Le grand voyage…

17 octobre 2018

 

 C’est à la suite d’un voyage de 4 années en compagnie de mon vieux bateau en bois le bien nommé Cabochard, que l’association Bout de vie est née en 2003. Depuis que j’ai dû me séparer de lui à grand regret, en 2017, une idée a germé !

La mer est un lien entre les peuples, les cultures et les rêves. Cette « odyssée » m’a porté vers le désir de partager ma vie si atypique. Depuis la création de mon association, de jeunes amputés sillonnent le globe à mes côtés en rêvant d’une vie debout. Bout de vie doit avoir son propre voilier pour un long voyage de partage. C’est d’une logique implacable.

Sa première longue escale sera le Groenland. L’hiver, la mer se fige, la nuit est permanente, la vie devient survie et les tracas prennent un autre sens. A quelques encablures de ce mouillage polaire, se trouve le hameau d’Oqaatsut de 21 âmes, où j’y possède une maison. Ce sera le premier périple de ce tour du monde de partage. Un été boréal verra des équipages de « boiteux » se croiser. Puis le bateau reprendra la route vers le sud pour poursuivre son grand voyage vers l’Océan Pacifique et boucler un tour du monde en plusieurs années. Plus qu’une aventure cela se veut un hommage à la vie, un pied-de-nez aux malheurs qui ne sont pas des punitions mais des défis à relever. Là-bas au large, la nature ne juge pas, elle vit.

Un leitmotiv me poursuit donc depuis ce jour funeste où je fus amputé.  A chaque projet dans lequel je me suis lancé, je me suis entendu dire : « Tu ne peux pas le faire ». Puis en me voyant insister, cette phrase retentissait : « Tu vas te faire mal, c’est trop risqué ». Et finalement quand j’y suis arrivé, les mêmes m’ont confié en boucle : « oui mais toi c’est normal que tu y arrives ». Ce projet commence à voir le jour, il est entreprenant, intrépide, osé, aventureux et hardi. N’est-ce pas le grand Sénèque qui disait : « le monde appartient aux audacieux »… Alors le voyage est déjà en route. Mon enthousiasme ne m’a jamais lâché, même au lendemain de toutes les catastrophes que la vie m’a affligées, je suis debout et je ne boite pas dans ma tête. Etre un Homme libre n’est pas donné à tout le monde, alors dans le sillage de ce beau bateau, des Femmes et des Hommes « abîmés » trouveront aussi leur chemin et appliqueront à leur tour le leitmotiv de ma vie : « tu ne peux pas le faire, tu vas te faire mal si tu continues, puis en réussissant ils diront oui mais avec toi c’est normal… »

En vous joignant à ce projet, vous offrirez un élan d’espoir à des « cassés » de la vie. Vous apporterez ce rayon de soleil qui fait du bien après la tempête. Vous et votre entreprise serez les témoins privilégiés de ces renaissances.  Plus qu’un mécénat, c’est un échange et un partage. Le journal de bord qui sera mis en ligne au quotidien sur mon blog fera naître un livre, puis un film dont vous en serez également les acteurs … Les liens sociaux seront le relais entre tous ceux qui ont osé le premier pas à bord et ceux qui n’osent pas encore. Le rêve de voyage est déjà un voyage disait le sage Marek Halter.

Le bateau est un monocoque en aluminium dériveur intégral capable d’être pris dans les glaces quand la mer gèlera et qu’il sera immobilisé pour un long hiver, sa taille de 15mts est un compromis pour pouvoir être manœuvrable seul et avoir la capacité d’accueil d’équipiers. L’équipage sera là pour épauler les manœuvres mais la réussite de ce voyage sera la facilité de vie à bord sans qu’il soit adapté pour autant. Les invités se relayeront à tour de rôle. Pour certains ce sera la première fois qu’ils mettront le pied à bord d’un bateau. Le perpétuel roulis d’un voilier est une épreuve de chaque instant pour une personne fraîchement appareillée.

Nous l’appellerons Niviarsiaq qui a une double signification en groenlandais. En premier lieu cela veut dire « jeune fille » mais c’est aussi le nom de l’épilobe à feuilles larges qui est l’emblème du Groenland. Niviarsiaq est surtout le symbole de la renaissance. Cette fleur boréale semble fragile, pourtant chaque année après un hiver des plus rudes, elle ressurgit pour offrir sa parure pourpre au pays de Nanoq (ours polaire en groenlandais). Ce bateau sera un acte de renaissance pour celui qui aura la chance d’y devenir équipier A chaque escale l’équipage changera, à leur tour en rentrant chez eux ils seront les messagers de l’espoir, à leur tour ils soutiendront les nouveaux arrivants dans le monde du handicap. Plus qu’une croisière ce sera un long voyage de l’intérieur où les questions sombres et irrationnelles trouveront leurs réponses.

Avant j’étais un voyageur solitaire, depuis je suis devenu un aventurier solidaire…

 

 

L’une de mes protégées à bord du voilier polaire Vagabond en escale à Ilulissat sur la côte nord-ouest du Groenland été 2015…

A la rencontre de France et Eric les armateurs du beau voilier polaire Vagabond...

