Du Camp des Solitudes…

8 septembre 2019

 

Le camp des Solitudes. Ce petit bout de maquis si isolé, que je n’y ai jamais vu personne, sauf mes hôtes et ils sont rares.  C’est là où je dis au revoir à mes amis les « anges gardiens », quand je pars pour longtemps barouder au bout du monde. C’est là encore où je reviens en premier leur raconter comment étaient les qivitoqs qui ont bien joué avec un boiteux un poil têtu. Ici je me sens bien, apaisé, comme si plus rien ne pouvait m’atteindre. Il est situé à quelques kilomètres à vol d’oiseau, des plages encore sur fréquentées, du bruit, des choses qui à mes yeux n’ont pas leur place en bord de mer. Comme je ne peux rien changer, c’est moi qui transhume !  Déjà deux mois où je suis parti, deux petits mois pour partager, offrir un peu de liberté à ceux qui n’ont pas encore ma chance de réaliser leur rêve. Là-haut sur la terre du grand Nanoq, ils sont venus écouter le silence, comprendre un peu plus la beauté de la nature. Ne leur dites pas qu’ils sont courageux, ils vont se moquer de vous, c’est sur. Ils sont vivants et ça ils le savent.                                                                                                                                          Je repense à mes escapades solitaires puis à celle avec ma compagne, un vrai délice. Et puis ce fameux Mont Blanc, sans aucune préparation, avec une prothèse qui m’a laminé le moignon pendant 2 longs mois. J’ai réussi cette « put… » de traversée par les 3 monts sans que je comprenne encore maintenant comment j’ai pu faire. Mais voilà comme dirait Bastien : Mont-Blanc fait !!! MDR  

 Devant le feu ce soir j’ai le temps de repenser, de dérouler le film de cet été polaire, j’imagine comment décrire au mieux les paysages boréaux pour ceux qui ne connaîtront jamais le Groenland, à ceux qui se sont emprisonné dans une vie virtuelle. Je peux enfin écouter la radio et la comprendre, je peux surfer sur le net… Mon dieu, mais quel gâchis ! Tout se mélange, tout se contredit, les paradoxes s’entrechoquent ! Je critique le virtuel et j’écris un billet sur mon blog que pourra lire le terrien du bout du monde. Je fuis les écrans et j’anime une page Facebook, pour passer mes messages, mes humeurs, mes colères, mes joies. La perversité de la vie nous rend addict, nous emprisonne, mais j’ai encore la chance de pouvoir le gérer, de le ranger par moments au fond du coffre de mes contraintes. Le camp des solitudes me rattrape, ses anges gardiens aiment bien me bousculer, je redeviens le petit garçon perdu dans la forêt. Alors j’écris, je prends des notes et un malin plaisir à me moquer. Dans certains stages de survie, je passe par le camp des solitudes, mais je ne fais que l’effleurer, ici c’est trop personnel, trop mon « moi » pour le livrer. Une nuit et hop il me faut vite le libérer. J’ai essayé d’y amener du monde pendant plusieurs jours mais je me suis senti pris au piège d’un partage impossible. Ce coin je l’ai sué, j’y ai versé mon sang à plusieurs reprises, les blablas, le bruit des pas des autres m’est difficile à encaisser. Ce soir je crois l’avoir compris vraiment. Oui ici c’est une partie de mon âme, je n’aime pas qu’on se l’approprie, pourtant c’est moi qui les ai amené, c’est moi qui ai essayé de leur transmettre ma vibration. J’y ai vécu plusieurs mois d’affilée seul pour écrire mon dernier bouquin « Carnet de voyage d’un homme libre », j’y ai beaucoup réfléchi, on me prend souvent pour un dingue. J’aime me qualifier d’ « extra-merrestre ».Ancien habitant de la mer, devenue trop fréquentée et qui a déménagé au fond d’une vallée perdue. Oui bien des choses ont changé, évolué depuis la découverte de ce petit coin de paradis. Ce soir la lune joue à cache-cache avec de gros nuages noirs, ce soir un petit feu me réchauffe, me reénergise, je me sens vidé, cuit juste envie d’être là parmi eux mes « anges-gardiens ». Envie d’être égoïste, envie de silence immense, envie de vie rustique, envie de m’endormir là au milieu de ceux que les autres appellent : lieu sauvage !

