2017 du bon pied!

14 janvier 2017

 

La nouvelle année a déjà perdu quelques plumes et il est temps que Bout de vie vous envoie ses vœux pour 2017. C’est déjà la quatorzième année de rencontres, d’échanges, de rire, de pleur, de joie, de doute, le tout, teintés d’une certaine souffrance. Etre amputé, c’est accepter la douleur sans se laisser submerger, c’est une satanée emboiture qui use, qui tuméfie un moignon pas toujours coopérant. Mais chacun de nous, entiers et raccourcis, devons accepter nos souffrances. La vie est souffrance ! Mais non je ne suis pas devenu pessimiste, bien au contraire mais la vérité est bonne à dire, cacher, c’est trahir. Alors la nouvelle année Bout de vie va tenter d’apporter encore un bout de bonheur aux futurs stagiaires. Des stages, oh oui il va y en avoir. Le stage de plongée va se transformer en stage de découverte « mer », la Galiote et son équipage ont pris une retraite méritée et c’est dans le sud Sardaigne qu’elle repose pour une vie plus reposante. Alors il va y avoir une autre semaine, d’un autre angle. Plus une croisière farniente, mais une vraie vie de mer avec ses quarts, ses corvées, ses responsabilités. Non ce ne va pas être le bagne mais ensemble nous allons tenter de créer un renouveau. Les dates et le bateau restent encore à officialiser. Deux stages de survies sont aussi prévus, le premier début mars, est d’ores et déjà complet celui de la Toussaint a encore des places disponibles. Le 16 avril une expédition, au Groenland est déjà calée, 4 jeunes « hors-normes » vont tenter de suivre les traces de l’explorateur Paul-Emile Victor, chacun en binôme avec un chasseur de phoques, Julien Caquineau sera le chef d’expédition, une histoire qui ne les laissera pas de glace ! Puis du 15 juin au 15 septembre, je partirai en solo avec mon kayak entre Ilulissat et la baie de Melville, soit 1200km pour une balade poétique sur la côte nord-ouest du Groenland. Sans transition en partenariat avec la Fondation d’entreprise Française des Jeux, début octobre, se déroulera l’opération des Cols et des Ecoles, un peloton de cyclistes amputés traverseront la Corse en vélo tout en rencontrant les scolaires l’après-midi. Bien sur d’autres événements seront aux programmes, le film Frères de sport sera diffusé par la chaîne Ushuaia TV début mars, le même mois le magazine Carnets d’aventures va consacrer une grande partie de son édito sur le thème du handicap et de l’aventure, il paraît que j’ai eu droit à plusieurs pages. Donc une belle année de partage et de rencontre, mais avant de conclure ce billet je tenais au nom de l’association à remercier vous tous les « gens » de l’ombre, organisateur de récoltes de fonds pour Bout de vie, sans vous rien ne serait possible. Je ne peux pas nommer tout le monde mais certain se reconnaîtront : Fred, Corinne, Tof, Antoine, Philippe, Dalila, Stéphanie, Charlotte, Ludo, Franck, Patrick, Julien et plein d’autres, mille mercis. Les autres, venez rejoindre Bout de vie en adhérant ici le lien.
Un grand merci et que la paix et la santé soient vos alliés.

Le bonheur…

13 mai 2015
Le bonheur c'est simple, ouvrons les yeux de nos coeurs...

Le bonheur c'est simple, ouvrons les yeux de nos cœurs...