Rencontre de France et Eric à bord du voilier Vagabond…

Conférences et rencontres…

28 septembre 2018

 

Une fois de plus je me lance dans l’aventure, ce n’est plus une expédition en solitaire mais une croisade de partage. Je pars sur une série de conférences pour offrir mon expérience et disséquer en public mes blessures qui sont devenues ma force. Les cachets de ces interventions seront reversés en intégralité à mon association Bout de vie. Je sors des locaux d’Airbus Helicopters où l’émotion nous a tous fauché, quel bonheur, quel privilège de recevoir autant de succès. Avant j’étais un solitaire porteur de maux, maintenant je suis devenu solidaire offreur de mots…

Le thème développé aujourd’hui était :

Se servir d’un échec pour une victoire :

L’échec ne doit pas obséder, facile à dire mais moins à réaliser. En étant focalisé sur l’échec c’est une spirale fatale qui nous entraîne vers le bas sans aucun enseignement. L’échec doit être considéré différemment, c’est un maître d’enseignement et non une flagellation. L’échec est un panneau indicateur pour changer de route. Si l’échec est en boucle un tireur embusqué, il ne pourra que vous maîtriser. Quand je me lance dans une expédition polaire, je sais que j’ai plus de chance de ne pas y arriver que d’aller au bout de mon rêve. Alors plutôt que de m’obséder sur les risques qui me feront abandonner, je visualise ce qui va m’y faire arriver…  La peur est compagne d’aventure, elle ne me lâche pas mais elle est un indicateur juste pour ne pas me planter et en revenir vivant et entier, si je peux me le permettre ! La peur est nécessaire, comme la peine, la tristesse, mais elles ne doivent pas être les maîtresses de cérémonies. Elles ont leur place au même rang que la victoire, la gloire et les honneurs.  La descente du fleuve Yukon en kayak m’a pris des jours, des semaines, des mois. Mais en vérité ce n’est que la répétition infinie d’une fois un jour, qui n’est que la répétition de plein de 24 heures et avec cette analyse la peur d’être dévoré par des prédateurs était moins forte, la solitude extrême ne m’étouffait plus du tout et je disséquais ces 24h en heures de conquêtes à pas lent. La peur de ne pas aller au bout m’échappait, et quand elle revenait je visualisais où j’étais et ce que je sentais. Mon accident que j’avais vécu me donnait l’énergie pour apprécier encore plus ce voyage de l’intérieur et arriver au bout de ce voyage incroyable. Les images de références sont très importantes

Une vie sans échec est vouée à l’échec !!!

Mon accident est devenu une force, sans ce drame jamais je n’aurais réalisé ce que j’ai fait et ce que je vais continuer à faire. Je suis en pleine séparation, mes projets affectifs se sont tous écroulés, un genou à terre, je réalise que je suis vivant et que j’avais très certainement fait un mauvais choix. Mais plutôt que de m’accabler je pense au bonheur partagé et cette rupture va me permettre de mieux poursuivre ma future vie affective, en évitant les pièges du passé. Cela n’empêche pas d’être malheureux et triste par moments, mais la vie est un éternel recommencement, alors soudainement cette idée me remplit de bonheur intense… Plutôt que de me morfondre un magnifique projet de tour du monde à la voile en le partageant avec des gamins amputés de mon asso, est né. Sans cette claque je n’aurais jamais osé ce pas… Donc une fois de plus un échec peut et doit devenir le terreau d’une nouvelle vie…

Les échecs, les déceptions ne sont pas des punitions mais des défis à relever. L’échec est un apprentissage, pour arriver aux victoires, l’échec est inévitable. Le dirigeant, le parent, le conjoint, l’ami doivent se confronter à cette réflexion : à quoi sert l’échec ? Après des décennies de baroude ma réponse est simple l’échec est un professeur de vie…

L’échec ne doit pas être une barrière mais un pont entre deux points de vie bien précis. L’échec n’est pas une forteresse qui doit enfermer sa victime mais un tremplin vers une nouvelle vie. L’amour universel, est le seul lien entre son âme et la Liberté.  Il y a deux manières de philosopher l’échec : la première, je suis ce que je fais et la deuxième : deviens ce que tu es

Si votre entreprise, votre société, votre université, désire l’une de mes interventions, envoyez un mail à : bout2vie@wanadoo.fr et je vous répondrais au plus vite…

Thèmes proposés :

Se servir d’un échec comme conquête.

 Handicap en entreprise.

Solitaire avec une équipe.

Découverte de nouvelles limites.

 

Merci à Christophe Debard et Anne Rebeyrol collaborateurs Airbus qui m’ont permis ce partage…

 

Oqaatsut selon Dume

22 août 2018

Oqaatsut le 21 aout 2018

Latitude 69°13 Nord 51° 06 Ouest : température 6° vent nul ciel couvert avec crachin.

Extrait du journal de bord de Dume Benassi :

 

Village plus que paisible où les gens sont quasiment transparents. Seuls les icebergs troublent le silence, ce qui semble l’une des distractions les plus importantes des touristes très rares qui viennent s’échouer dans la baie.. Ici les heures ne sont pas comptées, elles s’écoulent, comme le courant qui joue avec ces immenses blocs d’eau douce. Les gens qui vivent là, n’ont certes pas perdu la clé, mais vivent dans leur monde comme nous dans le nôtre. Ce qui fait la beauté de notre planète c’est le paysage, qui est époustouflant de rigueur et d’incertitude. Comme le dit le proverbe groenlandais : seul le temps et la glace sont maîtres. Nos yeux d’occidentaux doivent s’habituer aux silences des pas, aux chiens de traineaux qui attendent la glace pour pouvoir s’exprimer dans leur savoir. Nous découvrons ce que vivre et survivre veut dire. Chaque pas, chaque souffle, devient aussi important qu’une flamme qui nous réchauffe, la vie ici ne s’arrête pas pour celui qui sait épier, qui cherche son avenir, son devenir. L’essentiel de mettre un pas devant l’autre, une quête comme une inaccessible étoile. Comment rester insensible devant tant d’émotion et devant la certitude que nous ne sommes là que pour quelques instants…

 

Ici et maintenant…

21 août 2018

Aluu à tous!

