Toujours plus haut…

18 août 2019

La Louise est repartie cependant le voyage de mes protégés, continue. Le tipi sur la toundra a remplacé, les banettes de la goélette, mais l’ambiance est intacte. Ce matin au petit déjeuner je leur propose plusieurs activités, ils devront débattre. L’ascension de la petite montagne derrière la maison semble intéresser le groupe, sauf Louane qui chouine. Mais la décision est prise, nous allons tenter la grimpette. Je leur explique que par moment il faudra mettre les mains et que cela corsera le trek, tous ont pris conscience que cela ne sera pas simple. Pour les rassurer, ils savent que ma prothèse continue de me blesser et que je ne pourrais pas trop forcer. Nous voilà partis à pas lent, la toundra laisse place à des grosses dalles à franchir. Au bout d’une cinquantaine de minutes, je propose un arrêt café pour admirer le paysage grandiose. Puis nous reprenons la route. Les franchissements sont de plus en plus engagés, les béquilles et les bâtons sont hissés en premier il faudra s’aider de ses mains pour ceux qui en ont deux ! Une fois de plus, sans que je dise quoi que ce soit la marche est silencieuse. Finalement tout le monde passe facilement, Louane se surprend elle-même, elle y est arrivée. De là-haut le spectacle est fascinant, un immense iceberg tabulaire possède son propre lac d’un turquoise extraordinaire. Le vent s’en mêle, nous nous réfugions derrière une fracture rocheuse, face à nous l’océan arctique recouvert de glace à perte de vue, nous sommes sous le charme. A la fin du casse-croute l’équipe décide de façonner un cairn, à tour de rôle chacun apportera sa pierre…

A la redescente par la face sud, je sens beaucoup de joie, de fierté. Au soleil à l’abri du vent nous nous allongeons pour récupérer, tout le monde s’écroule pour une sieste bien méritée.

De retour à la maison c’est la basse marée, nous en profitons pour faire rapidement quelques courses. Moules et oursins…

Pendant que je prépare le diner un groupe de 5 baleines paressent en surface face au village, tout le monde va les voir. Au loin je les observe assis sur le banc à contempler ce spectacle unique. J’essaie d’imaginer ce qu’ils ont en tête, ce que ce voyage leur aura apporté…

A la fin du repas ce soir je leur demande de mettre un seul mot sur ce que ce voyage leur inspire. Pele-mele il s’est dit : unique, extra-ordinaire, à refaire, rigolade, partage, merveilleux…

Encore une bien belle journée au pays de Niviarsiaq et Nanoq…

Takuss

Hommage polaire…

17 août 2019

 

Il est 1 heure du matin dehors c’est un vrai temps polaire, brume et crachin, sur la Louise, nous sommes au chaud à coté du poêle à pétrole. La musique va bon train, nous dansons, nous chantons, quelle vie merveilleuse. Il est difficile de retranscrire ce qui est vécu, ce qui est ressenti ici.  Les filles ont préparé un spectacle, nous sommes tous très attentifs. Sur une chanson entrainante, elles ont composé une série d’imitation de toute en chacun, nous sommes pliés de rire. Puis Louane et Lara ont préparé un discours. Le moment devient solennel, Louane se livre, des larmes coulent abondamment, elle ne trouve plus ses mots. Elle me remercie de la bousculer, de la remettre en question et de lui donner l’envie et la détermination pour avancer. Je ne dis rien mais mes yeux sont humides. Puis c’est au tour de Lara, rebelote et dix de der, elle est très émue… Quel beau cadeau.

