La vie simple en mode eskimo !

10 août 2017

Je suis incorrigible, impossible de dormir, dès 5h je suis déjà en mode fourmi, Oqaastut dort encore, alors que le « boiteux » lui, s’affaire déjà pour donner un air vivable à la maison bleue, non pas adossée à la colline, mais face aux icebergs qui explosent encore et encore. A ma pause café, un drôle de bruit m’intrigue. Dame baleine passe à deux pas de la côte, on aurait dit qu’elle me chuchotait : on se voit quand alors ? Bientôt, bientôt, Miss ; ma chérie arrive d’ici quelques jours et l’on reprendra la mer pour que tu nous présentes ton rejeton, celui qui aime bien passer juste sous Immaqa !

Mais que c’est beau et bon de vivre là, une baleine, deux glaçons plastiqués, du silence à n’en plus finir et on reprend le grattage… Puis c’est au tour de Steen de passer, c’était mon binôme au mois d’avril avec l’équipe des jeunes de Bout de vie, une belle virée en chiens de traineau… Kaffimik, alors on pose tout et on s’assoit pour un café et deux biscuits. On parle des jeunes bien sûr, mais aussi de la maison, c’était à l’oncle de la dame de la superette, et là il me dit que c’est sa sœur. Ton oncle donc ! Non, on n’a pas le même père… Puis nous en venons à l’essentiel du Groenland, la pêche, la chasse et Nanok (ours polaire). Et là je suis sur les fesses, il y a 15 ans, à Ata que je connais très bien pour y avoir fait relâche un paquet de fois, avec son pote ils ont dessoudé le grand Nanok. C’était fin février et les chiens sont devenus furax, ils n’arrivaient presque plus à les contrôler, jusqu’au moment où ils comprirent qu’un ours polaire se dirigeait vers eux. Quand je lui demande s’il a mangé sa viande, ses yeux se sont écarquillés, en me lançant un grand « mamak » qui veut dire très bon. Il me prête sa brouette pour aller chercher un bidon d’eau, qui me servira au nettoyage mais de l’autre côté, j’ai des morceaux d’icebergs qui fondent dans un bidon bleu, trouvé autour de la cabane, qui sera mon eau de table. La maison n’est pas si grande mais c’était un peu le chaos, doucement on peut y vivre moins en mode survie…

Un peu plus tard, tous les chiens du village, en  chœur se mettent à hurler, mais quelle mouche les a piqués ? Un petit bateau accoste sur une dalle de granit et pose un gros colis. Deux hommes quittent leur embarcation et attaquent la besogne, mais c’est bien sûr, ils viennent de ramener un phoque. 45 habitants ce n’est pas grand, tout le monde se connait avec même un lien de parenté. Les rires fusent, les blagues aussi mais je ne les comprends toujours pas. Pour quelques jours, du bouillon de phoque va remplir les panses « Oqaastustaises ». Le chasseur lui, se régale de foie cru, je fais semblant de regarder ailleurs, pourvu qu’il ne m’en offre pas un bout ! Puis, on me tend un beau morceau de bifteck qui sera mon diner.

Entre 11h et 15h, un groupe de chinois est déposé pour la visite du village typique eskimo. L’un d’eux vient vers moi et me demande s’il peut me prendre en photo !!! Mais !!! Vous êtes chasseur ou pêcheur ? c’est dur l’hiver ici !!! Ses copains arrivent et là je suis shooté dans tous les sens… A un moment, je perds patience en leur annonçant que je ne suis ni chasseur, ni pêcheur et encore moins eskimo !!! Jo Zef se tord de rire…

Voilà un petit bout de vie partagé.

A pluche.

La simplicité volontaire

4 avril 2016
J'écoute les conseils de la cascade!

J’écoute les conseils de la cascade!

