Festival des Abyss

22 mai 2014

Abyss

Le deuxième Festival des Abyss d’Ajaccio vient de débuter, un événement récent mais qui ne lésine pas sur les moyens, le parrain cette année sera Jean-Michel Cousteau. Le monde sous-marin a toujours fasciné un large public et l’odyssée du Commandant au bonnet rouge a stimulé une palanqué de garnement à pratiquer l’école buissonnière afin de mouiller leurs palmes dans le grand bleu ; je faisais parti de cela. A ma grande surprise les organisateurs n’ont pas trouvé mieux que de me nommer président du jury environnement !

Un sujet à la mode verte que je tenterai d’animer manière « cabochard ». Les logos bio abondent dans les paniers de la ménagère, les bobos-écolos refont le monde cachés derrière une étiquette recyclable. Dans les soirées climatisées, il est proposé un buffet campagnard venu directement de Lozère à dos de mule ; « ma chère madame, ici tout est bioooooooooooo »! La bande à Bardot accuse les barbares Inuits de massacrer les bébés phoques, elles en pleurent de rage faisant couler leur rimmel à base de graisse de baleine « commerce équitable » ! De mon tipi je me laisse emporter dans mes moqueries enfantines. Les slogans sauvons la planète sont de bon ton en ce monde de consommation, mais notre chère Terre va très bien elle n’a pas besoin de fourmi pour être sauvée. Quand certain la « titille» elle se démange en créant des tremblements de terre, quand l’allergie des usines lui irrite les narines, elle éternue provocant des ouragans !!! Les râleurs demandent des lois, les rêveurs que l’homme devienne meilleur, mais la Terre tourne, pas un jour elle n’a loupé sa rotation, pas un matin le soleil n’a zappé son levé. Laissons les lois aux politiques, mais changeons nos quotidiens dés maintenant. Ce n’est pas le pétrole qui va manquer un jour mais l’eau potable, les engrais et pesticides pourrissent nos rivières, Alzheimer, sclérose en plaque, cancer sont de plus en plus fréquents. Les pauvres Groenlandais qu’on accuse de tous les maux sont en zone de mort imminente. Un flux naturel de sud leur déverse sans vergogne tout les déchets toxiques possibles et inimaginables de l’Europe du sud, les planctons l’ingèrent et jusqu’au bout de la chaîne alimentaire les animaux sont contaminés. En fin de maillon nos eskimos, qui depuis la nuit des temps survivent par leur pêche et chasse, en sont les premiers touchés. Le lait maternel des femmes qui allaitent est considéré, après multiples recherches scientifiques internationales, toxique et impropre à la consommation ; le taux de cancer en quelques décennies a bondi au pays de Nanoq. Mais que faire alors ? Changeons sans concession nos quotidiens, j’ai viré depuis un bon moment tout les détergents, quatre noix d’indes pour la lessive sont suffisantes. Un mélange de savon noir, bicarbonate de soude, cristaux de soude avec une touche d’huile essentielle de lavande pour ma vaisselle… Cela peut paraître une goutte d’eau mais en changeant dés maintenant nos habitudes peut-être l’échéance de l’autodestruction reculera de quelques années. Les fruits et légumes de saisons sont bien meilleurs que ceux qui nous viennent de l’autre bout du monde, mais oui je prends très souvent l’avion, mais oui mon bateau fonctionne au gas-oil comme ma voiture, vous voyez ce n’est pas simple. « Je pisse sur les arbres, moi monsieur; avec les 6 litres d’eau potable made in Jacob-Delafont, un gamin somalien vit une semaine de plus »… La logique et seulement elle, nous fera ouvrir les yeux,  mais comme notre schéma sociétal est construit dans un bunker basé sur le « toujours plus », nous sommes voués à disparaitre. Si un génie pouvait désensorceler les Hommes exorcisé par la « croissance », les choses pourrait prendre un autre cap. Une pièce pouvant contenir quatre personnes peut en recevoir deux de plus mais ce sera serré, puis deux autres de plus, ce sera encore plus serré, deux de plus et on serra entassé, trente de plus ce sera intenable, cent et ce sera une mort programmée !