Je ne vous ai pas du tout abandonné, croyez le bien! C’est juste qu’avec Dume nous nous sommes enrichis d’une sacrée virée !

Oqaatsut au petit matin.

La cabane est silencieuse, je suis concentré sur le départ. Dans la liste qui lui avait été donné pour venir ici, il y était noté entres autres, gamelles et thermos, Dume n’a pas dû lire ces lignes… et je ne vous parle pas du passeport qu’il a perdu à Copenhague !  Je lui mets la pression mais le loustique a l’habitude !

 Avant de quitter Oqaatsut nous devons faire le plein (plus de 150 litres d’essence); nous partons longtemps et loin. J’ai des bons de carburant que l’on m’a offert pour des petits services rendus, mais au comptoir du drugstore ça bloque, pourquoi? Je ne le saurai jamais! Je dois faire le silence, je dois apprendre à attendre… Finalement au bout d’une heure d’attente et de mutisme, le plein est fait. Quel pays !

Ifaraq chargé, nous voilà partis vers le nord, la carte papier est a portée de main, le GPS aussi, mais seule la glace nous donnera la route. Un groupe de phoques capuchons marsouinent à la proue du petit bateau, cela nous enchante! Deux baleines brisent la glace, fabuleux! La route se charge de morceaux d’icebergs qui ont volés en éclat, toute ma concentration est requise. La première heure se passe bien mais le froid mord et Dume étrangement silencieux semble en souffrir. Nous nous accordons un peu d’eau chaude pour nous réchauffer les entrailles, mais mon Dieu qu’il fait froid! Nous poursuivons notre voyage, mon index droit, déjà fatigué de gelures d’anciennes expéditions donne son avis, il veut de la chaleur ! Nous ne pouvons suivre le cap désiré, nous devons trouver le bon passage. Au fil des heures, la glace se charge, je dois ralentir. Finalement, la destination est atteinte, nous devons trouver une roche assez saine pour pouvoir débarquer notre barda et sécuriser Ifaraq qui va monter et descendre avec les 4 mètres de flux de la marée. L’emplacement est là devant nous, c’est le coin idéal, le bateau est à vue et nous sommes en sécurité, suffisamment en hauteur en cas de grosses vagues. En effet le fjord est rempli d’icebergs immenses qui menacent de se briser à tout moment provoquant des ondes incroyables qui peuvent déferler sur le rivage. Derrière notre tente il y a une vieille cabane de chasseur, elle nous servira de coin cuisine nous protégeant des morsures du froid et des moustiques qui résistent encore. Ce soir au menu : truite arctique et riz. A deux pas de notre camp, le déversoir d’un immense lac regorge de beaux poissons et en un clin d’œil nous en remplissons un seau. Puis, chacun dans notre coin nous partons à nos rêveries, Dume s’isole sur une dalle plate, et moi au sommet d’une montagne que j’atteins vers 20h. Dieu que c’est beau.. Dieu que c’est grand… Dieu que je suis seul ! Il est difficile de décrire ce que l’on peut ressentir ici, la terre vous semble vide, il vous semble que tous les habitants de la planète ont disparus. Je pars dans mes pensées, je quitte le lieu, je m’envole autour du monde, je deviens le vent, oui le vent. Puis je rejoins mes amis, je vous rejoins, je sais que je ne suis pas seul !

Il est temps de redescendre de retrouver « mon » Dume, lui aussi a les yeux rougis, ce lieu ne peut vous laisser insensible. Nous parlons sans retenue, nous nous lâchons, nous causons du présent, du « ici et maintenant » qui se résume à une dalle minérale, face à un fjord, rempli de glace millénaire…

La nuit est très bruyante, vous avez bien lu, bruyante. Les icebergs explosent sans discontinuer, l’un d’eux vole littéralement en éclat, provoquant une vague terrible. Dans l’impossibilité d’agir, je ne peux que constater la série de déferlantes qui s’abat sur notre berge, je tremble pour notre petit bateau, qui joue au yoyo, monte, descend,monte, descend, mais ses mouillages résistent.. ouf !!

Je retourne au fond de mon doux duvet pour vite y retrouver mes rêves… Chut! c’est un secret !