Le Groenland est un monde hostile pour les sudistes et pour « survivre » il faut être uni. Nous sommes au total 10 à bord, 10 avec des histoires différentes, des drames, des joies, des réussites, des défaites, pourtant nous sommes sur la même longueur d’onde. Jusque tard dans la nuit nous profitons de ce moment de grâce…

8h 30 je bouscule les marmottes, j’entends des ronchonnements…Au petit déjeuner nous planifions la journée, mais un invité surprise nous pose un problème. Un fort courant de sud-ouest à rempli notre route de glace. La Louise est une habituée, mais en nous frayant un passage la moyenne va en prendre un coup. Les phoques semblent amusés par notre lenteur, les baleines nous saluent, tout le monde est attentif. A tour de rôle chacun aura son quart de barre, manœuvrer un voilier de 40 tonnes au milieu des glaces est une sacrée expérience. Finalement vers 13h nous retrouvons une route moins encombrée de growlers, mais la vigilance est nécessaire. Une bande de baleines nous offre un show incroyable, elles sont si prés qu’on pourrait les toucher. Puis nous reprenons la route… les sourires en disent long sur ces journées d’un autre temps. Le virtuel d’ici quelques jours va les reprendre, le robinet d’eau courante et l’électricité aussi et c’est bien dommage. Nous nous rendons plus compte à quel point le confort est devenu facile et envahissant. Mes réflexions par moment font grincer des dents certains, mais ici je ne peux laisser passer le surplus. A force de vivre en, mode baroude, mes sens ce sont ouvert, ce sont affutés. Je ne pique pas pour faire mal mais pour ouvrir de nouvelles réflexions.

Ce soir il bruine, mais les soleils sont dans leur cœur.

Takuss.

A bord de la Louise

9 août 2019

 

Etre en région polaire c’est s’adapter aux conditions climatiques, aux aléas du temps présent. Ce matin brouillard et crachin, le thermomètre ne dépasse pas les 8°. Au chaud devant le poêle à pétrole de la petite maison bleue l’ambiance est bon enfant. L’équipe se soude, se confie. Des ados qui te racontent la vie comme j’aimerai entendre plus souvent dans le monde des grands. Comme quoi nos souffrances peuvent être révélatrices de vies plus sereines, moins virtuelles. Chacun doit plier son package, démonter le tipi et être prêt à embarquer. Les filles, en attendant de monter à bord, vont se réfugier dans la salle communale pour écrire leur journal de bord. La compagne de Steen ; Sara-mina va à leur rencontre, elle va essayer de leur enseigner un peu de groenlandais… De mon côté j’essaie de penser à tous avant de fermer la maison. Sur le canal de sécurité VHF je rentre en contact avec la Louise. Thierry et son second Dédé son entrain d’arriver sur zone.

La magnifique goélette sort du brouillard, le cliquetis de la chaîne de mouillage qui ride l’océan arctique nous annonce le début de l’aventure. Après plusieurs courses autour du monde en solitaire, Thierry a pensé et construit la Louise pour pouvoir partager sa passion des océans. Je sens d’avance que cela sera incroyable. Avant d’embarquer sur l’annexe il nous briefe sur les gilets de sauvetage et le comportement à avoir en cas d’homme à la mer, j’aime son côté strict. Ici les têtes en l’air n’ont pas une durée de vie très longue.

Sur le pont nous sommes initiés aux premières instructions, tous sont très attentifs, puis c’est le moment de rentrer dans le ventre du voilier. Aménager à la façon d’une cabane de montagne de suite on s’y sent bien, chacun doit trouver sa place, son coin. Le diner sera composé de morue arctique. Demain dés 9h nous lèverons l’ancre vers le Nord…