La vie nous a donné des yeux et un cerveau alors pourquoi ne pas s’en servir. La croissance nous dézinguera, à quelques parts cela est rassurant, la planète est trop gentille avec nous, mais il n’y a aucun soucis à se faire, elle a l’habitude de tourner en rond ! Réalisons dans quel paradis nous vivons, hélas certain de nos  comportements sont affligeants. Nous avons tout pour être heureux, absolument tout, mais certains semblent prendre un malin plaisir à créer les ghettos, à creuser les abysses pour diviser les moutons, une doctrine est devenue internationale hélas : « si je ne le prends pas moi ce sera lui, alors je pille »…  Je vous laisse à vos réflexions qui je l’espère vous mèneront à une action ou peut-être plus, des maintenant.

Sur ces paroles « cabocharde »,  je vous donne rendez-vous au Festival des Abyss d’Ajaccio, à mes côtés seront, Francis Le Guen, Christian Petron et bien d’autres personnalités du monde du silence.

Epilogue des Ecrans de la mer…

9 juin 2013
Contre toute attente Jo Zef la mascotte était du voyage...

Contre toute attente Jo Zef la mascotte était du voyage...

Les prix ont été décernés et par ce billet je vais tenter de vous transmettre l’ambiance de ce Festival International du Film de Mer. La guilde m’avait fait un immense cadeau en me confiant un jury extraordinaire que je me dois de vous présenter : Catherine Lecoq réalisatrice, auteure et scénariste ; Eric Beauducel, auteur et opérateur de prise de vues ; Hervé Bourmaud, marin pêcheur et ancien capitaine de la goélette scientifique Tara et le touchant Hervé Clayessen commandant retraité de la marine marchande et peintre. L’organisation des Écrans de la mer a reçu 188 films et seulement 18 furent  présélectionnés  pour 5 prix autant vous dire que la tache ne fut pas si simple. Mon rôle de président fut facilité par l’osmose du groupe, mais choisir un film plutôt qu’un autre est un déchirement, pourtant il fallut débattre et voter. C’est un festival de film avant tout et les images doivent transporter le public dans un monde salé sans mensonge . Finalement sans heurt et avec une coordination assez impressionnante nous avons réussi à établir le palmarès que voici :
Prix du Jeune réalisateur : North of the Sun (au Nord du Soleil) de Inge Wegge et Jorn Ranum
Prix du meilleur film traitant d’écologie : The silver of the sea (L’argent de la mer) de Are Pilskog.
Prix du meilleur film traitant d’aventure et de sports nautiques : Una Boya Feliz (la bonne fortune en kite-surf) de Jordi Muns et Eloi Tomas.
Prix du meilleur film traitant des métiers de la mer : La paix du golfe de Patrice Gérard.
Le Grand Prix du festival Jean Bart « U-455, le sous-marin disparu »  à Stéphane Bégoin.
Prix des jeunes de l’agglomération dunkerquoise : Una Boya Feliz (la bonne fortune en kite-surf) de Jordi Muns et Eloi Tomas.

Trois jours avec beaucoup de rires, d’émotions et de rencontres, un grand merci à toutes les personnes croisées et bien-sur un grand coup de chapeau aux trois sirènes organisatrices : Cléo Poussier-Cottel , Corinne Husson et Anne Queméré, l’illustre animateur présentateur Alain Goury,sans oublier Olivier Allard délégué général de la guilde et du festival, Bernard Decré président cofondateur du festival et le président de la Guilde Européenne du Raid Sylvain Tesson. En étant dans le département du Nord, mon ami disparu  Loïc Leferme natif de ce port de la Manche me guidait pour improviser un hommage. Mes mots se sont remplis d’émotion que le public a saisi au vol et je suis très fier d’être devenu citoyen d’honneur de la ville de Dunkerque.

Pour conclure ces magnifiques rencontres marines je vous transcris l’hommage que Sylvain Tesson a rédigé à mon égard, encore une fois de plus mes yeux se sont salés, un sacré cadeau en ce 9 juin 2013 qui est la commémoration de mes trente années à cloche pied.

Un jour, je suis allé faire une petite promenade à ski avec Frank Bruno. C’était prés du parc de la Vanoise, nous étions trois ou quatre et il faisait grand bleu. J’ai appris deux ou trois choses ce jour-là.