Deux jours sont passés, deux jours rien que pour moi. Chut c’est mon secret. Demain je repars pour transmettre par le biais des conférences, des films, des écrits. Je vais poster des messages sur les liens sociaux, accepter mais juste un peu, ceux qui me diront qu’ils savent ce que j’ai vécu, ceux qui croient connaitre mes secrets ?   Oui je ne vais pas me refaire, je suis un cabochard têtu comme une vieille mule corse mais paraît-il très attachant. Lisez mon dernier bouquin, de toute façon j’ai bien compris que cette histoire était devenue la vôtre…

Takuss.

 

Projet en cours avec vous tous…

23 avril 2019

 

Bonjour à tous, du 19 au 25 mai le 17éme stage de mer aura lieu comme chaque année en Corse du sud à bord du catamaran Nomade. Tout est calé, réservé, supervisé. Certains ont promis de faire un don, d’adhérer à Bout de vie, il est encore temps. Depuis cette année un système très facile et sécurisé est actif, je compte sur vous. http://www.boutdevie.org/adhesion/

 

D’autre part le samedi 4 mai je serai aux Sables d’Olonne dans le cadre du festival Les Ecrans de la Mer. Un stand Bout de vie sera tenu par Laurianne, Loïc et leurs amis, j’y serai aussi. Le samedi matin un jury me recevra pour présenter un projet parmi 8 autres. Celui de Bout de vie sera d’amener 6 jeunes amputés à bord du voilier polaire La Louise cet été au Groenland. Je vais avoir quelques minutes sur scène pour convaincre le jury et les chefs d’entreprises que c’est ce projet qu’il faut financer. Je compte sur vous pour venir dans la salle donner de l’émotion et de la force à cette future aventure.

Mécène, donateur, adhérant je compte sur vous. Le mécène principal de l’association Bout de vie viendra spécialement de Suisse pour nous soutenir, je compte sur vous pour partager, liker, causer, financer…

Le 1 mai une action de crowdfunding va être aussi lancée par des anciens étudiants de l’IFAG de Nantes pour le tour du monde à la voile de partage.

 Vous voyez ça bouge alors vous aussi participez à l’aventure Bout de vie…

Que Dieu vous prothèse…

 

Stage sur-vie douce octobre 2018

31 octobre 2018

Vivre, vibrer, exister, encore un stage de sur-vie douce qui s’est déroulé au fil des rêveries automnales. Lucie, Nathalie, Yann, Clément, Christian et Gérald composaient la fine équipe des survivalistes ! Marches lentes mais silencieuses, la vallée perdue sait envouter ceux qui s’y perdent. Le but est de vivre sereinement au fil des ateliers qui se présentent à nous. Manier la ficelle pour l’apprentissage des nœuds, l’éternel feu qui rassure, réchauffe, éclaire les longues soirées humides mais si magiques, dégustation de glands de chêne, de poires sauvages, de fruits d’églantier et des premiers nombrils de vénus. Mais plus que tout cela, c’est l’unité que crée l’esprit de groupe: chacun vient de mondes si différents, de régions et de pays opposés. Cependant je n’ai vu qu’une bande de femmes et d’hommes toujours prêts à s’entraider, à se confier, à déléguer et à partager. Loin des très mauvaises caricatures de ce que doit être la survie, nous n’avons pas mangé de « bestioles » répugnantes et nous n’avons pas allumé de feu avec un silex en étant habillés en peau de bête. Les participants ne se sont pas évanouis d’efforts trop violents, je laisse ça aux autres. Ici c’est la découverte, de la bonne essence pour démarrer un feu avec une seule allumette, de l’emplacement zen pour monter le bivouac et du belvédère pour improviser le foyer qui nous fera repérer par les sauveteurs. Depuis quelques décennies, j’ai accumulé des expériences en expédition que je tente d’offrir aux participants. Le torrent n’est pas si froid que ça si la motivation est trouvée, la volonté n’a rien à voir, il faut juste comprendre pourquoi on fait les choses. Les marches sont lentes et silencieuses pour permettre un voyage de l’intérieur, qui va décrasser certaines situations floues et obscures de nos existences d’Hommes. Plus qu’un stage de survie, c’est un bout de vie partagé… Les bâches-abris, montées en fin d’après-midi définissent la tonalité qu’aura la longue soirée au coin du feu. Certains sont plus doués que d’autres, mais la compétition n’a pas sa place ici, alors chacun va aider et conseiller l’autre. La pluie nous remet en place, les grains se sont succédés, les fragrances de la forêt nous ont ravis, même si les habits sentaient une forte odeur de fumée… Ces 4 jours se sont envolés, j’espère qu’ils resteront gravés pour longtemps dans le cœur et l’âme des participants…