Vers les 6h30, nous quittons les bras de Morphée, il est temps de nous préparer au départ. Devant un bol d’eau chaude brûlante, nous planifions notre journée, nous irons au pied de la calotte glaciaire, au lieu dit de Eqi (prononcé Eri). Des huards sont en formes, ils nous offrent des cris d’encouragement, nous ne savons pas ce qui nous attend. Le froid est encore plus saisissant qu’hier, la toundra se pare de ses premières blancheurs de givre, les moustiques sont au chômage technique.  Ifaraq trace sa route mais dès les premières encablures, la glace se densifie, je dois réduire notre vitesse. D’après la carte et le GPS qui sont absolument faux, nous pourrons peut être voir au bout du cap, si nous pouvons ou pas continuer. Whaouuu! La mer est blanche, c’est à dire gelée !!! Ca, c’est une première pour moi! Gaz réduit, Ifaraq se transforme en chasse neige, les plaques encore très fines se brisent sous son étrave provoquant un bruit très proche du ski hors piste en poudreuse. Pendant une heure, nous avançons tout droit vers le glacier, mais je suis tendu, je redoute un problème d’hélice. Lorsque la glace devient vraiment épaisse, je stoppe le bateau. Nous devons réfléchir et prendre une décision. Soudain, dans un silence absolu, le ciel se déchire laissant place à un grand soleil… Merci mes anges gardiens, je crois que nous l’avons notre solution! Plutôt que de geler, nous nous offrons notre premier café-Toblerone, un vrai délice. Je teste la glace en posant un pied léger dessus; elle est encore fine : ouf! Nous n’allons pas passer l’hiver ici, lol ! Au bout d’une heure, nous reprenons la route, la glace s’amincit, nous sortons du piège blanc, eh ben, quelle émotion!! Je peux remettre les gaz pour enfin nous retrouver au pied de l’Icecap. De la taille d’une série d’immenses barres d’immeubles, le glacier d’Eqi est là, cela en valait la peine, l’attente et le risque. A chaque instant, un pan de glace tombe dans un fracas immense, des détonations d’une force indescriptible. Nous sommes sous le charme de ce spectacle d’une pure beauté. Les heures passent et même si le soleil n’a pas assez de force pour nous chauffer, il nous rassure, nous nous sentons moins isolés. A midi nous dégainons nos éternelles nouilles chinoises et là… c’est Hiroshima! Un pan entier, soit 100 mètres de glace d’affaissent dans un bruit d’outre tombe! Sans attendre, je démarre le moteur du bateau pour me mettre face à l’onde mais à notre grande surprise, elle passe tout en douceur et les « petits » 4 mètres de creux nous rappelle la douce houle de notre traversée océanique à la rame!  Nous voilà rassurés, mais l’adrénaline redescend que tout doucement..

Il est temps de faire demi-tour. je me tourne vers Dume, muet, qui enlève ses lunettes de glacier. Ses yeux sont rouges. Nous nous prenons et nous serrons dans les bras l’un de l’autre et nous explosons en larmes, de joie, de bonheur, d’une intensité incroyable…

Nous sommes là, ici et maintenant.

Bises à vous tous…

 

Cherchez l’erreur!

Seuls au monde

16 août 2018

C’est la dernière journée pour notre capitaine du drakkar noir. Comme nos anges gardiens sont formidables, il y a une tempête de ciel bleu sans le moindre souffle de vent !
Mes hôtes ont deux options, la première est une virée en mer à la recherche de coins perdus, ou l’ascension du gros pavé derrière la maison, ce sera la deuxième. Le protocole est toujours le même ; il faut être encore plus vigilant que n’importe où au monde. Mon sac à dos comporte toute la sécu et plutôt que de déjeuner avec « les fameuses » nouilles chinoises ce sera des sachets de nourriture lyophilisée, une manière de leur faire comprendre qu’aujourd’hui encore ce sera du baroude polaire.
Nous voilà partis, les jeunes chiots sont à nos trousses, mais à la première dalle à gravir ils retournent à leur occupation de voleurs de morues ! Si il n’y a pas de vent, c’est logique, les moucherons sont là par millions autour de nous, mais je remarque que mes potes se sont vite adaptés, ils ne portent pas encore leur moustiquaire de tête. Les terrasses rocheuses nous barrent la route, il faut mettre les mains, il faut être concentrés, « mon » Dume est en mode machine. Pour les nouveaux de ce journal de bord, avec Dominique (Dume en Corse) nous avons en 2005-2006, traversé l’Atlantique à la rame en 54 jours de galère. Sur 26 équipages valides nous avions eu la chance de finir 3éme. Je peux vous dire qu’une odyssée de la sorte nous a unis. Donc Dume, se régale, son amputation fémorale (coupé au niveau de la cuisse) devrait lui poser problème, mais ce n’est pas bien le connaître, il prend de la hauteur sans la moindre contrainte. Régulièrement nous prenons notre temps pour admirer le paysage qui est a couper le souffle, la baie de Disko est couverte de glace et d’icebergs. La brise de sud-ouest nous sauve, les suceurs de sang sont obligés de jeter l’éponge, ils disparaissent. Il nous faudra deux bonnes heures pour enfin atteindre le belvédère, l’effort est récompensé, nous sommes comblés. La photo selfie qui va bien rien que pour vous et nous nous « régalons  » de nos sachets de purée lyophilisée. Tout au long de l’ascension pas besoin de leur conseiller le silence, le lieu ne se prête pas aux babillages. Nous sommes dans nos bulles, la quiétude de la montagne nous berce, nous prenons ce qu’il y a prendre là et c’est juste suffisant. La brise est polaire, mais nous déjeunons ici pour ne pas nous offrir en pâture aux insectes. Les conversations vont bon train, un mélange de blagounettes de garçons et de philosophie sur nos vies de balafrés. Mon ami valaisan s’est transformé en ces 10 jours, son visage est épanoui, il se lâche, nous taquine, nous tend des pièges verbaux amicaux. Mais nous sommes comme deux sales gosses et nous le chambrons à tour de rôle. La magie de la vie nous a réunis ici, lui l’enfant prodige de la finance est venu rejoindre un nomade du Grand Nord qui à son tour à fait venir son « frère » de rame et ça marche du tonnerre de dieu. Comme quoi nos différences peuvent être une sacrée force.
Nous nous offrons une micro sieste, mais la brise de sud-ouest se lève, le froid nous envahi, il nous faut bouger. Nous n’arrivons pas à nous imaginer qu’en bas dans le sud la canicule est installée, les plages bondées, les montagnes engorgées, ici il en est tout autre, nous sommes seuls au monde et dans une fraîcheur bénéfique. Le vent est incroyable, en un claquement de doigt la glace encombre la route entre Oqaatsut et Ilulissat, demain à 6h nous allons devoir nous frayer un passage avec Ifaraq.
A la descente, des tapis de myrtilles nous transforment en randonneur-cueilleur, les bolets arctiques sont à foison, ici tout est abondance. En milieu d’après-midi nous rejoignons la maison bleue, une douche à la maison communale va nous remettre en forme. Ce soir menu groenlandais : foie cru de phoque, mataq de narval, ammassat séchés, flétan cru et autres bricoles…
Demain matin notre capitaine du drakkar noir, va retourner chez lui. Vu son haut poste il a voulu rester anonyme, et j’ai suivi ses désirs, mais sachez tout de même que depuis cette année son groupe financier est devenu mécène de Bout de vie. Un grand merci à toi Capitaine, tu vas nous manquer. Une étoile bleue supplémentaire est peinte sur le mur blanc du salon, il a écrit ceci :
Tomber encore, se relever toujours.
Take care.