Je savais déjà que l’humour était la meilleure réponse à l’adversité du sort mais Frank m’en a donné ce jour là une démonstration magistrale. Lui, l’amputé à qui le destin a volé une jambe lorsqu’il était âgé de 18 ans, ne cesse jamais de rire de son moignon, comme si la garce de vie lui avait joué une bonne blague. Et devant les gens qui se tortillent, légèrement embarrassés, ne sachant pas très bien comment évoquer son infortune, rien ne lui plait d’avantage que d’ôter sa prothèse en s’exclamant : « je suis un amputé à part entière ! »  Bref, pas le genre à baisser les bras.

Je savais aussi que la volonté peut tout et que bien des êtres font de la force d’âme « le jardinier du corps » comme l’écrivit Shakespeare, mais Frank me l’a prouvé ce jour-là d’une remarquable manière en nous laissant tous à cent mètres derrière nous qui nous croyons bien entrainés !

Je savais que le propre de l’Homme est de réussir à triompher des malheurs, à les transcender et parfois même à les transmuer en bienfaits mais Frank me l’a rappelé ce jour-là d’une façon inoubliable. Il me raconta (je le laissais parler parce que j’étais essoufflé), comment il avait réussi à puiser en lui la puissance nécessaire pour ne pas désespérer et comment, aujourd’hui, il insufflait son énergie à ceux qui ne croyaient plus en eux-mêmes ou qui doutaient de l’existence.

Et lorsque nous regagnâmes la station de ski, je me dis que j’avais rencontré un homme à qui il manquait un bout de lui-même et qui, pourtant, semblait plus entier que beaucoup d’entre nous !

Signature de mon vieux pied usé qui a réalisé l’expédition Arcticorsica, l'écrivain, voyageur et ami Sylvain Tesson au premier plan est attentif, cela va être son presse pied papier sur son bureau...

Signature de mon vieux pied usé qui a réalisé l’expédition Arcticorsica, l'écrivain, voyageur et ami Sylvain Tesson au premier plan est attentif, cela va être son presse pied papier sur son bureau...

Prélude des Ecrans de la mer 2013

2 juin 2013

644162_437477702998495_414988420_n

Bientôt les Ecrans de la mer vont être déclarés ouverts, j’ai la lourde tâche de présider ce Festival international du film de  mer. Je viens de finir une longue conversation avec une journaliste, j’ai mis de côté mon parcours d’aventurier à cloche pied pour en venir à l’essentiel !

Si la Guilde Européenne du Raid me donne l’opportunité de jouer le rôle de chef d’orchestre ondin, à moindre mesure bien sur, c’est qu’elle  me connaît, elle m’en offre la baguette. Je laisse venir les questions, mais il y en a une ou deux que j’attends avec impatience : » Pensez-vous que l’Homme pourra sauver la planète ? » « Avez-vous noté un changement significatif de notre climat ? » Les revendications du moment ! Les écolos s’en sont fait une devise, les droites, les gauches, les centres, les extrêmes aussi, tous ensembles, le « sauvons la terre » est exploité sans retenue. J’explose de rire, une fois de plus le nombrilisme de mes chers «  frères et sœurs » surgit, le tout à l’ego coule dans la fosse qui me laisse sceptique ! Nous les 7 milliards de petits bonhommes allons empêcher que les  glaciers fondent, que les tsunamis envahissent nos champs OGM, que les Lodges de luxe aux Maldives ne soient engloutis par l’océan, que les blocs de béton enfermant nos déchets nucléaires enfouis dans  l’argile ne nous pètent à la gueule, remarquez ce serait peut-être un bon moyen de faire repousser les moignons des gosses qui sautent sur les mines interdites par la convention de Genève ou de Tripoli ! Mon interlocutrice me suit un peu avec peine dans mon théorème digne d’Archimède: tout humain venant au monde à une température ambiante doit, si et seulement s’il devient adulte, avoir le pouvoir d’exterminer le mec d’en face un poil différent ! Changer la planète mais quelle rigolade, les pesticides, les guerres, le nucléaire, les virus, les Frankenstein ne rayeront même pas un peu l’écorce de la vieille terre. Elle tournera, toujours aussi pépère, les pôles Nord et Sud seront toujours opposés en souvenir du comportement des hommes qui n’ont fait que l’effleurer. Alors changeons le slogan et demandons tous ensemble : « Oh belle planète s’il te plait sauve les hommes ». Je l’entends d’ici ricaner et me susurrer ceci : « l’homme ne veut pas être sauvé, il n’a plus le temps, il faut tout rentabiliser, il faut du profit, la courbe doit prendre 3,5%, il faut, il faut… » Puis le silence, un an, cent ans, mille ans, un millions d’année et elle tournera encore, encore et toujours. Nous ? Qui nous ! Voilà le tempo que j’essaierai de donner à ce festival… Vous venez, on va rigoler !

