Un jour la vie…

4 mai 2014
Un pas après l'autre et le sommet sera atteint.

Un pas après l'autre et le sommet sera atteint.

Cette journée sera le bouquet final, comment la marquer d’une pierre blanche ?  Ange et Alex sortent de la sieste, ils parlent déjà des horaires du vol de demain, mais le « cabochard » rode et pratique un assaut. Eh les gars vous avez 5’ pour vous préparer, on part en rando survie ! Ange est d’attaque mais son binôme est plus craintif, tous les prétextes sont bons pour ne pas venir.

-« Mec ; demain tu seras dans la grisaille parisienne au milieu de la fourmilière bruyante et tu refuse de vivre un truc incroyable !.. »                                                                                                                               –« Ok cabochard je viens. »                                                                                                                                                                         Le but sera de gravir la montagne qui domine la baie de Disko. Si ici le vent est nul là-haut les – 8° seront amplifiés par le blizzard qui balai les sommets. Dans mon sac j’ai prévu l’essentiel pour ce type de virée, un thermos d’eau bouillante, quelques sachets de thé, une couverture de survie et une pelle à neige. La marche d’approche est facile mais au pied de la face, les silences nous rejoignent, la neige tombée en abondance rend l’ascension physique, l’effort est tel que le froid semble nous abandonner. La rigueur est de mise, mes jeunes aventuriers doivent poser leur pied dans ma trace, une crevasse peut-être fatale. Les respirations sont saccadées mais à tout effort une récompense, au fil de la prise de dénivelé la baie de Disko apparait, des centaines d’icebergs semblent geindre de leur immobilisme. L’arrête est atteinte et le vent nous enveloppe les capuches se remontent, les couches de gants sont soigneusement apposées, nous sommes seuls au monde. A l’abri d’un caillou il est temps de se réhydrater, le froid a cette fâcheuse manie de nous enlever l’envie de boire. La tasse du thermos est remplie de neige puis la boisson bouillante versée rendra le breuvage tiède, une technique pour consommer moins d’eau chaude. Mes yeux sont attirés par un drôle de tag, une main est dessinée sur la paroi de granit. Quelques jours auparavant Niko nous avez expliqué cette manière qu’ont les groenlandais pour marquer leur territoire, il nous est impossible de définir de quelle époque date cette gravure. La marche reprend de plus belle, il faut trouver la bonne congère pour une initiation de survie en milieu polaire. Au détour d’un bloc un immense tas de neige nous attendait ! Ni une ni deux je donne les premiers coups de pelle en expliquant le système pour creuser un abri de fortune. Les jeunes prennent le relais à tour de rôle ils creusent et déblaient, la grotte prend vite forme, les gros morceaux serviront à confectionner un mur de protection. Leur sourire me susurre un bonheur certain, leur effort me surprend, l’ascension ne fût pas facile mais à les voir bosser je sens un engouement flatteur. Au bout d’une heure nous tenons à trois dedans, la température à l’intérieur devient sympa si dehors le vent glace les os dans notre cocon de neige et de glace nous sommes à l’abri. Nous discutons des règles à observer pour survivre dans ces conditions, puis l’un deux me raconte quelques mots qui resteront gravés à tout jamais dans mon cœur. –«  C’est bizarre la vie il n’y a pas longtemps nous étions à l’hosto dans un rectangle blanc, qu’on appelle lit, avec des tuyaux de partout, et on a survécu. Ici ce rectangle blanc est infini et cette survie elle s’appelle la vie !!! » Une tape dans nos mains pour ce moment merveilleux de partage et il est temps de rejoindre le camp de base, là-bas ils nous attendent. Ce séjour se termine sur une note merveilleuse, Thierry à réaliser son rêve et ses jeunes ont su avec beaucoup de bravoures découvrir de nouvelles limites. Pascal peut-être fier, il a su donner par son association un espoir, un sourire pour la vie. Un grand merci à Nicolas Dubreuil qui a su rendre cette aventure possible, une révérence à tous les mécènes qui ont financé ce projet. Remerciement à tous les sourires croisés au pays d’Apoutiak, vous êtes entrés dans nos cœurs pour toujours. Surveillez vos programmes TV bientôt sur TF1 dans l’émission Reportage, 26’ vous feront partager la vie de Niko et de cette belle rencontre, filmé par Fred et réalisé par Baya.

A pluche.

Un décor à couper le souffle.

Un décor à couper le souffle.

Une gravure mystérieuse

Une gravure mystérieuse

Les terrassiers polaires!