Une quête à la mode en ce monde virtuel est le bonheur. Pour un « mec » qui a perdu une jambe et qui a rencontré quelques « petits » soucis dans sa vie privée, chose étrange, depuis quelques jours j’ai enchainé des interviews sur ce sujet. Mais qu’est-ce-que le bonheur façon « Cabochard » ? Le bonheur n’est pas un objectif mais un état d’âme du moment présent, l’équilibre mental en est le berceau. Mais si je ne dis pas de bêtise, ne sommes-nous pas les capitaines de nos âmes ? Les raisons de nous tirer vers le bas sont multiples et pourtant j’en suis certain il y aura toujours un ou deux arguments pour nous pousser vers le haut. Le proverbe tibétain m’inspire : « quand deux chemins s’ouvrent à toi, choisis toujours le plus difficile, celui qui exigera le meilleur de toi ». Oui il est plus facile de se morfondre que d’être heureux, pourtant cela est si simple. Depuis la nuit des temps les hommes ont inventé les alchimistes qui transformaient le plomb en or, quelques sages avaient déjà compris le jeu de la métaphore, car ; oui : nous sommes tous alchimistes. Nous pouvons tous nous enivrer de bonheur que l’on aura transformé. Le bonheur ce n’est pas attendre des « autres », le bonheur ce n’est pas une utopie, le bonheur c’est savoir ouvrir ses yeux sur les choses les plus simples, c’est disséquer les « tuiles » pour en tirer des leçons qui nous feront grandir. Pourquoi vouloir lutter, alors qu’il suffit de contourner, pourquoi vouloir changer son entourage alors que c’est à nous à nous adapter. Le torrent ne casse pas l’obstacle, il le contourne, le vent ne refuse pas la montagne il la caresse. Nous les Hommes, nous sommes des pourvoyeurs de bonheur, les malheurs n’ont pas la place dans notre existence, d’ailleurs ils n’existent que dans nos têtes. Soyons prêt au pire et le bonheur sortira de la lampe d’Aladin. Avec beaucoup d’humour j’aime affirmer qu’il ne me manque pas une jambe mais qu’il m’en reste une ! Oui l’humour est notre arnica, le baume qui apaise les maux, qui fait avaler les plats trop amers. Moquons-nous de nous, estropions nos soucis et vous verrez qu’une contrariété qui boite n’arrivera pas à vous suivre bien longtemps. J’ai remarqué que pour beaucoup les malheurs, la rage, la violence étaient une sorte de cocon protecteur ; ce mécanisme les réconforte dans une vie sans bonheur. Notre monde ne tourne plus que par des clicks d’une souris, tout et de suite. Les crédits menottent la société, les écrans hypnotisent les plus faibles, la vie devient virtuelle, et tout ce cataclysme violent rend les gens malheureux. S’assoir pour écouter le vent, lever le nez pour découvrir son étoile, prendre la main de la personne que l’on aime, même si elle n’est pas physiquement à nos côtés, sont des moments de bonheur simples. Ferme le poing et tu possèderas le vide ouvre la main et le monde t’appartiendra. Alors pour le Cabochard le bonheur existe, c’est une fleur des champs, ne la cueillez pas, allongez-vous à côté d’elle et regardez la vivre, elle vous remplira de bonheur…

Journal de bord salé

16 décembre 2013

PC120017

4h59 : Ca y est la « gigoterie » me tient en éveil, j’ai du le sortir de ses rêves, il semble m’appeler depuis le ponton à côté du Cabochard. Qui ? Mais Immaqa mon beau kayak.

5h42 : Les mascottes ont eu les derniers mots elles ne viendront pas aujourd’hui, tant-pis pour elles je n’aurai pas à partager ma boite de biscuit aux noisettes !

6h23 : Le brouillard m’étreint, la différence de température entre la mer à 15° et l’atmosphère à 3° rend la navigation mystérieuse. Le silence est profond comme l’est la nuit quasi hivernale, je ne sais pas où m’amènera cette journée mais je suis prêt à me goinfrer du temps présent.

6h31 : Les îlots des Bruzzi, sont déjà atteints, le ciel s’éclairci, le brouillard pose genou à terre, bientôt le soleil lui tordra le cou. Immaqa file droit comme un rostre de narval, Dieu que c’est bon d’être ici.

6h45 : je sors de la zone intégrale où la pêche est interdite, je peux enfin dérouler ma traine, et si un poisson tête en l’air venez s’y prendre !

7h08 : Je ne le vois pas mais je sens sa présence, le soleil a encore l’accent italien, bientôt il sera corsée : quandu ghjunghje u sole u marinaru e sempre felice…(Quand arrive le soleil le marin est toujours heureux)

7h42 : Pose café, non je ne pense pas à Véronique Jannot, mais à une autre Véro là-bas à terre ! Le vieux thermos hydrate mon café, une première rangée de gâteaux  est savoureusement dégustée. Le silence c’est le bruit du temps qui passe.