La simplicité volontaire

Mes billets sont plus rares car il me semble bon d’aller de plus en plus vers l’essentiel, alors aujourd’hui je m’envole vers une pensée qui me tient à cœur : le minimalisme. N’y voyez pas du simplisme, mais un quotidien qui de plus en plus me rassure sur ce choix de vie, qu’est le minimalisme. Notre société n’est basée que sur l’expansion, la croissance, le profit, la consommation mais rarement sur la qualité de vie. Une consommation toujours accrue conduit à des besoins financiers également accrus et donc à un surcroît de travail. Le toujours plus nuit à la vie simple, la course à l’éternel profit mène au « burn out », anglicisme à la mode. Vivre n’est pas une course mais un chemin, pas toujours paisible certes, mais qui vaut le coup d’être vécu en prenant le temps de comprendre, d’écouter plutôt que d’entendre, d’observer plutôt qu’apercevoir et surtout de délimiter ses «indispensables. Il y aura toujours mieux, plus moderne, plus dans le coup, mais cette démarche nous projette dans le labyrinthe infernal de la dépendance. Les crédits se croisent, les banques en font leur fonds de commerce, la pub à outrance balance des images subliminales qui ne laissent aucune chance au minimaliste en herbe. Il faut du nerf pour sortir d’une grande surface sans avoir eu le coup de cœur pour le « gadget » indispensable qui sera vite remisé au fond de la cave. Nous sommes maîtres de nos vies, capitaines de nos envies, mais pourtant le paraître prend toute la place, il ne laisse aucune chance aux « objets » réparés, aux envies décapitées. Qu’il est dur de résister aux chants des sirènes du toujours plus. Je ne propose aucune recette miracle, il y a certainement une application pour gérer tous ça, si si ; j’en connais une ! Elle est enfouie au fond de vous, alors démaquisez tout ça et devenez les seuls maîtres de vos envies. Pourquoi attendre une mesure gouvernementale pour utiliser moins d’énergie, pourquoi toujours devoir être « moutonné » pour comprendre que c’est notre vie et que personne ne doit nous l’enlever et nous la dicter.  Le monde est partagé en deux, il y a ceux qui passent leur vie à faire des régimes et l’autre moitié se bat pour ne pas mourir de faim. L’injustice est l’huile essentielle de l’Homme, mais au fait ! C’est vous, moi, toi, qui pouvez métamorphoser tous ça. Ce billet ne changera pas grand-chose, mais comme une pluie n’est qu’une multitude de gouttes d’eau je tente d’être l’une d’elles.

L’aventurier scénariste acteur américain Will Rogers disait

« Trop de gens dépensent de l’argent qu’ils n’ont pas gagné, pour acheter des choses qu’ils ne veulent pas, pour impressionner des gens qu’ils n’aiment pas. »