 

Dume est arrivé..

15 août 2018

Ilulissat Airport, Dume débarque au Groenland, je me l’étais promis, le rêve se réalise. Nous sautons dans un taxi pour le port, l’appel du large est plus que nécessaire. Mais avant de prendre la route vers le Nord je voudrai lui faire un cadeau d’arrivée. En Polynésie, de belles vahinés vous coiffent de fleurs. Ici ce seront de belles baleines qui viendront lui offrir danse et chant. Trois beaux spécimens à 5 mètres d’Ifaraq, rien que pour nous…

Oqaatsut est devant nous, le capitaine du drakkar noir est prévenu, avec Dume ca va dépoter !

La mise à quai une fois encore, donne le ton, un bon gros phoque est amarré solidement au ponton. Les nuages de moustiques n’ont encore jamais gouté du triathlète « world champion », ils vont se gaver.  Ce soir, à la cabane l’un de mes rêves les plus intimes se concrétise, « mon » Dume est assis en face de moi. Nous rions, nous sommes émus, notre amitié est si forte, si profonde, qu’il m’est impossible d’y mettre des mots.

Ce matin c’est le petit déjeuner, l’iceberg « smiley » est encore là mais il a subi un régime sec, ça sent l’explosion. Mes deux hôtes, papotent, échangent, je fini quelques petits travaux. Au moment du repas je leur soumets une idée cabocharde ! Et si vous me faisiez la sécurité pour que je puisse faire de l’apnée ?  Je sens un peu de tension dans leur oui, je leur promets d’être prudent, nous y allons.

Après 20minutes de mer nous voilà au bord d’une belle rive où certains gros icebergs sont prisonniers, l’eau est cristalline, pas un souffle d’air, nous et la grandeur des régions arctiques. Ici pour faire de l’apnée une combinaison étanche est obligatoire et pour l’enfiler seul, cela demande du talent de contorsionniste, Dume va m’aider. Me voilà emmitouflé dans mon équipement, je glisse sans bruit dans l’océan arctique, pas d’orques en vue, on peut y aller tranquillement. Les oursins tapissent le sol, des holothuries gigantesques aussi, une ou deux morues tentent l’approche, qu’est ce que c’est beau!! Je barbotte, je me laisse bercer par ce moment de grâce, je me laisse envouter, une sensation étrange se passe, je ne me sens plus seul, comme si tous mes anges gardiens étaient là pour me protéger. Il  m’est impossible de me rendre compte du temps qui passe, des tourments de la vie terrestre, ici tout semble si simple. Puis une envie, une montée d’adrénaline me pousse à découvrir encore une nouvelle limite, et si j’allais rendre visite au bel iceberg en face de moi. Je sais qu’à cette saison ils peuvent s’écrouler sans crier gare, mais je me sens en état de grâce, alors j’ai confiance. Pas besoin de parler, Dume et son binôme m’observent. Je nage les yeux grands ouverts, j’ouvre mes oreilles, je sais qu’au moindre craquement il me faudra réagir. La masse blanche qui s’enfouit dans les abysses me coupe le souffle, je me sens petit, je prends ma place sur la planète océan, je ne suis qu’un simple plancton. Il est là stoïque, je sais qu’il observe, je lui promets de ne pas le déranger, il m’autorise à l’effleurer… En remontant à bord d’Ifaraq, je n’ai même pas froid, quel bonheur… Je lui adresse comme une prière, je lui demande pardon de tellement d’audace, il me fait comprendre qu’aujourd’hui je pouvais. Merci la vie!

De retour, La Louise toujours au mouillage nous salue, Thierry son skipper nous accueille pour un thé, et nous partons sur des échanges magnifiques. Pas de banalité, de mots pour combler une vie vide ; on cause, mers et océans, vent, courant, vie, oui c’est ça on cause vie, parce qu’on est vivant.

Même si je n’ai pas accès au net je sais que vous être nombreux à suivre ce journal de bord. Pour certains vous êtes à l’hôpital en plein soin, en centre de rééducation, on vous a dit des choses, on vous a dit que votre vie va être différente. Acceptez la comme elle vient, 35 ans après mon terrible accident je remercie la vie de m’avoir enlevé cette jambe, car sans elle je ne serai pas où j’en suis aujourd’hui…

Je vous envoie plein de courage avec une bonne brise polaire pour vous rafraîchir… Je pense à vous!