Et si j’étais président ?

18 mars 2013

427619_334310939954780_1320565914_n

Le Sud-ouest force 6 à 7 donne au Cabochard les ambiances que j’affectionne, les haubans des « autres bateaux » tintent, peut-être ont-ils peur, mon vieux bateau lui ne tremble pas devant les rafales. Sur la table à carte pour l’occasion j’ai ressorti mon premier carnet de plongée. Occasion, mais quelle occasion ? La Guilde Européenne du Raid m’a nommé président du jury du festival mondial du film de mer…

Je suis né à 200 mètres tout au plus de la Méditerranée. Sans savoir nager je fouillais déjà avec mes palmes et mon masque bleu les fonds à la recherche de quelques trésors oubliés ; je ne suis plus certain si j’ai appris à marcher où à plonger en premier !!! Mon premier voyage-plongée en famille au bout du monde, à cette époque le tourisme était un privilège, à 14 ans j’avais déjà bullé dans tous les océans de la planète, j’étais devenu avec dérogation de la fédé le plus jeune initiateur de France, à 15 ans je franchissais la barre des 60mts très régulièrement, je connaissais par cœur le regard froid de presque tous les requins. Devançant mon appel dans la « Royale », je comprenais que je n’aimais pas que l’on me donne des ordres et le destin bascula, une patte en moins. Si mes bouteilles de plongée étaient un « bi » je devenais uni ; jambiste ! Major de promotion du monitorat et l’appel du large, un long voyage  aux quatre coins de « ma » Méditerranée. Des souvenirs j’en ai des millions, des plongées des milliers mais une seule vie à cloche pied. De toute mes balades sous-marines la plus belle est celle d’après mon accident, je ne devais pas car j’étais encore sous cachet et ma greffe de peau était trop fraîche, mais au diable les contraintes. Sur une palme, accroché aux bouteilles de mes potes je flottais enfin sans douleur dans trente mètres, tout redevenait facile, j’étais libre comme avant ce putain d’accident ! Puis j’ai continué à plonger, à guider des milliers de gars et de filles, certains y ont trouvé une vocation, un métier. Je suis toujours fier de recevoir un courrier d’un ancien élève qui est devenu soit prof de plongée, démineur, biologiste… Le bâton du relais est passé sans chuter. Bout de Vie depuis dix ans permet à des amputés de tout bord de retourner en apesanteur, quelle joie de voir sortir de l’eau ces « frères et sœurs » d’amputation avec la victoire comme breloque. Certains ne voient en moi que celui qui a été le premier handi à traverser un océan à la rame, d’autres voient plutôt le sauveteur qui est allé sortir des griffes de la mort pas mal d’insouciants, d’autres encore m’associent au chercheur de pièces d’or et d’amphores. Je ne sais pas qui a raison, qui a tort, je n’aime pas l’étiquette de marin, je ne régate pas, je ne fréquente pas les clubs et encore moins les salons nautiques, je ne lis que très rarement des magasines spécialisées et évite les pontons où les « moi j’ai fait » parlent de tempête alors que ce n’était qu’un simple « grand frais » ! Je suis juste un habitant de la mer ; ces dix derniers jours j’ai déséchoué seul deux voiliers, récupéré un immense ponton qui pouvait être dangereux à la navigation et dépollué une épave. Je n’en cause pas, c’est un quotidien bien banal, vous ne parlez pas de vos courses du supermarché le samedi ! Donc j’ai accepté de présider le festival mondial du film de mer. Une tâche que je prends le plus sérieusement du monde, les films présentés sont le panel complet qu’offre l’univers professionnel de la mer. Un président est une sorte de chef d’orchestre qui donne sa touche de sensibilité. Les mots clés qui me viennent de suite à l’esprit sont : nouvelles découvertes, avenir de l’homme sur et sous la mer, poésie océane, partage et bien sur différence. Je suis très ému, honoré et enchanté par cette mission qui m’a été si gentiment confié, je vais donner le meilleur de moi pour que ce festival soit à la hauteur de sa réputation. Un grand merci à la Guilde Européenne du Raid et plus particulièrement à Cléo Poussier-Clottel, , Olivier Allard, Patrick Edel, Anne Quéméré, Corinne Husson… Le site: Ecran de la mer