8h 33 : Le lion de Roccapina scrute vers le sud, s’il pouvait me confier où a été caché le trésor du feu paquebot Tasmania… Je sais ; il est là ; où ? Mais au fond de mon cœur !

9h07 : L’embouchure du fleuve Ortolo se dévoile, là bas, tout là haut il serpente devant mon camp des solitudes. Dommage qu’il soit si gringalet, nous ne tenons pas dans son lit.

10h46 : Je me demande si mon corps et mon esprit sont en connexion, ma tête papillonne mes bras moulinent.

11h18 : La pointe de Murtoli est dépassée, la brise de terre vit ses derniers soupirs, le Maestrale nous offre un apéritif, avec modération bien-sur !

11h24 : Immaqa est hissé sur une plage abandonnée, les traces dévoilent des pas d’ongulés et d’un certain maître renard, ne me croyez pas affable !

11h52 : Que le pique-nique soit sacrifié sur l’autel du bonheur et de la simplicité du moment, à perte de vue une mer et un maquis vides de tout hommes, j’ai compris je suis seul au monde : Wilsoooooooooooon ! Zut ; Jo Zeeeeeeeeeeef !!!

12h45 : la brise du Nord me sort de la léthargie, j’ai rêvé que je faisais du kayak sur une côte sublime, que l’aventure était mon quotidien, que j’étais un Free Man. De bleu mais ce n’était pas un rêve.

13h10 : Je décide de rentrer vers ma maison flottante, deux mascottes veillent au grain mais je ne suis pas sur de leur sérieux pendant mon absence, un braquage de cambuse est si vite arrivée !

13h12 : Je tente mon coup de poker, j’envoi mon cerf volant, il part rejoindre les cieux, je ne demande pas de carte, j’ai un carré d’As.

15h09 : Tiens mais je les ai déjà vu ses îlots ! Mais c’est bien sur, les Bruzzi. Vous avez dit une bonne moyenne ? Mais ce n’est plus un kayak mais une Formule I des mers !

16h12 : j’ai rejoint le bord du Cabochard, il me semble entendre les mascottes faire à la hâte du rangement. En attendant qu’ils cachent leur journée,  je fini les derniers gâteaux aux noisettes, à chacun ses délits, j’ai dit délit et pas délire !!!

16h14 : 36,78km au compteur ! Je compte maintenant ? Damned mais je ne suis pas en expédition !

17h03 : Je nettoie mes poissons, oui je sais, je ne suis qu’un pauvre pêcheur.

17h32 : Immaqa est ficelé sur le ponton à coté de mon petit bateau, je le couvre, il ne faudrait pas qu’il prenne froid, un ami sa se soigne.

18h45 : je reviens de la capitainerie, j’y ai pris une douche façon homard à la Thermidor, si je vois un pot de mayonnaise dans le carré de mon bateau, je reprends la mer, la « mascotterie » peut-être fatale.

19h34 : Ma vieille marmite de fonte réchauffe ma soupe aux potirons, la nuit enveloppe le « kayakiste » rêveur, je ne crois pas que je vais faire de vieux os.

20h03 : Allo 1 : C’est qui ? T’es où !!! (Soupir) ! Ma journée ? Bof la routine… Ciao

20h05 : Allo 2 : Véro, tu sais quoi ? I am a Free Man ; Kiss

20h57 : Je déplace les mascottes sur la bannette tribord et m’active à faire mon lit, trois grosses couvertures vont me tenir chaud. Les loupiottes éclairent les pages de mon dernier livre, Le Prince des nuages, que je dois finir à la hâte, bientôt je l’enverrai par la poste à une jeune fille de 14 ans, qui j’en suis sur, rêve en douce de savoir qui est son père là-bas au bout de l’horizon.

21h21 : Le marchand de sable fait sa livraison, peut importe les nuits avenirs, les jours sont l’énergie de mes vies, oui je vous assure, j’en ai plusieurs de vie !