La St Silence…

23 juin 2014

IMGP6581.JPGweb.blog

Le 21 juin est le jour le plus long de l’année dans l’hémisphère Nord, depuis la nuit des temps nos ancêtres ont su rendre hommage à la lumière bienfaitrice, mais un Vau d’or a envouté les innocents, que ma taquinerie passagère se plait à nommer les « moutons » ! 1 mai l’eternel muguet, St Valentin et son « bô » présent d’amour, Noël au cadeau revendu à la St Ebay, fête des voisins et sa réunion de palier festive, fêtes des pères, des mères et des grand-mères, j’ai oublié les anniversaires forcés, mariages ennuyeux, baptêmes sans conviction et communions pour le cadeau; pour finir de manière funeste le St Graal : les enterrements ! Ne venez pas au mien, je n’y serai pas moi-même !!! Oui je me moque, c’est ma manière de fêter le système perfide de la surconsommation et de la « moutonisation ». Je pense donc je suis, n’est pas de ma plume mais si je vous pique par ces mots c’est pour un simple rappel, devenons ce que nous sommes et nous ne faisons pas bouffer par les « autres ». En écoutant les infos je viens d’apprendre avec « joie » que bientôt trois couleurs criardes arboreront nos produits alimentaires ; trop salés, trop sucrés et trop « je ne sais plus ». Le GPS dans la voiture pour ne plus s’égarer, le panneau jaune de la prochaine auberge en randonnée montagne, il ne manque plus qu’une balise sur chaque écueil en mer et nous serons enfin certain de ne jamais sortir des clous !!! J’aime me perdre c’est toujours un bon moyen pour trouver un nouveau chemin, zut encore une de mes phrases, cabocharde, mais revenons à nos moutons. Mais quelle mouche m’a piqué cela ne me concerne pas, cela fait un moment que mon bout de chemin me mène dans mes propres réflexions, sans jamais me prendre pour quelqu’un d’autres. Mais je suis épaté de constater que quasiment personne ne tente de sortir de la fourmilière. La fête de la musique va saupoudrer les villes de bruits cacophoniques tout un week-end, les boules Quiés vont être à la fête elles aussi, pour ceux qui désirent le calme. La pollution la plus sournoise est le bruit. Mais qu’est ce que le bruit ? Bonne question et merci de vous l’être posé !!! (Mais non je ne suis pas atteint de dinguote !!!) Un bruit de talon qui claque dans un couloir vous indiquera qu’une amie vient enfin vous rendre visite à l’hôpital, un pas lourd sur le ponton où vous êtes amarré vous mettra en alerte d’un maraudeur en quête de larcin, deux bruits de pas qui pourtant ne donneront pas la même émotion. Notre passé que l’on peut définir comme image de référence, vibre de manière différente à chaque syllabes de notes musicales. Un Richard Cocciante fredonnant ; Marguerite, me donne sans cesse la chair de poule, mon passé resurgit, pour un autre cela sera ringard à n’en plus finir, cette mélodie ne lui rappelle rien. Nos sens sont trop personnels pour pouvoir être partagés à notre insu, c’est là que la musique devient vacarme, le bruit dangereux. Les urbains ne connaissent plus les nuits de silence, le stress les accapare car le cerveau ne se repose plus, à la moindre étincelle et c’est le feu d’artifice, injures, violence et toute la panoplie du début de la « guerre ». Puisque certain l’on fait avant moi pour des thèmes divers et variés, je vais proclamer un jour de fête, celle du silence ! Une journée sans parler, sans sonnerie téléphonique, sans musique, sans bruit de moteur, sans radio ni télé, une journée ou la seule musique autorisée sera celle de son cœur qui bat pour les personnes que l’on aime. Une « Saint silence » où aucun achat ou billet d’entré ne sera vendu, ou réflexion sera le buffet à volonté de la soirée. Je vous laisse le choix de la date, ici au camp du temps qui passe cette fête c’est toute l’année…

A pluche.

La force et la sagesse du chêne…

10 août 2012
Tricentenaire je tente de me procurer sa force et sa sagesse...

Tricentenaire je tente de me procurer sa force et sa sagesse...