C’est pas l’homme qui prend la mer c’est la mer qui prend l’homme… Tatatan !

Déjà l'oeil du tigre!

Déjà l’œil du tigre!

Plus de 40 ans aprés...

Plus de 40 ans aprés...

Un bout de vie partagé au festival du film d’aventure de Val d’Isère…

23 avril 2012
Les membres du jury ne se prennent pas au sérieux...

Les membres du jury ne se prennent pas au sérieux...

Tout d’abord un grand merci à tout les organisateurs de cet événement qui restera gravé longtemps dans mon cœur…

De mon camp caché dans le maquis, la semaine du festival du film d’aventure et de découverte de Val d’Isère, revient comme dans un rêve. Que de belles rencontres, que de mains tendues, ces lieux sont des croisements de personnes qui vibrent et existent pour une seule chose, la découverte. Découvrir une vallée perdue, un insecte encore inconnu, un sommet atteint pour hurler que la paix est possible… Tous ces découvreurs sont  surement des chercheurs de vérité. J’en fais parti, je crois ! Nous étions quatre jurys et à notre surprise il nous fallut à peine quelques secondes pour décerner le prix de l’Aigle d’or… Un homme qui pour se fondre à la région du Nouristan a appris la langue, la culture et s’est passionné pour cette province encore méconnue de l’Afghanistan. Une terre située à l’extrême Nord-est, composée de musulmans ismaéliens qui ont comme devise : paix et tolérance. Paradoxe de cet état qui connait une guerre sans pitié. Louis a composé une équipe de quatre nouristanis pour tenter de gravir la plus haute montagne afghane qui culmine à 7492mts d’altitude. Une histoire passionnante qui nous fait oublier le machisme de certains alpinistes. Ces hommes ont compris que leur sommet serait un appel à la paix pour leur pays … Ce film nous a charmés, portés, illuminés et la conclusion de ce sublime 52’ nous voyait essuyer quelques larmes de trop de bonheur. 7000 mètres au dessus de la guerre. A voir absolument !

Le Prix Alain Estève revient en toute logique au film de Florence Tran : La montagne magique, sur les chemins du Kailash. Un coup de foudre que j’avais déjà eu aux Écrans de l’aventure de Dijon…

Le rôle de jury est passionnant mais la différence de chaque personne qui le compose peut-être aussi un abysse d’incompréhension. J’étais en osmose avec tout le monde mais un film me semblait essentiel, primordial et j’étais blessé, heurté qu’il passe à la trappe.

Jolokia, l’équipe des bras cassés… Eric skipper professionnel s’était mis en tête de battre un record de vitesse entre Lorient et l’île Maurice avec un voilier composé d’un équipage mixte, (valides, différents) ! Un défi un peu fou mais l’aventure n’est elle pas l’accomplissement de l’impossible ? Deux ans de préparation, des choix à prendre pour que le bateau soit le plus performant. Des gars et des filles qui ont poussé leurs limites et su obtenir une équipe soudée. Pas facile de renoncer quand on est à l’initiative du projet, pourtant Laurent comprend que son handicap ne pourra l’amener à vivre cette aventure à fond. Une histoire qui nous rend plus humain, une odyssée qui est un hymne à la vie. Là encore, la fin nous tire les larmes des yeux, le record est battu mais une fois de plus l’histoire démontre que  le cheminement est plus important que l’arrivée… Après palabre, coup de sang de ma part, Diégo notre « président » trouve une chouette idée : « Décernons un nouveau prix, un clin d’œil »! Ok ! Nous improvisons le prix : Coup de cœur du jury.