Takuss

Premiers pas à Oqaatsut…

8 août 2019

Le journal de bord reprend du service, les 6 équipiers bout de vie sont biens installés depuis avant-hier dans le petit village d’Oqaatsut situé à plus de 300km au nord du cercle polaire sur la côte nord-ouest du Groenland. Bien qu’en été la température est bien différente d’une saison de canicule dans la lointaine Europe. Ici pas de nuit en ce moment et un silence à couper le souffle. Le village de 23 habitants semble vivre au ralenti, seul les chiens de temps à autre donnent de l’ambiance pour réclamer leur part de morue ou de phoque. Le tipi est installé sur la zone réservée au « camping ». Pas de commodité mais une vie absolument surréaliste pour un habitant des villes. La vie de baroude peut commencer. Les baleines et les phoques sont au rendez-vous, comme cette année je n’en ai jamais vu autant, incroyable. La première journée fut ensoleillée, ce qui leur a permis de prendre pied avec un environnement très différent de leur quotidien. Rando sur les hauteurs du village et récolte de myrtilles pour la première tarte de la petite maison bleue. Les règles sont stricts, personne ne doit partir seul, personne n’a le droit d’improvisé, ici en un claquement de doigt tout peut basculer dans l’extrême. Les repas se font dans la maison mais il est hors de question de la squatter, tous doivent rester dehors à comprendre et humer ce pays fascinant. Mon pote Steen est venu me prêter main forte pour ramener tout le monde d’Ilulissat au village, son sourire nous a beaucoup touchés. Ici la rigueur du pays rend les gens silencieux et avare en sourire, un bon mot, un regard pétillant cela est un cadeau inestimable, il nous a comblés.                                                                                                   Aujourd’hui le crachin à rendu la journée comme je les aime, mystérieuse à souhait. Entre deux icebergs nous avons caboté jusqu’à une grande dalle minérale pour attaquer notre exploration du jour. Toundra, myrtilles, camarines à n’en plus finir et des espaces vide de toute âme, de toute connotation humaine nous et le vide. Là-bas au large un souffle, dame baleine nous offre une aubade, serait-elle l’ange gardien du groupe… Ce soir le poêle à pétrole est allumé, les têtes en l’air font sécher leurs chaussettes, mon rôle de grand frère me demande de les rassurés mais aussi de leur exprimer ma manière de voire les choses. Ici, dans le grand nord des affaires mouillées peuvent vite engendrer des situations compliquées. Les jeunes ont compris la première leçon. Devant leur visage rougit par le froid et l’océan arctique je suis ému en douce, de les voir sous mon toit. Et dire que pour un cheveu on aurait pu ne pas être là… Demain le voilier polaire la Louise devrait arriver au mouillage, là commencera encore une autre aventure. Vive la vie…

» En lire plus:Premiers pas à Oqaatsut…

Le bonheur plutôt que la souffrance…

23 juillet 2019

Les jours s’égrainent paisiblement là haut dans ma petite maison bleue. Ici le temps semble s’être arrêté, ici le silence est le seul point de repère d’un été qui n’a pas de nuit à cette saison. Tout est différent mais si ressemblant. Différent du paysage, de la température, de la nourriture, du comportement des Groenlandais. Mais si ressemblant sur la vie avec la naissance, la douleur et la mort. Cet hiver le doyen du village Joan est parti rejoindre les étoiles. 82 hivers à s’adapter, à écouter le gémissement des icebergs qui se désintègrent. Pas du tout pratiquant, je me suis rendu au cimetière juste derrière la maison pour me recueillir. Juste à côté Anne-Marie qui est partie encore jeune le 25 décembre 2017. Je me souviendrais d’eux, comment les oublier. La naissance, la douleur, la mort. Le seul lien qui relie les hommes, le seul pont où la Fraternité prend encore un peu de place. Ma part de douleur cette année je l’ai embarqué un peu aussi avec moi. Ma bonne prothèse qui se brise en deux à quelques jours du départ mettra la pression à ma « guibologue » qui devra réaliser une nouvelle jambe en carbone en moins d’un week-end. On a testé, on a réfléchi mais mon moignon est greffé et sa sensibilité est astreignante. Pendant la semaine avant mon départ, je me sentais très bien dans mon emboiture mais la canicule a dû me jouer des tours, en me faisant enfler le moignon plus que d’habitude. Mon arrivée à Kangerlussuaq m’a donné certaines inquiétudes sur des brûlures, qui se sont transformées en plaies. Mais pourquoi devrais-je me plaindre, n’est-ce pas un privilège hors-norme d’être là, n’est-ce pas magique de pouvoir partager la vie d’un village inuit pendant tout un été. Alors j’ai bricolé, découpé, râpé, mon emboiture en carbone et doucement mes blessures s’estompent, se volatilisent. La souffrance physique trouve toujours des solutions, la souffrance du cœur est bien plus pénible, bien plus destructrice. Cette année la maison bleue a un air de fête, puisque ma chérie m’a fait le bonheur de me rejoindre pour découvrir cette Terre incroyable qu’est le Groenland. Quelle joie de partager avec elle, mes maigres connaissances sur cette région du monde encore si peu fréquentée.  Quel bonheur de vivre ensemble des simples moments de pêches, de récoltes, de croiser ensemble, les regards enjoués bien que silencieux, des habitants d’Oqaatsut. La vie à la cabane n’est pas des plus simples, pas d’eau courante, pas de sanitaire, ni d’électricité. Mais quelle importance, la vie ici détient l’huile essentielle d’une existence à fleur de nature, en intimité avec les éléments qui en un claquement de doigt peuvent vous transformer en « qivitoq ».