Ce matin comme à l’accoutumé vers les 4h sans réveil je suis sorti de mes rêves mais voilà, aujourd’hui plus d’eau à courir, plus de vent contraire… Un sacré défi m’attend ! Me mêler à la foule !!! J’essai de me rendormir, la pluie ne cesse son concert mais je sais, je sens, de la présence. La terre semble trembler, des sons sourds me tiennent en éveil. Je sors de mon abri de toile et comprend mon tracas. 5 chevaux magnifiques se défoulent, le spectacle est merveilleux, ils semblent ignorer ma présence et se sont lancé dans un manège sans homme pour les diriger. Je tente la deuxième partie de ma nuit, mais je suis rassasié de sommeil, j’écoute un peu la radio et tombe sur la chanson de Melissa Horn : Jag saknar dig mindre och mindre. Elle restera l’hymne de ma péripétie en kayak. Je suis emporté par cette mélodie, j’essai de me souvenir les bivouacs, les oiseaux croisés, les personnes rencontrées. C’est déjà du passé ! Mon présent, me refaire une santé, mardi je repars pour la suite du voyage, 3000km en vélo. Je résiste au duvet jusqu’à 7h, une performance qui pourra être inscrite au livre des records, je n’aime pas m’attarder le matin, il me semble que je gâche mon temps. Le programme est simple tout laver et remettre en état plein de bricole. Le ciel se dégage un peu, je traverse les 800mts de mer pour rejoindre le camping. A contre cœur pour utiliser les services du site je dois y mettre ma tente. Un flash, je vais payer un emplacement que je n’utiliserais pas et je vais profiter de tout laver. Machine, douche, machine… Une sacrée aventure !!! Jo Zef c’est planqué, il connait le tambour et ne souhaite pas encore y séjourner. Ce sera pour octobre, peut-être un essai spatial en compagnie de Norra, elle aura droit au séjour en apesanteur dans la centrifugeuse, elle aussi ! Les campings cars sont les uns contre les autres, les tentes bien que rares, elles aussi sont « sardinées ». Non je ne peux pas, je vais rester là-bas dans mon coin. Un tour sur le net ! Non pas maintenant, pourquoi faire ! Véro fait ça si bien. Je dévalise la superette de l’île et retourne dans mon coin planqué. Un pacte a été fait avec les oies et les canards sans « o » ils nous laissent le coin Nord-est ils gardent le coin (coin) Sud-ouest. La mascotte me souffle : Et si on les invitait à diner ce soir ? Mais qu’est ce qu’on va leur faire à manger, je lui réponds. Magret et cuisse de canard…

Je retourne voir le chêne tricentenaire, il me plait, il est puissant mais si humble, je l’embrasse, j’aimerai avoir sa sagesse.

Doucement je vais rentrer dans le monde du bruit mais j’ai encore le temps, pour l’instant je suis encore aux pays des silences…

A pluche.

Le silence c’est le bruit du temps qui passe…

1 juillet 2012
Instant de pause et de méditation...

Instant de pause et de méditation...

Le feu me réchauffe, le temps s’est arrêté. Le suroît ne veut pas de moi, le golfe de Botnie lui a confié mon âme errante. Leur deal est de me bloquer pour me nettoyer, me laver de trop de poids à porter. Depuis le Yukon je n’avais plus gouté à cette solitude si étrange, si collante, si envoutante. Bloqué dans une minuscule anse, super abritée du sud un peu tempétueux, je suis pris en otage par la vie. Rien à y faire, pas de route, pas d’homme à qui causer, pas de connexion virtuelle, un voyage de l’intérieur profond et intime. Le vent, la pluie m’emmitoufle, je réanime le feu réparateur, j’ai une tâche primordiale prendre le temps
comme il vient. Je n’ai rien à faire, mais alors, j’ai tout à penser ! Je confectionne un banc avec quelques bois flottés happés par une tempête. Je pars à la recherche d’un tronc de pin qui saura tenir le foyer. Un corps de phoque en décomposition gît devant moi, j’essaie
d’imaginer sa naissance, sa vie, sa mort, tout ça pour finir jeté sur une plage de sable. Tient et moi où serais-je à la dernière minute de ma vie. Dans un hôpital intubé de partout, au fond de quelques océans si près de l’épave à trésor, de ma belle mort froid dans mon lit. J’éclate
de rire, à voir la tête déconfite de certains. C’était un mec bien, mais il ne se l’est pas un peu cherché quand même !!! La vie, la mort, la souffrance, quand le silence s’installe, les mots clés surgissent. Plus le temps de fuir, plus de sujet tabou, tout vous remonte à la gueule,
une avalanche d’informations que la surinformation rend boiteuse. Pourquoi se préparer à la mort, il y a le match ce soir. Pourquoi tout mettre à plat, je viens d’être augmenté. Dans quelques années je serai enfin à la retraite. Non je n’ironise pas, je cause avec le silence,
qui s’est assis en face de moi. Il n’a pas besoin de mon feu pour se réchauffer, il m’a trouvé, alors par ce temps froid et humide il m’a enlacé. Une sterne à tête noire se moque de mes pensées ; son travail pêcher pour ses oisillons, elle me fait confiance et s’approche incroyablement, je lui donne un nom : fägel (oiseau en suédois) ! Elle plonge, elle donne la mort à une ablette pour donner force à son rejeton, la chaîne de la vie. Toute la journée elle est autour de moi, un plongeon, un regard. Je crois en la relation homme-animaux et je fais parti de ces privilégiés à qui ils arrivent toujours des histoires incroyables avec eux. Une mésange qui hoche la queue, de jalousie certainement, vient s’intercaler entre Fägel et moi, sur c’est une fille !!! Voilà les amis, il est temps que je rentre sous ma tente à rejoindre mon duvet. La mascotte a lâchement abandonné la méthode assimile en suédois, elle ne supporte pas que le mot gâteau soit traduit par « kaka » !!!
Adjö