Chacun de nous avons un petit speech à faire pour remettre les trophées, il me revient en toute logique la remise du prix Coup de cœur du jury. Voici le laïus devant un public tout acquis à ma croisade :

« Quand l’avalanche du handicap fauche ton camp de base, le chacal de l’incompréhension rôde… Tout est chaviré, bancal, plus rien ne tient debout. Tu sors de sous les décombres mais tes yeux ne captent plus la lumière des autres. Tu tentes le premier pas mais rien ne se passe, toi tu veux mais putain, tes jambes sont devenues sourdes. Ramper devient ta solution, en bas dans la vallée le village te semble proche alors comme le vers de terre tu ondules, tu te démènes. La boue te semble douce car l’espoir te caresse, tu as mal mais ce n’est pas grave, tu avances. Les conquérants de l’inutile manquent de t’écraser, ils ne te voient plus, tu n’es plus rien. Effort, solitude, humiliation, torture de l’âme, tu te moques car le camp des « autres » est proche… Waouh, t’es un héros tu as réussi à rejoindre le cœur des hommes, mais ils ont perdu le temps et t’offrent leur pitié. Tu hurles que t’es un mec, un vrai mais vite on te parque… Le ghetto devient ta routine, la mort te semble douce, faut oublier ce maudit jour, cette satanée fatalité…

Eric merci, dans ton voyage tu as démontré que différence est force.

Mesdames et messieurs : Les malheurs qui nous arrivent ne sont pas des punitions mais des défis à relever… Merci… »

16éme Festival du film d’aventure de Val d’Isère.

14 avril 2012

391921_288381784532597_191985424172234_760118_1913619906_n

Bonjour les amis, pour un mec qui n’a pas de télé et ne peut pas rester assis plus de 10’ dans une salle obscure, je me retrouve en moins de 8 mois pour la troisième fois,  membre du jury du festival du film d’aventure de Val d’Isère, qui se déroulera du lundi 16  au jeudi 19 avril.

Les projections  pendant cette semaine seront présentées par Sylvain Tesson. Et oui je suis chanceux d’être convié à cet événement. S’il y a encore des gens qui ne connaissent pas cet écrivain penseur, marcheur, je crois que vous devez être rares, je vous recommande ses livres : Éloge de l’énergie vagabonde, L’axe du loup, Dans la forêt de Sibérie… Leçon de vie, philosophie nomade, un grand coup de pied à notre belle société de consommation.

Ces lieux sont toujours des excuses pour retrouver les copains qui comme moi errent le monde à la recherche de leur « moi » et savent le partager pour apporter, rêve, inspiration et espoir pour « l’Homme ». Donc heureux de retrouver : Eric Bellion qui présentera le film Jolokia, Jacques Olivier TraversSherkan, l’aigle du Mont Blanc, Florence Tran La montagne magique, sur le chemin du KaïlashEt bien d’autres. Mon bout de vie sera mis en avant et pour ceux qui traineront la prothèse dans le coin, voilà les rendez-vous…

Mardi 17 avril 2012

Salle du festival : Film L’aventure à cloche pied.

20H15

Malgré son « unijambité » Frank, sportif de l’exploit et aventurier dans l’âme, rien dans sa vie n’est banal. Fondateur de l’association « Bout de vie », il partage ses élans de générosité avec ceux qui, comme lui-même un jour, crurent être brisés par la cruauté du destin : accidentés de la vie, certes, mais jamais abattus. Ce film est un témoignage simple mais fort que les malheurs sont les plus grands défis à relever. En quelques minutes on va le suivre sur une traversée de l’Atlantique à la rame retentissante,   dernier degré du pôle Nord, la traversée d’Ouest en Est du Groenland, puis à l’ascension du plus haut volcan du monde (Argentine) et une odyssée en solitaire sur le fleuve Yukon, des milliers de kilomètres en kayak de Whitehorse à Grayling… un prétexte à se retrouver, à se regarder en face et à renouer avec l’harmonie fondamentale qui lie l’homme à la Nature. Un film sensible, grand public, réalisé pour ceux qui doivent chaque jour conjurer le mauvais sort… les blessés de la vie certes mais aussi, certainement, le commun des mortels…

Film de Frank Bruno, réalisation Isabelle Bres, Olivier Philippe et Frédéric Jouve.