Le prochain stage aura lieu la première semaine de mars, il reste encore deux places… inscriptions bout2vie@wanadoo.fr

Happy end du 15 éme stage de mer Bout de Vie…

22 mai 2018

Les stagiaires sont rentrés, l’équipe du magazine de la Mer Thalassa est elle aussi sur le retour, de mon côté il est temps de souffler et de débriefer à haute voix ces 10 jours intenses. Grace au skipper Christophe, du catamaran Nomade et d’Alain son armateur nous avons pu embarquer pour une semaine des personnes dites « différentes ». Plutôt que de voir la différence, je voudrais vous transmettre les ressemblances. Ressemblance sur l’envie de vivre, ressemblance sur la joie du quotidien comme si c’était notre dernier jour, ressemblance de personnes ayant si souffert, qui maintenant, sont prêtes à relever tous les défis, dont celui de vivre ! Jeudi, l’équipe de Loïc Etevenard ont rejoint le bord, caméra au poing ils ont sut se faire oublier pour fixer quelques bout de vie incroyablement positifs. Le baptême de plongée sous marine fut l’apothéose de la semaine, tous ont su trouver de nouvelles limites, tous ont goutés aux joies du monde du silence. Puis ce fût la soirée d’anniversaire, 15 ans déjà. Je me doutais bien que quelques surprises m’attendaient mais je ne pouvais imaginer une seule seconde ce que vous m’avez préparé. A mon insu, Inès a su collecter des témoignages de tous les amis Bout de vie, de tous mes amis, alors sur le bout de la prothèse, j’y suis allé en me demandant bien comment cela allé se passer. Le veau complet, de Jacques Marcellesi, à la broche attendait les invités, comme me le faisait remarquer de manière judicieuse le maire du village, ce type de réunion est ancestral, depuis la nuit des temps les compagnons d’Ulysse procédaient à ce type de soirée. Des invités surprises sont arrivés les uns derrières les autres, Laetitia, Cathy, Vincent, Marie, Thierry, sont venues de loin rien que pour la soirée, je me souviens de leur stage, ils se sont souvenues et m’ont fait la surprise par leur présence. Romane, Hugo, les plus jeunes de la bande, étaient bien sur là, les anciens de bout de vie aussi, ne manquait que mon vieux « clou » Gunther qui depuis la retraite de sa « Galiote » coule de beaux jours en Thaïlande. Mais les surprises se poursuivaient, de Suisse « mon » Polo Savary jeune retraité de hockey sur glace est venu me présenter sa petite famille. Pierre Chami créateur de Bout de vie a laissé ses plaidoiries pour ôter un soir sa robe d’avocat et devenir l’homme que je connais depuis si longtemps. Mon Dumé a fait le déplacement, comment ne pas partager ce moment de grâce, c’est un livre de plusieurs centaines de pages qu’il faudrait pour vous raconter nos anecdotes… Puis myrtille sur la crêpe, Daniel Vincensini leader du groupe mythique I Mantini partageait la scène avec l’incroyable Francis Lalanne. Comment ne pas être ému par la présence de Patrick, nous étions des gamins à la clinique Chanteclerc, déjà 35 ans. Vincent le poète du soir a composé une chanson qui m’a scotché… Puis vous mes potes, vous êtes venus, vous m’avez étreint, confié vos sourires, je ne pourrais oublier. Pour un mec qui n’a jamais fêté son anniversaire, ce soir, je crois que j’ai rattrapé toutes ces années de blanc ! Mais ne croyez pas que cela c’est arrêté de la sorte. Mon amoureuse a ameuté la planète pour récolter des lettres, des témoignages, des bouts d’émotions. Certainement une histoire de pollen, j’ai eu les yeux rouges en les lisant, j’en ai une les lèvres tremblantes, vous êtes magiques, comment vous remercier. Mais le tournage du Thalassa ne m’a pas laissé de répit, ses 15 ans de vie associative vont être marqués par une série d’images aussi fortes les unes que les autres. Vie des stagiaires au côté de l’incroyable Christophe sur Nomade, nage en mer d’Inès en plein milieu des Bruzzi, collecte de plantes pour un petit déjeuner en amoureux, puis le stage de survie avec une belle bande de joyeux lurons et balade solitaire d’un certain baroudeur boiteux dans ses coins secrets. Je ne sais comment vous remercier, je ne sais comment vous dire combien vous êtes important pour moi, pour eux ces « cassés » de la vie. Pour une telle réussite beaucoup d’amour, beaucoup d’aide dans l’ombre, merci aux mécènes qui ne veulent pas apparaitre, merci à tous les adhérents. Dans l’ordre je vais essayer de passer en revue les piliers de ce stage. Steve Enginger directeur du Géant Casino de Porto-Vecchio, Christophe Pitraye commandant du magnifique Nomade et son armateur, Jean-Louis Bianconi maitre du port de Pianottoli, Jérôme Polvérini maire de Pianottoli, Roch Simoni SPAR Pianottoli, Jacques Marcellesi agriculteur de veau bio, Elie Brun fournisseur du vin,  Pasquale et Pierre-Marie Grisoni Les Glaciéres d’Ajaccio, l’hotel Macchie e Fiore Christian C partenaire financier de Bout de vie et François R toujours là pour nous soutenir. Loïc Etevenard journaliste pour Thalassa qui a fait des pieds et des mains pour que la partie Bout de vie fasse partie du reportage. Puis vous qui avez adhérés par un simple don en vous souvenant que la solidarité faisait grandir, qu’une croisade ne pouvait se faire seul. Un immense merci à vous tous, vos lettres sont un trésor de joie très précieux. Merci vous êtes fantastiques.