Les terrassiers polaires!

Ange deneige, alors qu'Alex creuse.

Ange déneige, alors qu'Alex creuse.

On ne s'en lasse pas.

On ne s'en lasse pas.

Toujours plus beau.

Toujours plus beau.

4 jeunes lascars pour nous accueillir après notre périple.

4 jeunes lascars pour nous accueillir après notre périple.

Avec des chiens de traineau

2 mai 2014

Comme récompense on ne pouvait rêver mieux, qu’une rando en chiens de traineau. L’équipement permettant de lutter contre le froid doit être une succession de couche, c’est l’air qui isole et non une seule grosse épaisseur, la  société Solognac a fourni à toute l’équipe le nécessaire. Le fait d’être assis sans pratiquement aucun mouvement peut transformer vite la balade en cauchemar. Les jeunes sont en binômes, Niko et Pascal sont  seuls quant à Thierry et moi nous partageons le même « carrosse ».  Une quinzaine de chiens de race groenlandaise sont disposés en éventail, le leader mène la route. Ils  ont une ouïe très perçante et le musher leur transmet les ordres sans forcer sur la voix. Illi, illi veut dire à droite, gnou gnou veut dire à gauche, euche, euche : doucement… Le décor est absolument grandiose, il nous semble d’évoluer dans un rêve. Mais la région est montagneuse, dans les grandes côtes je rejoins le « chauffeur » qui court à coté de sa monture, mais dans les descentes notre « dolfinu » qui ne peut se tenir doit être maintenu. Le travail des chiens est fascinant, loin des animaux de compagnie que l’on connait en Europe, ceux-là sont de vrais machines. Leur vie, courir sur la banquise ou la calotte, dés qu’ils sont à l’arrêt ils se déchainent pour repartir galoper. Les rixes sont fréquentes, les bagarres dégénèrent assez rapidement en bain d’hémoglobine, le fouet est là pour dissuader les plus têtus. Après une heure trente de cavalcade polaire, un arrêt casse-croute nous réchauffera ; le froid nous a bien entamé. L’équipe est devenu soudée, fraternelle, les silences sont devenus familiers devant une telle paix. Puis nous reprenons la route, nos amis les « bêtes » s’en donnent à cœur joie à notre plus grand plaisir. La compétition coule dans leur veine et il n’est pas rare de se retrouver rattraper par nos suiveurs. Pour tout le monde nous sommes envoutés par cette rando canine, mais je vous rassure encore d’autres aventures nous attendent. Pour se restaurer ce soir Niko nous a déniché une cantine spécialiste de la viande de baleine, renne, flétan, bœuf musqué, phoque…

A pluche !

Ange-paul et Alex en pleine aventure.

Ange-paul et Alex en pleine aventure.

Mon binome Thierry.

Mon binôme Thierry.

Chiens avec une majuscule, rien à voir avec les cleps à sa "mémére"!

Chiens avec une majuscule, rien à voir avec les cleps à sa "mémére"!

Un vrai régal de les voir travailler.

Un vrai régal de les voir travailler.

Niko ferme la marche.

Niko ferme la marche.

La pause casse-croute pour nous réchauffer et reposer nos chiens.

La pause casse-croute pour nous réchauffer et reposer nos chiens.

Au milieu des icebergs

2 mai 2014

Comment ne pas être tenté de naviguer au milieu des icebergs, l’équipe au complet a pris place à bord d’un bateau de pêche au nom surprenant: Frank! Le hasard n’existe pas, ce ne sont que des connexions diraient certains. Le froid nous accompagne mais la grâce est telle que pour rien au monde personne ne laisserait sa place. Une belle série de photos rien que pour vous. Demain une belle balade avec les chiens de traineau nous attend… A pluche.

Surprenant non?

Surprenant non?

Comptez au moins entre 7 et 9 fois sa hauteur immergée! Celui-ci doit reposer sur un fond de 500mts minimum!

Comptez au moins entre 7 et 9 fois sa hauteur immergée! Celui-ci doit reposer sur un fond de 500mts minimum!

Ange affronte la bise polaire en haut du roof.

Ange affronte la bise polaire en haut du roof.

Un tombeau où réside notre patrimoine sur des milliers d'années.

Un tombeau où réside notre patrimoine sur des milliers d'années.

Kéops version congélateur!

Khéops version congélateur!

Sculpture improbable.

Sculpture improbable.

Encore un autre type de glace...

Encore un autre type de glace...

Parole de mascotte que des glaces à l'eau, tu parles d'un pays toua!