Bonne nuit les petits…

Un vrai bonheur…

15 septembre 2012
Pur bonheur...

Pur bonheur...

Savoir, penser,rêver. Tout est là

Victor Hugo

Enfin le bonheur…

31 août 2012
La piste cyclable R1, un vrai bonheur...

La piste cyclable R1, un vrai bonheur...

Je quitte avec un peu la boule au ventre la ville de Northeim, est ce que ma cheville va tenir ? Il a tellement plu cette nuit que la brume a envahi la plaine avec le soleil qui pointe le bout de son nez. Piste cyclable à l’infini je vais toujours au sud. Je sais que j’ai un massif à gravir ce sera le premier col depuis Stockholm, je dois me concentrer sur mon tendon d’Achille, molo, molo. Je bois encore plus, une bonne gorgée tous les quart d’heures. Il n’y a que comme ça que je peux récupérer. L’acide lactique et urique doivent s’évacuer, l’eau draine les tendons. De chaque côté de la route de petites montagnes, j’ai bien fait de passer par cette vallée, je n’ai pas envie de forcer aujourd’hui, mais il y aura un massif à gravir. Je m’applique, je ne dois pas forcer, tout en douceur, je suis super concentré. Le dénivelé est imposant mais la route est déserte, je fais mouliner les jambes, je surveille la moindre douleur, pour l’instant rien ! Je poursuis, une heure de montée, les 12° du matin tombent à point, je ne souffre pas  de la chaleur. Finalement à 7km/h j’arrive au sommet sans la moindre douleur, un grand plat et le dessert, une magnifique descente de 20km. Je suis heureux comme un gamin, j’enchaîne les épingles et retrouve le moral. Mais ce n’est pas gagné, je dois rester concentré sur ma cheville. Les kilomètres s’enchainent, cette journée me semble bien partir. Je rejoins une petite ville et m’engage sur une piste cyclable qui comporte une indication R1 ! Je m’aperçois qu’elle me mène vers la ville de Kassel. Quelle paix, la route suit la rivière Fulda, pas l’ombre du moindre véhicule. Je me dis qu’avec un peu de chance je pourrais même traverser la grande ville sans avoir à affronter les carrefours et méandres urbains. Yes men, je passe en douceur mais où va cette piste que je suis ? Un panneau ! Je vais prendre mon temps pour comprendre. Une série de voies cyclables traverse la région jusqu’à Heidelberg soit 200km plus au sud, il suffit de suivre les repaires. Ma joie est trop forte pour que je la contienne, je lâche un cri de sauvage, aie je suis en ville !!! Des cyclistes arrivent, ils m’expliquent plus en détail le système de cette « voie royale », cette nouvelle me donne une pêche d’enfer. Je roule sur la R1, je ne m’arrêterais plus de pédaler. Bon cela, fait 90 bornes que je roule, faudrait penser à trouver le coin du soir. Un Vététiste me double, mon barda intrigue, on papote tout en roulant, il me demande de le suivre, un camping au bord de la rivière n’est plus très loin. 103km au compteur, le tendon qui ne  s’est pas réveillé, première journée sans pansement sur le moignon et la coalition « Q-selle » qui trouve le bon compromis, elle est pas belle la vie ! Comme dans le sud de la Suède je suis la seule tente au camping ce soir et pas la moindre pluie dans les parages… Mon intervention hebdomadaire de 17H40 avec France Bleu Frequenza Mora, me trouvera avec une patate énorme. Normal c’est le pays !!!

A pluche !

Jour de repos et rencontre…

30 juillet 2012
Encore et toujours un bel accueil chaleureux, quel bonheur !!!

Encore et toujours un bel accueil chaleureux, quel bonheur !!!