 

 

Lavezzi, cala de l’Elephant…

16 mai 2018

L’effet du large fonctionne, les langues se délient, les histoires ne sont plus tabous, les anecdotes nous mènent au bout de nos souffrances qui riment souvent avec délivrance. Le jeune de la bande, timide de prime abord, est le bout en train du groupe. Ces histoires nous font rire à en craquer les cicatrices des moignons ! Ce matin nous levons l’ancre pour les Bouches de Bonifacio, le vent semble plus clément, l’ambiance du bord, elle, est au beau fixe. Le coup de vent des jours passés a vidé la mer de toute voile, sommes-nous seuls au monde ? Nous n’en savons rien mais ce qui est plus sur c’est que nous le savourons à sa juste mesure… Les Lavezzi sont à l’étrave de Nomade, Christophe louvoie entre les écueils, la crique dite de l’Eléphant est déserte, la vie de Nomade des mers se poursuit. Bien mouillé la longue houle d’ouest nous contourne en nous berçant. Sieste obligatoire, puis il est temps d’enfiler les combinaisons. La balade en apnée fascine le groupe, sars, dorades, loups, barracudas, le Parc Marin International a rendu le coin sanctuaire, la faune est abondante pour notre plus grand plaisir… Ce soir tous le monde est descendu à terre à la rencontre d’une île encore calme et apaisante… La vie de mer se poursuit, la vie à cloche pied est tout de même belle, et vous ?