Gengis Khan et le faucon…

13 avril 2011

l'indienne et le faucon

Comme je suis un adulte qui ne veut pas rejoindre le monde des adultes je suis absorbé par les légendes lointaines, l’imaginaire y a encore toute sa place et du coup tout est plus beau…

Un matin, le guerrier mongol Gengis Khan et sa cour partirent à la chasse. Tandis que ses compagnons emportaient arcs et flèches, Gengis Khan portait sur le bras son faucon favori, qui était meilleur et plus précis que n’importe quelle flèche, parce qu’il pouvait s’élever dans les cieux et voir ce que l’être humain ne voit pas.
Cependant, malgré tout leur enthousiasme, ils ne trouvèrent rien. Déçu, Gengis Khan regagna son campement, mais pour ne pas se décharger de sa frustration sur ses compagnons, il se sépara du cortège et décida de cheminer seul.
Ils étaient restés dans la forêt plus longtemps que prévu, et Khan mourait de fatigue et de soif. A cause de la chaleur de l’été, les ruisseaux étaient à sec, il ne trouvait rien à boire, et puis, miracle ! Il vit devant lui un filet d’eau qui descendait d’un rocher.
Immédiatement, il détacha le faucon de son bras, prit la petite coupe en argent qu’il portait toujours avec lui, mit un long moment à la remplir, et, alors qu’il était sur le point de la porter à ses lèvres, le faucon prit son vol et lui arracha la coupe des mains, la jetant au loin.

Gengis Khan était furieux, mais c’était son animal favori, peut-être avait-il soif lui aussi. Il saisit la coupe, nettoya la poussière et la remplit de nouveau. Le verre à demi-plein, le faucon l’attaqua à nouveau, renversant le liquide.
Gengis Khan adorait son animal, mais il savait qu’il ne pouvait tolérer en aucune circonstance qu’on lui manquât de respect; quelqu’un pouvait assister de loin à la scène, et plus tard raconter à ses guerriers que le grand conquérant était incapable de dompter ne serait-ce qu’un oiseau.
Cette fois, il tira son épée de sa ceinture, s’empara de la coupe, recommença à la remplir, gardant un oeil sur la coupe et l’autre sur le faucon. Dès qu’il vit qu’il y avait assez d’eau, il se prépara à boire, alors le faucon prit de nouveau son vol et se dirigea vers lui. Khan, d’un coup précis, lui transperça le coeur.
Mais le filet d’eau avait séché. Décidé à boire d’une manière ou d’une autre, il grimpa sur le rocher pour trouver la source. A sa surprise, il y avait vraiment une nappe d’eau et, au milieu, mort, l’un des serpents les plus venimeux de la région. S’il avait bu l’eau, il aurait quitté le monde des vivants.
Khan revint au campement avec le faucon mort dans les bras. Il fit fabriquer une reproduction en or de l’oiseau, et il grava sur une aile :
 » Même quand un ami fait quelque chose qui ne plait pas, il reste un ami.  »
Sur l’autre aile, il fit écrire :
« Toute action motivée par la fureur est une action vouée à l’échec. »