Marie-Noëlle s’extasie de chaque moment, de chaque sortie, l’émotion la tient à fleur de peau. Certaines remises en question surgissent sur notre société frénétique, sur le toujours plus, sur la surconsommation. La magie du Grand Nord est un enseignant de grande qualité, il suffit de se poser et d’écouter.

On vous embrasse bien fort depuis la Terre des Niviarsiaq.

Takuss…

Oqaatsut enfin…

14 juillet 2019

C’est depuis ma petite maison bleue que mon journal de bord est rédigé enfin.

Pujoq (brouillard), le mauvais farceur a bloqué une partie du Groenland pendant deux jours. Resté bloqué à Kangerlussuaq est une sacrée punition, quand tu sais que le paradis n’est plus qu’à 45’ de vol. Mais voilà que tout a une fin et le Dash8 vol en coupant sans ciseaux le ruban du cercle polaire, 66°33’ Nord. Mes bagages sont là aussi, il me reste à trouver un taxi pour m’amener directement au chevet de mon petit bateau. La personne qui me l’a vendu n’est pas un foudre de guerre, un souffle dans un verre et je pense qu’il y perdrait vite pied. Par « messenger » tout l’hiver je lui ai rappelé les travaux qu’il s’était engagé à faire à la vente du bateau, il y a plus d’un an ! Oh miracle tout est en place, enfin presque !!! MDR. Je sais où je suis, donc c’est à moi de m’adapter. Le petit Poka est recouvert de sable, avant que le camion grue ne vienne, je m’active au mieux pour lui rendre un air normal. Le vide vite de la double coque étant complètement grippé, je l’avais dévissé et décollé, il me faut procéder à l’envers, coller au Sika et vissé.  Il est 13h30, à 15h le camion devrait être là, je croise les doigts pour que tout polymérise à temps. Juste à côté se trouve le Spark (chaine de produits de bricolage), je dois trouver un chauffage d’appoint pour la maison, l’année dernière on m’en avait prêté un. En même temps je me dis que ce serait intelligent de prendre aussi un sac de plâtre pour finir de colmater les fissures de la pièce de ma maison et conclure une fois pour toutes les peintures intérieures. Mais cette année il n’y a pas de plâtre !!! Soupir ! Donc je charge mon chauffage et au pas cadencé, me rend au Pissifik (chaine de grand supermarché) pour acheter quelques vivres. A mon retour il est 14h45 et le camion est déjà là. Ni une ni deux, mon petit bateau prend les cieux pour être chargé. Sans corde à nœud je me hisse dans le cockpit de ce camion immense et nous voilà partis pour un remake du Paris-Dakar avec un bateau à peine fixé. Je croise les doigts, serre le grigri que m’a offert ma chérie avant de partir et nous voilà enfin au port, le bateau est toujours là, ouf ! Le port est très encombré mais surtout une immense couche de peaux de crevettes embaume la mise à l’eau. Ilulissat est une plaque tournante de la crevette sauvage arctique et tous les restes sont jetés directement à la mer. Aujourd’hui le courant était dans le bon sens, pouha !!!