 

Deuxième jour de mer…

15 mai 2018

Qu’il est bon de profiter du silence d’un mouillage tranquille et silencieux. Une nuit de pluie et de rêve, une nuit pour profiter de la paix des anges qui nous protègent. Nous sommes tous des miraculés, alors une fois de plus vivons ce jour comme un présent précieux. Cette matinée entre grain et soleil nous a porté sur une plage déserte à la recherche de quelques fossiles, le temps est figé, nous sommes cette fraction de seconde qui nous semble une éternité. Découverte, bonne humeur, l’équipe se soude, la bande devient une famille… Nous levons l’ancre pour reprendre la mer, le vent de terre est encore soutenu, mais le plan d’eau et lisse, Nomade glisse sans bruit vers l’inconnu. A midi la baie de Rondinara est déserte, nous sommes seuls au monde, mais ce n’est pas des vacances alors nous reprenons la route vers le nord, direction Porto-Novo. Vous dire que c’est beau serait un faible mot, à cette saison la méditerranée est encore calme et tranquille. C’est le fameux moment de se mettre à nu, c’est l’initiation à l’apnée. L’eau turquoise nous invite à ce premier bain, chacun va découvrir le monde de l’apesanteur où le corps mutilé ne doit plus supporter ces contraintes. Rire, silence, les regards se croisent, chacun y va de sa découverte. Là bas dans une baie cachée, quelques survivants sont en osmose avec une nature intacte et qui ne juge pas…

 

La presse en parle…

7 mai 2018

====

Stage de survie mars 2018

5 mars 2018

Ces 4 jours de baroude se sont envolés, volatilisés, mais Dieu qu’ils furent bons et d’une folle énergie. 2 femmes et 4 hommes pour un groupe de haut vol. Pas tout le monde était sur deux pattes, mais la motivation se moque de ce détail numéraire… Alors l’Aventure a eu bien lieu, la pluie, le vent étaient au rendez-vous, comment pourrait-il en être autrement. La vallée perdue nous a accueilli, le torrent en cru nous a bercé, les grains nous ont enveloppé, la fraternité nous a soudé, comme si le monde n’existait plus, comme si nous étions devenu qu’un. Amputés, valides, l’objectif était l’initiation, l’apprentissage d’une existence sans superflu, sans chichi, juste vivre l’instant présent. Les bivouacs sous une bâche pas forcément étanche, les rafales qui s’engouffrent jusqu’au fond du sac de couchage, le sol détrempé qui rend les fringues du matin difficilement mettables, sont les lois qu’il faut apprendre sans rechigner. Les moignons ont souffert, mais jamais une seule fois quelqu’un c’est plaint, bien au contraire, cette part de boiterie nous a fait réaliser que nous étions vivants. Chacun a eu sa place, pas d’ordre, pas de contrainte, tout le monde en silence a saisi et pris son rôle à bout de bras avec envie et amour. Wilfrid fut nommé la force tranquille, Ludo le cueilleur au grand cœur, quant à « mes » monocylindres Antoine et Christophe de vrais découvreurs de limites. Les marches silencieuses nous ont porté vers l’essentiel, la découverte des plantes nous a plongé dans les entrailles de nos aïeux, la mise en place des bivouacs a offert sa part d’inconnu aux nuits sombres et mystérieuses. Chacun a livré ses secrets, chacun a déposé son masque pour briser ses tabous, le passé a baissé l’échine il s’est soudain senti abandonné. Pourquoi cacher, pourquoi tricher, nous sommes devenus qu’un, alors les confidences nous ont bouleversé, ému aux larmes, la vie cette chienne s’est révélée moins cruelle qu’on pouvait y croire. Les prisons de nos angoisses nous ont libéré en conditionnelle, oui, avec la seule condition de rester des femmes et des hommes libres coûte que coûte. Quelle joie de voir les filles avoir été les seules à ne pas se perdre, quel bonheur d’admirer « mes » éclopés gravir un dénivelé de folie sans entendre la moindre plainte, quelle sagesse de compter sur Wilfrid et Ludo pour l’organisation du feu et de ses protocoles. Les moments furent tous très forts, parole de tête dure. Les 6 m’ont bluffé, les 6 m’ont charmé… Le torrent en cru a nécessité plus de prudence et d’audace pour pouvoir le franchir avec un plan B en cas de chute. Confiance et motivation ont été les métronomes de ces traversées réalisées avec beaucoup de brio. Jusqu’au bout ils ont découvert leurs limites sans jamais les dépasser. Quand une des filles provoque les garçons en leur lançant le défi de traverser le lac à la nage et que Ludo accepte, mon cœur n’a fait qu’un tour. Puis au bout de leur nage une victoire simple comme l’a été ces 4 jours de pur bonheur… Les mots me manquent pour ce stage de partage, ils resteront comme un cadeau immense, comme un boost pour les jours de « moins bien ». Voilà que la page se tourne, demain elle sera vierge, à nous de l’écrire, à nous d’en être les purs acteurs…