Parole de mascotte que des glaces à l'eau, tu parles d'un pays toua!

Niko à la photo.

Niko à la photo.

Rando polaire…

28 avril 2014

Kutaa à tous, ce matin le temps se stabilise un peu, la tempête de neige a pris un peu de repos, une aubaine pour une rando de 4h jusqu’au site de Sermermiut. La température est sympa, à peine -14°, un vrai temps de fillette. La progression dans la neige fraîche demande beaucoup d’effort, mais je crois que vous avez compris, l’équipe n’a pas trop l’habitude de se plaindre. Plus que des mots des clichés rien que pour vous…

Ps: Demain Ange-Paul et Alex vont découvrir de nouvelles limites; ils vont s’immerger en ma compagnie, je sais j’ai de la chance de les avoir croisé, Niko m’accompagnera, il captera ses images de bonheur.

Un chien de traineau de la race groenlandaise.

Un chien de traineau de la race groenlandaise.

Ange-Paul sous le charme d'un chiot.

Ange-Paul sous le charme d'un chiot.

« Celui à qui la souffrance est épargnée doit se sentir appelé à soulager celle des autres. » Albert Schweitzer

« Celui à qui la souffrance est épargnée doit se sentir appelé à soulager celle des autres. » Albert Schweitzer

Le pays des icebergs.

Le pays des icebergs.

Malgré le froid polaire, l'aventure est plus fort que tout.

Malgré le froid polaire, l'aventure est plus fort que tout.

Le reflet sourire penetre Niko.

Le reflet du sourire pénètre Niko.

Un pas aprés l'autre.

Un pas après l'autre.

Un titan bloqué sur un fond de 500mts!

Un titan bloqué sur un fond de 500mts!

Ca plane pour lui...

Ca plane pour lui...

Le dauphin des glaces.

27 avril 2014

Ici les nuits ne sont qu’excuses au soleil pour se cacher derrière un iceberg afin de mieux surprendre le rêveur d’un monde meilleur, je vous le promets au pays d’apoutiaq il paraît plus que parfait. La matinée sera consacrée à remplir la cambuse car notre point de ravitaillement sera fermé pour le week-end. Les jeunes du village nous ont adopté, dans l’axe de la salle de sport nous sommes interpellés, comment refuser leur appel ! Les enfants sont d’une éducation déconcertante, ils savent jouer avec beaucoup de respect, Pascal a encore droit à sa salve d’autographe, alors que les plus audacieux explique aux nouveaux mon p’tit truc « différent ». La barrière de la langue est balayée par les sourires et les regards complices, ma prothèse intrigue, ils veulent comprendre le fonctionnement de ce bout de vie perdu. Ni une ni deux, les tabous sont mis au congélateur, je vous prie de croire qu’ici il est grand, et je dénude « Magui- bol » ! Ils veulent tous la soupeser, la sentir, les plus petits y plongent les jambes… Les rires inondent la salle, soudain, ma mémoire se décongèle et je déniche au fond du sac une pile de carte postale de l’association, tous en veulent… La journée pourrait s’arrêter là mais le grand beau temps qui inonde la bande des éclopés nous tente pour une nouvelle immersion. L’équipe de tournage de CCTV ne nous lâche plus, ils ont annulé leur vol retour pour rester avec nous, Yu Jiang la directrice de projet est très attachante et sait nous convaincre. Un drone va faire parti des images de l’après-midi, le vent a certainement rejoint d’autre latitude, il nous a confié son copain le soleil pas trop habitué à la vie polaire. La préparation du matériel semble plus simple, mais la concentration doit être à son plus haut niveau, Thierry va tenter « l’impossible » !!! Le protocole est toujours le même, avec Niko, nous nous immergeons en premier pour pousser les « glaçons » puis une fois à bonne distance de sécurité, le Dolfinu s’élance avec aujourd’hui un petit détail : « il sera habillé que d’un maillot » !!! Pour ce défi hors norme ce n’est pas de l’improvisation, depuis plus de 6 mois, tous les jours il s’est entrainé à nager en simple appareil dans des rivières hivernales corses. La tension monte d’un cran, hier au briefing de la séance de nage j’ai réexpliqué en détail les risques encourus, tout le monde va avoir sa tache en cas de « soucis », Pascal, Ange, Alex, Patricia et même notre chanteur Francis seront là pour le plan B. Accroché à un iceberg je  donne le départ, Thierry glisse dans les entrailles d’un océan à une température vertigineuse :-1,6°. Ma crainte est double, le premier est la blessure par un bout de glace tranchant, hier ma combinaison de 7 mm a été lacéré en une fraction de seconde, la seconde est la syncope brutale qui entrainerait un coulé à pic funeste. Avec Niko nous sommes sur le qui vive, rien ne doit être laissé au hasard. Thierry ondule, vibre il devient élément, les Dieux des glaces et des blizzards semblent vouloir le protéger. La distance entre chaque point de sécu est de moins de 70mts et à chaque fois qu’il vient à ma rencontre nous échangeons quelques regards pour vérifier sa lucidité, il semble parfait mais au bout de 18’, il prend la décision de sortir. Je suis bluffé d’une telle aisance, Thierry est entre les mains des copains, je dois m’en remettre à quelques elfes arctiques. Un bel immeuble de glace me tente, le long de sa peau marbrée je glisse dans les entrailles de la mer la plus dur au monde. Le sol est meurtri, il comporte les stigmates des géants de glaces qui trainent leur mort programmé. Une alcôve semble m’accueillir, tout est bleu vert, je stoppe ma respiration pour entendre les râles d’un iceberg agonisant. La journée repasse en boucle, merci mon Dieu de nous avoir offert toute ses souffrances encore aujourd’hui j’en ai compris les enseignements.