A pluche

Et d’aventures en aventures…

13 août 2018
Ce matin est un matin comme un autre ici, calme, froid et silencieux.
Pourtant à la cabane bleue, deux potes se préparent à « l’aventure » ! Je
briefe mon binôme sur la journée à venir qui sera engagée et très certainement remplie de surprises. Le refrain habituel doit être entonné avant le départ ; explication du GPS, du téléphone sat, de la balise spot au cas où je serai en difficulté, ça n’arrive pas qu’aux autres !
Nous enfilons nos combinaisons de mer et nous partons vers le nord,
pour où ? Je n’en sais strictement rien ! Ifaraq file sur une mer ultra
plate, l’océan est très peu encombré de glace, le froid est saisissant mais
nous n’avons pas le droit de nous plaindre. Des gros icebergs sont encore
là, ils nous font de la peine : tous leurs copains ont déjà pris la route pour un long voyage. Nous pénétrons le grand golfe de Pakitsoq vers ces mers
intérieures mystérieuses qui m’attirent de plus en plus, il faudra voir avec le niveau de la marée qui est en face ascendante… Une baleine nous salue mais pas le temps de flâner, le « mystère » nous attend! Nous voilà devant le goulet de la grande mer fermée, le courant est jouable mais entre vous et moi j’ai les mains moites. La carte ne me donne pas les sondes, l’eau est blanchâtre il m’est donc impossible d’estimer la profondeur. Je m’engage, le courant secoue Ifaraq de toute sa quille, je donne de la puissance, nous rentrons en force. Nous y sommes! Déjà la dernière fois avec les jeunes, nous avions eu la chance d’y pénétrer mais c’était pile poil à l’étale, cette fois ci c’était plus « rock n’ roll » ! Nous filons plein pot, l’endroit est indescriptible, magique. Nous doublons l’île, celle devant laquelle les jeunes et moi avions fait demi-tour par prudence. Il nous reste 15 kms pour atteindre une autre gorge… Mais vers le nord, là où l’on devine la calotte glacière, un son, un bruit, un souffle nous surprend. Impossible, absolument impossible,
il ne peut y avoir de baleines ici ; le goulet est trop petit, pas assez profond! Aurions nous nos premières hallucinations ? Je change de cap et fonce dans une eau entre la couleur lait et turquoise. Nous essayons de comprendre, de deviner d’ou provient ce bruit. Un orque, un immense dauphin, pas un simple globicéphale polaire. Nous reprenons la route, je surveille la hauteur d’eau sur les berges, il ne faudra pas louper la sortie ce serait fatal, on m’a prévenu de multiples fois, mais ma curiosité est trop forte. Au bout d’une heure, il est temps de faire demi-tour, la sagesse prend le dessus. Dans le goulet le courant est rentrant, à 2000 tours minutes mon 75cv, est en pointe fixe, il lui faudra toute sa puissance pour passer ! Ouf on respire ! Nous reprenons nos esprits et la route vers la petite mer fermée pour y faire escale. Mon binôme est congelé, l’arrêt nouilles chinoises va nous réchauffer. Mais cette journée est un sacré cadeau. Une autre baleine nous salue ainsi qu’une bande de 30 phoques qui nous offre un sacré spectacle! Moteur coupé nous regardons faire ses pitres qui nous tiennent à distance. Le bateau bien amarré, une ancre derrière et deux amarres à terre, des milliers de petites mouches bouffeuses d’aventuriers du dimanche nous mettent à leur menu. Sac à dos cappelé nous cherchons rapidement un belvédère, vue à 360°, et suffisamment ventilé pour déjeuner sans nos moustiquaire de tête. Ces 4 semaines à jouer le restaurateur de maison bleue m’ont donné envie de baroude;  de l’autre côté du Belvédère, on aperçoit une cascade qui doit provenir d’un lac suspendu, nous tentons l’approche. La toundra est spongieuse, mais le pas est ferme.Au pied de la falaise une faille herbeuse pourrait être la clé de l’ascension. Je demande à mon pote s’il se sent de passer sans corde. Il est suisse valaisan et habitué des montagnes, il sera enchanté! Nous voilà engagés au milieu de nulle part, quelle sensation incroyable, à perte de vue pas âmes qui vivent, seulement nous et nos désirs de découvertes! Avec ma patte folle je suis extrêmement concentré, un loupé et adieu phoques, baleines et morues ! Sur un replat je joue de prudence, ici tout se ressemble, il nous faut cairner l’entrée de la vire, ce serait ballot de se perdre…
Au bout de 2h nous arrivons en place, le lac est là, notre mission est réussie. Je suggère au « capitaine du drakkar noir » d’ériger son propre cairn;  qui sait si un jour quelqu’un passe par là ! J’ai des doutes, lol !
Au retour, les phoques nous saluent dont un d’un peu trop près : il évite de justesse mon hélice et de finir par la même occasion dans mon assiette! La journée a été riche et  incroyablement fluide, avec un bel échange. J’en retiendrai un particulièrement lorsque mon binôme au cours d’une pause me pose « la » question : « Pour toi, c’est quoi l’Amour ? »
Whouaaaa….! J’aurais pu lui dire qu’aimer c’est la passion, c’est la fusion de deux êtres, c’est trembler de l’absence, c’est….  mais non.
Je lui ai dit simplement : « Aimer c’est offrir la liberté à l’autre, aimer c’est donner sans attendre rien en retour, aimer c’est devenir encore plus Homme, plus Femme…
 

A pluche

 
 
 
 
 

Et ca continue!