Le grand luxe c’est quand la douleur s’estompe…

 

 

Le Grand départ…

5 juin 2017

L’orage vient de secouer le camp des Solitudes. Le lieu est teinté d’une une âme polaire, elle rôde ce soir à travers la canopée, mais la vallée est bien tranquille ; là-bas un rêveur savoure une riche saison associative et privée qui s’achève…

 Si elle devait avoir un thème elle prendrait ce simple titre : Emotion et partage… Il me faut conclure ces temps passés, il me faut refermer le grand livre de ma vie de Cabochard, une nouvelle ère pointe le bout de son nez. L’inconnu m’attend et vos sourires sont bien cachés au fond de mon cœur. D’ici quelques jours, une fois de plus, un petit bi moteur me mènera au bout de mes rêves, une fois de plus la carte de l’inconnu va être dépliée, la trouille sera omniprésente bien tassée au fond de mes sacs étanches, aux côtés de l’éternel Jo Zef, ma mascotte, qui n’est pas une peluche, je vous le rappelle ! Tout au long de l’année avec vous et grâce à vous Bout de vie a usiné : des stages de survie, une semaine de mer, une autre de vélo, des rencontres scolaires, des festivals de films d’aventures, des bourses offertes, des échanges sous forme de conférences, un partage en 4 jeunes de l’asso et des chasseurs eskimos au Groenland. Un sacré film corso-basque vous a porté autour de la planète mais aussi au fond des « Frères de sport » un poil émus. Sur un porte-avions une bande de potes m’a vu vaciller, ils m’ont donné leur amour, sincèrement, j’ai tout pris. D’ici quelques jours je vais rentrer dans un long pèlerinage, un rituel boréal, une initiation intime. Certains se demandent pourquoi, je ne peux que répondre : parce que !  Paulo Coelho disait : Si l’aventure est dangereuse, essayez la routine, elle est mortelle… Cela fait déjà 5 ans que je ne suis plus parti en baroude en solo, des excuses m’avaient greffé une pantoufle au moignon, mais chassez le naturel et il reviendra au galop. Là haut, au pays d’Apoutsiak, une folle expédition m’attend, 1200km de kayak face à moi-même, tout a été étudié, pensé, mais l’Inconnue se moque bien des règles, alors elle m’attend de pied ferme. On m’a parlé de bestioles en mal de casse croute, de vagues gigantesques qui happent les bivouacs peu prudents, de vent du Nord dévastateur, de glaces qui kidnappent le kayakiste trop confiant, mais il m’en faut plus pour me décourager. Alors je vais partir la fleur à la pagaie. Quand deux chemins s’offrent à toi, prends toujours le plus difficile disait Confucius. Alors vous avez compris, mes acquis et glorioles vont rester à la cabane pour tout remettre à zéro et affronter mes fantômes, à force, ils commencent à boiter sérieusement ! Tout au long de cette saison 2016-17, il y a des gens, des sociétés, qui ont sauté sur l’occasion pour aider, soutenir, porter, Bout de vie sans compter et par ce billet il est temps que je les remercie. Merci à Ludo Dejean et Alain Montean des centres Lagarrigue. Dalila Helimi, Stéphanie Caillet et le président Charles Lantieri de la Fondation d’entreprise Française des Jeux. François Rougaignan de la Fondation Paul Hamel. Christian Carron directeur du groupe financier Suisse Gérifond.  Bixente Lizarazu et son association Liza pour une mer en Bleu. Antoine Mari président du Rotary de Menton. Wilfrid Polomé, Boniship Bonifacio. Christophe Pitraye skipper de Nomade, Jean-François Pudori chanteur d’un soir, Jean-Louis Bianconi capitaine du port de Pianottoli. Fanny Pernoud et Olivier Bonnet réalisateur du film  Les vies dansent . Steve Enginger directeur du Geant Casino Porto Vecchio, Rocch Simoni directeur du SPAR Pianottoli. Julien Caquineau et ses copains d’Ilulissat. Fréderic Parise. Dume Benassi et son rituel de départ. Le Rotaract Albert de Monaco. Véronique Flambard de Nautiraid. Charlotte Cario de Columbia. Pierre-Marie et Pasquale Grisoni des Glacières d’Ajaccio. Nadia Amar de Corse-Matin, Olivier Balbinot de France Bleu Corse. Laurent Vitali de FR3 Via Stella. Stéphane Dugast et ses interviews, Le magasine Carnets d’Aventures, Vivre FM,à vous tous les fidèles adhérents de Bout de vie ; aux tifosi de ce blog et des liens sociaux, vous êtes une sacrée force. Certains mécènes et amis ont voulu rester anonymes mais vous êtes à mes côtés et je ne peux vous oublier.