Haut de 5mts, le mur du ponton est plus qu’hostile, en un claquement de doigt je dois grimper à bord du bateau encore en l’air, un vrai exercice de cirque. Heureusement que je ne suis pas handicapé ! Ouf, j’ai réussi mon saut ! Ce serait ballot de patauger au milieu des carapaces de crevettes dans un océan à 4°. Ben oui, c’est l’été donc elle est bonne !

Le moteur part au quart de tour, pas de voix d’eau, la « pissette » du refroidissement moteur fonctionne, je croise les doigts la route va être longue jusqu’à ma maison bleue. A bord c’est un peu la panique, mais je m’en moque, coûte que coûte je veux arriver chez moi. J’ouvre mes sacs au hasard pour chiper des affaires chaudes. Pas le temps, je prendrais ce qui me vient le plus facilement. Je ne trouve pas mon gilet de sauvetage, de toute façon aujourd’hui je n’ai pas envie de nager. Mais plus que mon petit confort et ma sécurité, c’est l’épaisseur du brouillard qui me cause soucis. Mon GPS est à Oqaatsut et il va falloir y aller à l’instinct ! Je stoppe le dialogue interne qui me harcèle : le moteur, le brouillard, l’état de la glace, la houle… Aux oubliettes les pensées parasites !

Je pars tout doux en auscultant le bruit du moulin qui tourne rond, puis prend repère avec la luminosité du soleil qui semble vouloir m’aider. Donc c’est cap plein nord, c’est fou, je suis seul en mer !!! Je me mets en vitesse de croisière et tente de ne pas lâcher le nord. Je sais que c’est 30’ maxi avant de dénicher la passe de la baie qui me mènera à destination. A un moment je sens l’embrouille, le brouillard est si dense que la lumière du soleil ne passe plus. Je stoppe le moteur et hume le vent et tente de lire la houle. Damned, je suis trop ouest. Je repars en modifiant mon cap. Chaque iceberg croisé et un fantôme lumineux, l’effet est sordide et envoutant en même temps. Je garde le cap, la côte a disparu depuis un bon moment puis de nouveau je stoppe le moteur. Les chiens du village, oui je les entends, je n’ai qu’à suivre leur aboiement. Soudain, comme par miracle, je trouve la passe et l’immense baie d’Oqaatsut. Je cris ma joie, le village est devant moi. J’en ai les larmes aux yeux… Demain je vous raconterai la suite de cette belle aventure.

Que c’est beau, que c’est puissant, que c’est envoûtant. Ici le temps s’est arrêté, ici le présent à encore plus de place que dans le sud.

Je vous embrasse bien fort, je vais me mettre au chaud, 6° quand même. Ca c’est un bel été qui s’annonce…

Angalatooq : (le voyageur)

10 juillet 2019

Angalatooq : (le voyageur)

Tel l’oiseau migrateur je suis déjà loin de la Méditerranée, loin du bruit, loin de la chaleur, loin du surpeuplement. Là-haut au pays de Nanoq, tout est différent, tout est plus grand, plus silencieux, plus respectueux mais plus compliqué aussi !