11 août 2018

Aluu les amis, je serai bref car la vie ici me pompe une belle énergie, on bosse sans relâche, mon « pote » le Capitaine du Drakkar noir suit mon rythme… Je ne veux pas m’arrêter, il y a un boulot immense à faire et j’aurai toute la mort pour me reposer. Ca y est, toutes les fenêtres son décapées et repeintes. Un boulot ingrat et poussiéreux surtout  quand on travaille avec les fenêtres ouvertes! Il me semble que mes doigts sont devenus des cornettos à la crème gelée !

Ok, je vais cesser de gémir, je suis au Groenland et vous dire que c’est toujours beau est un mot trop faible. Ce matin le soleil enfin revenu, avec une brise polaire, a inondé la cabane. Là, à deux pas, deux belles baleines nous ont honorées de leurs chants. Elles ont jouées devant nous dans un ballet unique et majestueux; inoubliable !

A Oqaatsut aujourd’hui, c’est la rentrée scolaire, l’église qui sert de salle de concert est aussi l’école, mais 50% des élèves sont absents, 3 sur 6. Ici, les images de référence sont toutes, autres qu’en bas au sud. La seule école qui compte ici c’est celle de la vie et je peux vous dire que de vivre ici, c’est l’université +++ !

Au village, ils nous voient travailler d’arrache pieds, pardon pour le jeu de mot, personne ne dit mot, personne ne vient nous voir mais je sens de temps à autres des regards furtifs. Je pense qu’ils sont heureux de voir la cabane reprendre vie. Le vendredi c’est le jour de la douche et de la lessive pour moi. A la salle communale, Fareq a vu mes cernes, ma perte de poids, il m’a sourit et m’a appelé « Frankini » ce doit être un compliment exceptionnel au Groenland! Il m’a expliqué l’histoire de ma maison, de ses habitants, il est heureux que je m’en occupe autant. Cela m’a fait du bien…

Inès, mon papillon, a fait de sa propre initiative un appel à cotisations sur le groupe Facebook. Vous savez qu’un projet mérite finances et vous savez qui en bénéficie alors on compte sur vous!!

Je vous souhaite tout le meilleur du monde.

PS : Une pensée pour Jean-Phillipe Rapp qui est à la tête du Festival du film d’aventure et d’exploit des Diablerets. Ce sera son dernier festival. Hélas on ne m’a prévenu qu’aujourd’hui que je devais lui faire une vidéo mais c’est mission impossible à Oqaatsut.

Alors voici quelques mots :

Cher Jean-Philippe, je suis très ému de savoir que c’est ta dernière, je ne pourrai jamais oublier tout ce que tu as fait pour moi. Quel honneur d’avoir gravi en direct le musée Olympique de Lausanne pour une conférence télé sur le dépassement de soi. Quel souvenir d’être encore à tes cotés à l’université de Genève et de pouvoir booster les étudiants venus en masse. Comment oublier toute tes invitations au Diablerets comme jury du festival. Je crois que mon record d’assiettes de raclette englouties n’a pas été encore battu !  Merci Jean-Philippe, merci du fond du cœur je sais que cette dernière sera forte pour toi… Becs depuis le Groenland et tout de bon…

 

 

 

 

Groenland… la suite!

9 août 2018

Finalement le vent est tombé, finalement le calme prend place, il nous amène un beau crachin avec un brouillard londonien et 6 petits degrés. Le village est redevenu silencieux, les icebergs ont pratiquement disparu, seul le « smiley » surnommé ainsi par les jeunes, est encore ancré sur un haut fond. Par contre son arc de triomphe a volé en éclat, l’explosion fût si forte que même la cabane a tremblé.

 Depuis hier à deux pas de la porte, une chienne vient de mettre au monde 6 chiots. Un acte de survie terrible, la mère offre toute son attention à ses boules de poils, je me demande combien survivront…

 Le capitaine du drakkar noir, mon invité, c’est le surnom qu’il aura pour son séjour ici, commence à prendre ses marques. Il a croisé en coup de vent mes stagiaires qui ont compris que mon hôte était un grand personnage, son groupe financier est depuis un an le mécène de mon association. Cet homme de la finance suisse n’est pas venu en touriste mais pour m’épauler dans ma tâche de restauration de la maison perdue. Muni d’une classique salopette bleue, depuis 2 jours, il décape toute les huisseries de la maison, un travail de fourmi nécessaire pour repeindre les fenêtres qui depuis quelques décennies souffrent des bises polaires. Chacun de notre côté nous travaillons, de temps à autres nous échangeons, mais l’endroit ne laisse pas place au discours inutile, n’oubliez pas que nous sommes au pays du silence.

 En fin de matinée, un homme franchi le pas de la porte ; mon pôte Brieuc, vient me dire au revoir. Je le sens moins « déconneur » que d’habitude, il vient juste me prendre dans ses bras, dans quelques minutes il part avec son équipage du voilier Akta vers la grande route du passage du Nord-ouest. Dans son accolade je sens une immense émotion, un immense soupir. Je lui souhaite bon vent, la route ne va pas être facile mais une bougie brûlera, pour lui, pour ses coéquipiers, pour son rêve. Ils devraient rejoindre l’Alaska courant octobre…

En fin d’après midi « mon » capitaine me fait une petite frayeur, il demande à s’allonger rapidement, la vie est austère ici. On dort à même le sol dans une maison poussiéreuse en chantier. Ce petit coup de moins bien m’inquiète un peu, après coup il revient à lui, je vais lui faire prendre l’air, une excuse pour aller chercher le diner. Nos grosses combinaisons de mer enfilées, nous prenons le large pour une partie de pêche. Le moteur coupé nous sommes dans un silence indescriptible. Pas la moindre ride, la mer est lisse. Des icebergs entonnent leur explosion, nous guettons aussi les baleines, avant-hier au même endroit une est venue à 5 mètres à la proue d’Ifaraq. Une grosse étoile de mer se fait piéger, puis ce sera au tour de quelques scorpions de mer que je relâche aussitôt, et enfin deux grosses et grasses limandes vont venir diner avec nous.

