettre de mieux poursuivre ma future vie affective, en évitant les pièges du passé. Cela n’empêche pas d’être malheureux et triste par moments, mais la vie est un éternel recommencement, alors soudainement cette idée me remplit de bonheur intense… Plutôt que de me morfondre un magnifique projet de tour du monde à la voile en le partageant avec des gamins amputés de mon asso, est né. Sans cette claque je n’aurais jamais osé ce pas… Donc une fois de plus un échec peut et doit devenir le terreau d’une nouvelle vie…

Les échecs, les déceptions ne sont pas des punitions mais des défis à relever. L’échec est un apprentissage, pour arriver aux victoires, l’échec est inévitable. Le dirigeant, le parent, le conjoint, l’ami doivent se confronter à cette réflexion : à quoi sert l’échec ? Après des décennies de baroude ma réponse est simple l’échec est un professeur de vie…

L’échec ne doit pas être une barrière mais un pont entre deux points de vie bien précis. L’échec n’est pas une forteresse qui doit enfermer sa victime mais un tremplin vers une nouvelle vie. L’amour universel, est le seul lien entre son âme et la Liberté.  Il y a deux manières de philosopher l’échec : la première, je suis ce que je fais et la deuxième : deviens ce que tu es

Si votre entreprise, votre société, votre université, désire l’une de mes interventions, envoyez un mail à : bout2vie@wanadoo.fr et je vous répondrais au plus vite…

Thèmes proposés :

Se servir d’un échec comme conquête.

 Handicap en entreprise.

Solitaire avec une équipe.

Découverte de nouvelles limites.

 

Merci à Christophe Debard et Anne Rebeyrol collaborateurs Airbus qui m’ont permis ce partage…