En 2005-2006 avec mon Grand Dume, nous traversions un océan en ramant. 54 jours à écouter le bruit de la houle, à gérer les eaux salées qui nous burinaient le visage, à savoir des larmes ou des lames, qui nous auraient marqué le plus ! A bord de notre yole de mer un seul livre, celui de Gilles Elkaïm « Arktika ». Ce livre me passionnait, les mots de cet incroyable explorateur polaire, développaient ma curiosité. Je n’aurais jamais pu imaginer que moins de 90 jours après avoir parcouru 5500km à la force des poignets, j’aurais rejoint un groupe d’ancien militaires Russes pour atteindre à pied et en totale autonomie la latitude 90°Nord à pied, le mythique Pôle Nord. De ce jour rien ne fut plus pareil, Gilles Elkaïm devenait un copain et d’autres fous rêveurs me faisaient confiance pour des odyssées de dingue. Déjà 13 ans.                                                                                                                                      La traversée du Groenland d’Ouest en Est fut pour moi, une des expériences les plus compliquées de ma vie civile. Les 34 jours de marche forcée en tirant un traineau de 120kilos, m’ont demandé une énergie hors du commun. Mais le Kalaallit Nunaat m’a happé, m’a charmé et depuis 3 ans j’y possède une belle maison bleue. Oqaatsut (Cormoran) est un village de 23 habitants silencieux et souriants. Pas de voiture, pas de burn-out, les seuls bouchons sont ces gros « glaçons » qui partent pour un long voyage de 6 ans en mourant au large de Terre-Neuve. Les chiens sont les plus nombreux que les habitants. De temps à autre, une meute hurle en retrouvant très vite le silence pour laisser place à une détonation qui vous fera sursauter. N’y cherchez pas quelques raisons guerrières ou clandestines, ce n’est qu’un gros iceberg qui s’est désintégré. Je vais avoir quelques jours pour bricoler dans ma maison ; elle est âgée de 70 ans et en mode « restauration » mais une bonne partie des travaux est bien avancée. Puis ce sera la visite de ma « belle Vahiné » qui viendra découvrir ce monde si particulier, puis ce sera au tour du Grand capitaine du Drakkar à nous rejoindre. Le Grand Nord et nos blessures nous ont unis, rapprochés, en abattant le mur de nos différences. En grand seigneur, à titre personnel il a loué le voilier Polaire La Louise qui permettra à 6 « guerriers » Bout de vie de poser leurs sacs à bord pour une exploration hors norme.

Pour ceux qui me suivent depuis longtemps, je tiens absolument à vous rassurer. Jo Zef la mascotte est à mes côtés, comment pourrait-il en être autrement…

Proverbe Groenlandais : seuls la glace et le temps sont maîtres

La preuve ce soir au lieu d’être à Ilulissat, nous sommes bloqués à Kangerlussuaq. Malgré trois tentatives, le brouillard n’a pas permis au Dash8 de se poser…

Inuulluarit

PS : photos sur ma page Facebook Frank Bruno officiel

Été à Oqaatsut 2019…

7 juillet 2019

 

Bonjour à tous,

Ce petit mot va vous rafraichir puisqu’il est posté directement du Groenland où j’ai posé mes sacs.  Début août, 6 adhérents de l’association Bout de vie vont embarquer à mes côtés, à bord du voilier polaire la Louise. Une croisière australe en baie de Disko, va leur dévoiler des moments qui resteront gravés à tout jamais dans leurs âmes. Les mouillages seront sauvages et silencieux, les activités seront simples : Ouvrir ses yeux et tout prendre. Balades à terre et sous-marine, agrémenteront les escales. Un journal de bord vous dévoilera tous les petits moments magiques de cette exploration digne d’une aventure à la Shackleton.  En attendant depuis ma petite maison d’Oqaatsut je vous offre un peu de fraicheur et de liberté.

 En m’inspirant de la phrase de Rasmussen :

Donnez-moi un océan polaire et du silence, je vous donnerai tout le reste

Un crowndfunding est en ligne, vous pouvez vous aussi apporter votre flocon de neige à la création de cet iceberg de Liberté. Cliquez ici

 

Offrez vous une part de rêve et de fraîcheur polaire sur ce site en ligne. (Films, tasses, t-shirts, sacs de plage…) Cliquez-ici

 

Projet en cours avec vous tous…

23 avril 2019

 

Bonjour à tous, du 19 au 25 mai le 17éme stage de mer aura lieu comme chaque année en Corse du sud à bord du catamaran Nomade. Tout est calé, réservé, supervisé. Certains ont promis de faire un don, d’adhérer à Bout de vie, il est encore temps. Depuis cette année un système très facile et sécurisé est actif, je compte sur vous. http://www.boutdevie.org/adhesion/

 

D’autre part le samedi 4 mai je serai aux Sables d’Olonne dans le cadre du festival Les Ecrans de la Mer. Un stand Bout de vie sera tenu par Laurianne, Loïc et leurs amis, j’y serai aussi. Le samedi matin un jury me recevra pour présenter un projet parmi 8 autres. Celui de Bout de vie sera d’amener 6 jeunes amputés à bord du voilier polaire La Louise cet été au Groenland. Je vais avoir quelques minutes sur scène pour convaincre le jury et les chefs d’entreprises que c’est ce projet qu’il faut financer. Je compte sur vous pour venir dans la salle donner de l’émotion et de la force à cette future aventure.