L’été suédois continue de sévir, pluie discontinue toute la nuit, il parait que c’est le pire depuis quelques décennies ! Je suis en avance sur mon programme de navigation, je décide de rester là aujourd’hui. Je sens que mon corps et surtout mon esprit ont besoin de calme, de reprendre un peu d’énergie. Hier soir j’ai appris que le village était à 5km et qu’il y a avait une épicerie. Tranquillement muni de mon sac à dos je pars en balade. Des fraises des bois grosses comme des cerises que personne ne ramasse, certainement la peur d’attraper la maladie transmise par les renards. A l’Ouest une barre bleue d’azur, certainement le retour du soleil. Au détour d’un virage une biche traverse, sans se soucier de moi, la route..  belle rencontre matinale. La route semble mener à nulle part, à la première maison habitée je m’informerais. Pour l’instant tout semble vide, puis une cabane blanche a la porte ouverte. Un homme en peignoir me sourit, je lui demande si je suis sur la bonne route pour le village et à quelle distance exacte est-il ? Encore 5 bornes mais il n’ouvre qu’à 9h, je dois y aller moi aussi me dit-il. Je le remercie mais je préfère un peu marcher dans ce cadre magnifique, la pluie fait ressortir toutes les fragrances de la forêt, je m’enivre de bon matin ! Un taxi me double et ralentit, il me demande ma destination, mais je ne veux pas de ses services. Il insiste, sa cliente derrière ne dira rien, elle a un lourd déficient mental, il l’amène dans un centre spécialisé. Entre vous et moi je crois surtout qu’il a surtout envie d’avoir une compagnie, sa cliente est très agitée et je le sens un peu perdu !!! Finalement il me déposera sans me demander quoi que ce soit devant la superette, ma casquette avait l’air de plaire à la jeune fille qui n’arrêtait pas de vouloir me la chiper.
Je fais mes courses en essayant de ne rien oublier, ma liste en main je salive déjà du festin de tout à l’heure. A la caisse je reconnais l’homme en peignoir, qui ne l’est plus d’ailleurs. Il discute avec moi et me propose de me ramener jusqu’à mon camp. Lars travaille au parlement à Stockholm et semble passionné par ma « croisade ». Il me demande si j’ai contacté les médias suédois ? Je ris en lui répondant, vous savez en ce moment je ne pense qu’à une seule chose, avancer en restant entier, façon de parler ! Il me propose de le faire pour moi. Je lui laisse mes coordonnées sans trop y croire. Alors que je me prépare un petit déjeuné pantagruélique, mon téléphone sonne, une journaliste veut me rencontrer. Ce matin je ne savais pas si je reprenais la mer et me voilà avec un agent en communication qui veut faire la promo de Bout de vie ! Jana, est attentive et demain dans le journal régional, Arcticorsica sera décrit en suédois. Mais Lars ne veut pas en rester là, il est convaincu qu’il faut que ce soit du national, il s’engage à le faire pour moi, pour vous, pour nous.
Tak Lars !

PS : Jo Zef reprend du poil de la bête, le lyophilisé ça nourrit pas la mascotte et puis il a une grosse excuse avec Norra…
A pluche !

L’oiseau du bonheur…

3 février 2011

un Cygne noir en Corse, oiseau de bonheur...

un Cygne noir en Corse, oiseau de bonheur...

Une constatation affligeante est en train de gagner tous les pays occidentaux, la prise d’antidépresseurs est en augmentation constante. Alors que le bonheur devrait être le compagnon de route de chaque citoyen nous sombrons dans les méandres du mal-être.

Vu d’un Cabochard qui vit comme un sauvage seul au milieu de rien, je vais tenter de raisonner à haute voix. Bien-sûr tout augmente, bien-sûr il y a de plus en plus de chômage, bien-sûr les pandémies déciment mais depuis la nuit des temps notre société a eu ses maux.

Nous avons la chance de ne plus être en guerre et plus ou moins chacun a un toit et une assiette pleine, je n’oublie pas les SDF et autres mal lotis mais je parle de généralité.

Je crois que ce mal est un virus sournois. De l’extérieur, vu de derrière ma vitrine, je vois, je sens, j’écoute. La surinformation assassine le penseur, la surconsommation ligote le travailleur et le mal-être qui couve derrière ces deux monstres contaminent ses victimes.