Mercredi 18 avril 2012

Café aventure

9h30, médiathèque – salle du Conseil municipal

Venez discuter de défis sportifs et d’explorations scientifiques avec Frank Bruno et Evrard

Wendenbaum autour de leurs livres « Bout de vie » et « Makay, à la découverte du dernier Eden ».

Petit-déjeuner offert par la Maison Chevallot.

A pluche.

PS : Jo Zef la mascotte sera présente !!!

Un bout de vie aux Ecrans de l’aventure…

6 novembre 2011

Les Ecrans de l’aventure sont le rendez vous incontournable des baroudeurs ! Retrouvailles de copains et copines qui reviennent du bout du monde, je dirais plutôt du bout de leurs rêves. On s’étreint, on a les yeux qui pétillent, c’est bon de se retrouver. Du Yémen à la Polynésie, du fleuve Léna au Danube, du Pacifique à l’océan Arctique, les Ecrans deviennent le camp de base pour  nous réunir pendant quelques instants. Nous sommes là pour voir, rencontrer, argumenter et cette année pour les 20 ans du festival le président est à la hauteur de l’événement en la personne de l’illustre Québécois Bernard Voyer. Homme de défi il a atteint les trois pôles, le Nord, le Sud et le sommet de l’Everest. Sa vie l’a amené à gravir les montagnes les plus hautes des 5 continents mais ce que je retiendrais de lui c’est la profondeur de ses échanges. Il est le président des membres du jury du film et après chaque séance nous débattons. Six personnes différentes pour un palmarès qui doit être au plus près de nos convictions.

Présentation de mes collègues jurys :

Hubert de Chevigny aviateur explorateur a atteint le pôle Nord magnétique en ULM en 1982, il fut l’ancien président de la Guilde européenne du raid.

Ariane Le Couteur Directrice générale de production, elle a produit plus de 50 documentaires aventure.

Grégory Le Moigne, réalisateur spécialisé dans l’aéronautique, il suit depuis quelques années la patrouille Breitling.

Céline Moulys réalisatrice de plusieurs films sur les peuples d’Himalaya.

Le prix Peter Bird va être remis et pour cela nous sommes conviés dans un grand restaurant Dijonnais par les assurances SPB qui dotent ce prix. Grandes tables et décor vieille France, nous nous installons. Anne Quéméré navigatrice qui revient d’une traversée du pacifique en kiteboat se retrouve à mon épaule gauche et bien sur nos histoires ont un gout salé. A notre table deux « Dragon Ladies » ! Un groupe de femmes atteintes du cancer du sein, ont participé à un rassemblement de bateaux à rames  dans les canaux de Venise. Le film est en compétition et la salle fût conquise. Comme à chaque fois la question est : « Quel est votre prochain défi ? » Leur désir est de traverser la Manche avec une pirogue de 6 rameuses. Ne chercher pas dans ces femmes des sportives de haut niveau, pour certaines avant leur cancer elles n’avaient jamais fait le moindre sport. La maladie les a unis et la nouvelle vie leur a donné envie de découvrir leurs limites. Anne les parraine et tout au long du diner, le projet de traverser la Manche se dévoile. La navigatrice se confie, elle aimerait bien les accompagner avec son kiteboat mais il  demande une grosse restauration après plusieurs mois de Pacifique où il a beaucoup souffert. On parle de sponsor, de la crise… Catherine Lanson qui représente SPB assurance demande le silence, elle va dévoiler qui sera élu aventurier de l’année, l’enveloppe est doucement ouverte : « le prix Peter Bird SPB cette année est remise à la navigatrice Anne Quéméré… » Ma voisine est bluffée, l’émotion lui fauche la route, elle est abasourdie. La salle l’ovationne et de l’eau salée apparait dans ses jolis yeux bleus d’océan. Un chèque lui est remis et elle pourra accompagner les Dragon Ladies au printemps ! Un moment merveilleux de partage comme quoi les aléas de la vie sont là pour nous rendre plus fort et plus humains.