Pendant ma « balade » groenlandaise,un journal de bord sera en ligne chaque soir avec une petite photo. Audrey Piette, fidèle adhérente des stages Bout de vie, se fera un plaisir de retranscrire mes mails via le satellite et de vous faire partager tous ça. Patrick Chiappalone animera le groupe facebook Bout de vie et Karin ma compagne sera le lien avec vous. Une carte donnera ma position pas à pas et une fois par semaine je serai en direct sur les antennes de France Bleu RCFM avec mon pote Jean-Charles Marcilly, les horaires vont bientôt être définis. Il ne me reste plus que quelques jours pour profiter d’une Corse encore tranquille, le 15 juin tout « recommencera » !

Merci je compte sur vous, n’oubliez pas que vous êtes ma force…

Unis par nos souffrances

20 mai 2017

La semaine c’est déjà envolé, les âmes blessées se sont renforcé, l’horizon leur semble moins vaste et leurs rêves plus accessibles. C’est le moment du débriefing, là bas au large les moutons aux ordres d’Eole, paissent tranquillement, la houle enfle, un souvenir vient de s’écrire profondément dans nos tripes. Chacun à tour de rôle donne son avis, mais les mots manquent, les lèvres vacillent, des gouttes d’eau salée tachent la terrasse de bois de la capitainerie. Chaque participant, s’applique à proposer son ressenti, des blancs sont nécessaires pour continuer, les gorges se serrent, dans un monde où l’on ne fait qu’entendre, là, tous écoutent avec attention.  A tour de rôle le stage est décortiqué, notre capitaine Christophe, n’arrive plus à causer, il se paralyse puis ses mots surgissent, me piquent les yeux, me faisant trembler les lèvres, que c’est bon d’être encore debout dans une vie de personnes assissent dans leur tête. La mer unit les âmes en peine, même le virtuel en prend pour son grade. Vivre coupé de la fourmilière est un quotidien qu’ils ont découvert, là, l’égo n’a plus sa place, l’apparence est amputée de tous ses membres. Bout de vie se veut d’être atypique, loin des ghettos, ici la seule place réservée bleue est la Méditerranée, pas de catégorie handisport, ils sont tous  handicapable et bien plus…

Pour la réalisation de ce stage je me dois de remercier tous les mécènes qui ont permis cette semaine de mer inoubliable.

Merci à Bixente Lizarazu et son association LIZA pour une mer en bleu. Steve Enginger directeur du Géant de Porto-Vecchio. Roch Simoni directeur du SPAR de Pianottoli. Jean-Louis Bianconi capitaine du port de Pianottoli-Caldarello. Daniel Perret du magasin de plongée Subdadou. Karin ma compagne, qui a proposé des cours de yoga et qui m’a épaulé pour le module plongée-sous-marine. Christophe skipper du catamaran Nomade et son armateur Alain. Jean-François Puddori chanteur guitariste au cœur en or. Nadia Amar Corse-Matin. Aux Dieux des mers et des vents qui ont su nous accueillir et à vous tous qui êtes les adhérents de Bout de Vie…

L’important est de ne jamais boiter dans sa tête…