Quand nous sommes mal, nous consommons. Pourquoi l’obésité est en train d’augmenter ? Le sucre qui compose les nouveaux plats compensatoires semble apaiser la personne mal dans sa peau et le processus est en marche. De ce marché les régimes en sachet, les pilules miracles, les coachings en tout genre explosent. Dans 10 ans le diabète va faire des ravages, il a déjà commencé son carnage.

Le salaire même le plus minime  est de loin bien plus haut que le pauvre africain vivant avec 1 USD par jour. La surinformation exige du pauvre hypnotisé, d’avoir le dernier des derniers trucs machins bidules. Le processus de vente est : « Dés cette semaine soyez le premier à avoir le dernier high-tech indispensable ». Les liens sociaux activent cette dépendance et les micros crédits explosent.

Savoir décrocher de tout ça, ça c’est une aventure incroyable. Nous sommes 1,5 millions sur l’hexagone à ne pas avoir de télé, ce n’est tout de même pas 1,5 millions d’aliénés. Imaginez une soirée où après une journée harassante vous n’avez pas de boite rectangulaire allumée (web, télé.)

Un vide incroyable va s’installer, oui mais ce soir il y a le film qui va me faire rire, le match de foot incontournable, le feuilleton trop top-mignon et puis je veux voter pour Jennifer !

Une bouteille quand on veut la remplir il vaut d’abord qu’elle soit vide. Logique non ?

Cette démarche je la pratique au quotidien et j’en profite pour la transmettre quand on me le demande. Quand je fus engagé par le club du GSHC j’en ai parlé aux joueurs, ces professionnels de la glace ont tout intérêt à être au mieux de leur être. Ca a marché ! Comme quoi !!!

Je ne veux pas vous saouler avec ma manière de penser, mais de plus en plus je croise des gens profondément malheureux alors que le bonheur est une fleur facile à faire pousser. La manière de penser influx notre état, pourquoi se rendre dépendant d’une chose qui inévitablement sera notre destruction. La possession est un pervers qui mériterait « perpète », ne rien avoir est le début de la liberté. Combien de familles bossent comme des malades pour offrir un avenir matérialiste à leurs enfants, qui pendant que les parents travaillent font les plus grosses « conneries » possibles. Une écoute est la meilleure forteresse que nous pouvons leur offrir. Payer à sa femme le dernier resto pour compenser le couple qui part en « lambeau» ; un soir sans rien autour, un tête à tête dés le départ aurait peut-être évité la dissolution du ménage.

Parler, raisonner, échanger, décortiquer ensemble, c’est plus efficace que les quarts de finale de la champion-league ou le dernier feuilleton « Plus belle la vie »…

Oui je sais ce style de démarche fait peur, car quand on parle, forcément le sujet va déraper sur la blessure qu’on évite et si on la touche ça fait mal. Mais n’oubliez pas qu’une blessure oubliée va automatiquement déclencher la gangrène et l’amputation sera inévitable.

Je ne suis ni psy, ni moraliste, ou philosophe, mais où que je passe on me définit comme donneur d’énergie ayant toujours la joie de vivre. Comme vous êtes sympas, attentionnés et plein de bonne résolution je vous ai dévoilé mes p’tits trucs du bonheur selon un Cabochard.

Le bonheur est un oiseau de passage qui dés qu’il se pose doit être apprécié, observé, car comme tout volatile il passera son chemin pour d’autres bateaux, bivouacs, amoureux enlacés. Si nous prenons notre  temps dans ce court instant, même après son départ son chant restera pour nous réchauffer jusqu’au prochain oiseau. Ne lui construisez pas une niche d’or et de diamant, cela ne sert à rien ; il n’est que de passage. Ne lui parlez pas de demain ou d’hier il ne sait conjuguer le verbe aimer qu’au présent. Son chant ne s’entend que dans le grand silence de la plénitude, celle qui est enfouie au fond de chaque homme et de chaque femme. Il se fiche du paraître et de la mode car seul le dénuement de fioriture  vous le fera apparaître.

Tout est possible, c’est vous qui mettez les limites, cette forêt est artificielle.

Pour conclure ma longue bafouille, chacun de nous avons des possibilités hors-normes, mais il faut s’en donner les moyens.

Bonne mer !