Nous prenons le chemin du retour par le chemin des écoliers, la vie est simple ici, très simple. Bien sûr le confort manque, bien sur que les facilités du sud nous sembleraient divines mais on ne peut pas tout avoir dans la vie, alors nous prenons en pleine face cet air de liberté.

Dans nos assiettes le poisson nous rassasie, le dialogue commence, nous savons que nous sommes chanceux d’être où nous sommes. La rusticité du lieu a fait fondre le superficiel, et l’homme de la haute finance se confie au nomade du grand Nord. Les courbes du CAC 40 n’ont plus trop leur place ici, nous causons de la vie, la vraie celle qui fait vibrer, celle qui te rend Homme, qui te rempli de doute sur son devenir futile et superficiel. L’argent, la différence sociale volent en éclat, c’est ça la magie du Grand Nord.  Nous échangeons nos rêves, il me souffle les siens, je lui cause du petit papillon qui remplit mon cœur, mon âme.

Ce soir là haut au pays de nanoq deux hommes ont oublié pour un instant qu’ils n’étaient que des mortels, parole, à un moment on s’est crus immortels…

Lundi « mon » Dume arrive, là ca va être encore un grand moment …

Ps :BTAPP

 

Takuss les 6!

5 août 2018

Reveil à 5h, le soleil et les moustiques sont déjà au rendez-vous, la belle équipe doit démonter le camp, le départ est fixé à 8h30. Les yeux vers le large, je vois, je sens le vent, le bateau est petit, je croise les doigts ! Au départ l’émotion est palpable, le village est endormi, seule Ingrid est au rendez-vous d’adieu. Cette jeune femme est touchée par le groupe, sa vie est sur un fil, malgré son cancer elle guide encore un groupe de kayakistes en baie de Disko. Nous lui envoyons toute notre énergie, Ange-Paul et Marion s’en sont sortis, on sait qu’elle aussi… Au mois de septembre elle repart au combat contre sa maladie… Allez visiter sa page Face Book Ingrid Ulrich, sa volonté et sa rage de vivre sont impressionnantes!
Nous voilà partis, le village d’Oqaatsut est dans le sillage du vaillant Ifaraq, le vent de terre est virulent, il me faut jouer l’indien pour être en toute sécurité. Nous frôlons la côte, la brise a chassé les icebergs, la mer est libre de glace mais les moutons annoncent une traversée musclée. Pas un mot, pas un geste, les 6 le savent, c’est leur dernière heure au pays du silence. Je me demande se qu’il se passe dans leur tête. Je croise les doigts en douce, au bout du promontoire le port est en vu, ouf nous y sommes.
Tous va très vite : un taxi est là, un autre pas loin, nous filons au bout des 3 petits kilomètres de route unique d’Ilulissat à l’aéroport. Patrick à l’aller a perdu sa carte d’identité, j’espère qu’il va tout de même embarquer avec son permis de conduire, là aussi ça passe ! Les bagages sont enregistrés, il est temps de se dire « takuss ». Chacun à sa part d’émotion, tous m’embrassent, tous me regardent droit dans les yeux, je sens de la fierté, chacun a réussi à trouver de nouvelles limites.
Mes derniers mots ont été : « Bravo les jeunes, vous avez découvert de nouvelles limites, vous avez compris que c’était possible. Quand les « autres » parlent, vous, vous agissez. Quand les « autres » vous disent attention, vous, vous avez déjà dépassé le danger. Avant que vous partiez, je veux juste vous dire que je suis fier de vous. N’oubliez pas que vous devez vous bouger les fesses, ne jamais lâcher, croyez en vos rêves ils vous appartiennent, la vie ne vous attend pas, elle se moque de vos bobos, alors foncez même si vous boitez… »
Un peu ému, l’aventurier à cloche pied ! Je saute dans un taxi pour rejoindre la ville où je dois faire mes courses, ce soir à la cabane leurs rires me manqueront. Par moment je sais que je n’ai pas été tendre, pas conciliant du tout, mais c’est ma marque de fabrique, c’est ma manière de transmettre. Il faut bosser pour y arriver, les mous ne s’en sortiront jamais et ça je crois qu’ils l’ont bien compris.
Depuis mon arrivé à Oqaatsut, un immense iceberg est scotché devant la cabane, une de ses immenses veines de glace lui donne un air souriant. Nous l’avons baptisé  «smiley », promis les jeunes je vous donnerai de ses nouvelles, le jour où il commencera sa longue route je vous tiendrai au courant, je sais que tout au long de son voyage il se souviendra, qu’un jour dans un village groenlandais une bande d’abimés de la vie avait trouvé une belle excuse pour vivre coute que coute…
Mon hôte arrivé cette nuit sera mon binôme cette nuit. Furtivement ce matin il a rencontré la belle équipe, il a été très touché. Lui aussi a perdu son bagage, décidément cela devient une tradition d’Air Greenland…
Jusqu’au 30 aout je serai au pays d’Apoutsiaq mon journal de bord vous sera confié. Pensées polaires, philosophiques, rencontres, introspection, rêves de papillon, projets, écriture, encore quelques beaux jours pour être un Freeman plus que jamais…
PS : BTAPP
A pluche!!