Mécène, donateur, adhérant je compte sur vous. Le mécène principal de l’association Bout de vie viendra spécialement de Suisse pour nous soutenir, je compte sur vous pour partager, liker, causer, financer…

Le 1 mai une action de crowdfunding va être aussi lancée par des anciens étudiants de l’IFAG de Nantes pour le tour du monde à la voile de partage.

 Vous voyez ça bouge alors vous aussi participez à l’aventure Bout de vie…

Que Dieu vous prothèse…

 

La différence…

22 février 2019

 

Différence…
Un sujet qui me tient à cœur, une croisade dans laquelle je me suis offert corps et âme et bien plus encore… La différence est un chemin long et sinueux, telle une route de montagnes corses. Nous sommes tous différents, et tous semblables aussi ! Pourtant la différence prend toujours le dessus. Dans notre quotidien la différence nous accompagne en boucle, on l’entend à longueur de journée. Elle nous flagelle, elle nous harcèle, elle peut même devenir notre maître d’école. Un homme, une femme… Et commence l’odyssée de la différence. Le blanc, le noir et elle reprend de plus belle. Le Ying, le Yang qui choisir ? Une jeune, un vieux, houlala quel scandale…La différence est le pilier de nos maux, la quintessence des guerres, des ruptures, des incompréhensions. Depuis longtemps je hurle qu’elle peut-être une force, mais au fil des années par moments on tente de m’en dissuader. Il me semble perdre de l’énergie. Vous qui me lisez, vous êtes différents du pauvre gribouilleur qui ose raisonner ici sur ce blog, pourtant si mes réflexions vous attirent, c’est que quelque chose nous rassemble, nous unit. Le seul lien : notre ressemblance ! C’est vrai que réfléchir fait peur, le temps nous est compté, les informations nous happent. Les flux de réfugiés aux aspects si différents nous effraient, les homosexuels de plus en plus fréquents sur la scène de nos quotidiens deviennent dérangeants, quant aux handicapés qui réclament de vivre comme tous le monde, cela est une utopie déstabilisante. Utopie, tiens donc, que vient-elle faire dans ce texte ?  Elle n’aime pas les règles rigoureuses où rien n’est laissé au hasard. Comment éduquer les citoyens pour les rendre meilleurs si les lois inébranlables ne laissent aucune place à la folie du rêve ? Un pauvre fou avait hurlé : I have a dream. On l’a vite assassiné de peur que sa différence gagne une bataille. Trop de différences fatiguent, trop de différences usent, mais qui définit les règles, qui a créé ce serpent à deux têtes ? Nous et personne d’autre ! Nous sommes responsables de ce gouffre qui peut-être infranchissable, nos barrières doivent tomber pour faire des ponts. Ca aussi je le rabâche, mais moi-même suis-je sûr de ne pas avoir peur de la différence?  Je m’effraie tadalafilparis.com quand l’intolérance m’emporte, quand je ne supporte plus les « autres » ne vivant pas à mon rythme. Imaginez un monde avec des gens qui vivent sans télé, passant une partie de leur vie dehors à contempler les étoiles. Ouah cela serait désastreux ! La vie est Alchimie, la vie est trop précieuse pour ne pas s’ouvrir, pour ne pas aimer sans retenue. Alors comment faire, où est l’issue de cette question, où est sa réponse ? L’homme a toujours rêvé de transformer le plomb en or, la pierre philosophale, s’appelle l’amour. Et si nous devenions tous alchimistes, chiche !!!

PS: On peut aussi se retrouver tous les jours sur ma page FaceBook et sur Instagram