Les prix sont décernés et chacun à notre tour nous devons honorer nos élus. Notre président du jury Bernard Voyer sait mettre une grande émotion au millier de spectateurs présent, humour et philosophie ont donné le ton de la remise des trophées. La tache qui me revient est de décerner le trophée Alain Bombard. J’avais préparé un petit laïus et avec un plaisir immense je demandais à Eric Béllion skipper du voilier Jolokia de venir nous rejoindre. Un film dévoilant l’histoire d’une bande de « bras cassés » qui ont battu le record  de transat entre Lorient et l’île Maurice. Un équipage mixte valides et moins valides qui n’avait qu’un seul objectif, donner leur meilleur…

La nuit fût entrecoupée d’échanges, de confidences, de rencontres…

Un grand merci à la Guilde Européenne du raid qui m’a permis d’avoir la lourde tache d’être l’un des membre du jury. Un grand merci à tous les sourires croisés, public et intervenants et un gigantesque merci à Cléo qui est une organisatrice des Ecrans de l’aventure au cœur immense…

20e ECRANS DE L’AVENTURE DE DIJON

2 novembre 2011
Comment pouvez vous dire que ce n'est pas moi le modèle ???

Comment pouvez vous dire que ce n'est pas moi le modèle ???

Festival international du film d’aventure, 20éme édition des Écrans de l’aventure, c’est parti. Du 3 novembre au 6 novembre à Dijon la Guilde Européenne du raid réuni les plus grands aventuriers de la planète. Films, livres et surtout rencontres sont au programme. En 2009 à ma grande joie je reçu le prix Peter Bird doté pas SPB et comble de bonheur cette année je fais parti des membres du jury. Si le cœur vous en dit venez à la rencontre de ces personnages attachants et hors du commun. En lien le programme.

Chaque jour vécu est une aventure, alors découvrons nos limites.
LES ECRANS DE L’AVENTURE par DMTV21

Soirée concert à Ajaccio le 3 decembre…

30 novembre 2010

affiche 2

Une belle initiative de Maéva Ottavy du lycée Fesch d’Ajaccio.

La section BTS Service et prestation du secteur sanitaires et social organise une grande soirée chant Corse au palais des congrès d’Ajaccio.

Des t-shirts, mascottes, DVD, livres seront en ventes aux profit de l’association Bout de vie.

Venez nombreux, Jo Zef sera bien présent !

A pluche.

Un bout de vie à bras-le-corps…

29 septembre 2010
rencontre de deux légendes...

rencontre de deux légendes...

Perdre ses deux bras n’est pas une mince affaire à gérer!

Thierry Corbalan fait partie de ses hommes dont la force et le courage semblent inaccessibles.

Pourtant Thierry avant d’être un athlète de haut niveau est un homme de cœur ce qui fait la différence.

L’année dernière vous devez vous souvenir de sa traversée des Bouches de Bonifacio à la nage en mono palme, une « baignade » de 5h 35′ dans l’un des endroit les plus tordu de Méditerranée.

Il était tellement bien à l’arrivée qu’il semblait en redemander. L’info avait fait le tour du monde et de Russie à la Turquie des Usa au Brésil il démontrait que rien n’était impossible. D’ailleurs il a fait des émules puisque Philippe Croizon quadri-amputé a suivi son sillage en réalisant la traversée de la Manche à la nage il y a quelques jours.

Cette année encore, il a prit un projet fou« à bras le corps » un nouveau défi  pour un homme amputé des membres supérieurs , n’est ce pas?

Il va tenter samedi 2 octobre la traversée à la nage en mono palme des Bouches de Bonifacio aller retour soi environ 30 km.

Si vous désirez assister à son aventure rendez vous à Piantarella sur la commune de Bonifacio à 7h, son retour sera en fonction des vents et des courants, mais  l’estimation serait vers les 17 heures.

La semaine dernière le 8éme stage de plongée sous marine Bout de vie avait lieu et en une semaine ces frères et sœurs de vie ont réalisés que les limites n’étaient définies que part l’intéressé lui même et non par une tierce personne.

D’ailleurs pendant que nous bullions Franck Festor du premier stage et son camarade Hervé Keiff réalisaient un magnifique tour de France en Tandem eux aussi ont démontré que malgré une différence on pouvait se réaliser en tant qu’homme à part entière.

Nous vous attendons nombreux et nombreuse au lieu dit de Piantarella samedi 2 octobre à partir de 7h.

Comme dirait la mascotte Jo Zef que Dieu vous prothèse…