NIK_3517.jpgweb

Quand le corps devient l'océan...

Alex a rencontré des jeunes filles charmantes...

Alex a rencontré des jeunes filles charmantes...

Les gamins découvrent "magui bol"!

Les gamins découvrent "magui bol"!

Aucun tabou, tout est excuse pour découvrir l'inconnu.

Aucun tabou, tout est excuse pour découvrir l'inconnu.

Un grand merci à Solognac qui a habillé tout le team Défi Polaire.

Un grand merci à Solognac qui a habillé tout le team Défi Polaire.

Toujours aussi fascinant.

Toujours aussi fascinant.

Quand le corps devient océan...

Quand le corps devient océan...

Le froid est une sensation gerer par une multitude d'images de référence!

Le froid est une sensation gerer par une multitude d'images de référence!

Ange, Pascal et Francis aux petits soins à la sortie de Thierry.

Ange, Pascal et Francis aux petits soins à la sortie de Thierry.

Dernier consigne avant la plongée.

Derniere consigne avant la plongée.

Le premier bain!

26 avril 2014

Vous connaissez cet adage, un souvenir ne s’achète pas il se vit, aujourd’hui les pages ont été écrites à l’encre de la renaissance sur une feuille blanche de partage.                                                                                                                                                     il 6h30, il neige fort sur le port d’Ilullisat, en même temps d’un petit déjeuner copieux une ambiance transforme la belle équipe, avec Niko nous planchons sur la longue et belle journée qui s’annonce. Francis à son habitude rejoint la maison du bonheur, il sent une légère tension,  aujourd’hui ce sera le grand bain. Pascal prend son café, il trépigne, la région l’a envouté, il lui faudrait plus d’une vie pour assouvir son rêve de gosse ! Mais ces grands yeux clairs sont portés sur le duo des jeunes que l’existence n’a pas épargné. Un sourire, un espoir pour la vie, n’est pas que le nom de son association, c’est aussi le fond d’écran de cette expédition engagée. Niko, ajuste son boitier pour filmer et photographier notre nageur des glaces. Mais la précipitation n’a pas sa place au pays d’apoutiaq, la moindre erreur pourrait être fatale. Vers 10h le matériel est enfin prêt, nous nous baignerons cet après-midi. Une petite balade est prévue jusqu’au sommet de la ville qui domine le golfe de Disko. Là-bas au large se déversent les plus gros icebergs de l’hémisphère Nord, la vue nous pénètre ce n’est plus une page virtuelle, le froid vif nous explique l’histoire de ces mastodontes millénaires. Notre balade nous fait passer devant la sortie d’une école, ici les gamins n’ont pas trop la chance de croiser des « autres », en plus, ceux-là ont un « truc » de plus ou de moins. Mon frère de glace parle couramment le groenlandais et il explique qui est qui. Les enfants sont déchainés, nos différences les amusent, ici le vice n’a pas encore touché la jeunesse. Ils comprennent d’un coup le parcours de Pascal qui s’improvise gardien polaire, le ballon ne peut rebondir sur la glace mais l’ambiance est olympienne, les rires envahissent le stade. Ange signe des autographes, Alex devient la star, ici ils n’ont jamais vu de black ! Niko leur donne rendez-vous à 15h, ils seront à l’heure. Des broches à glace sont improvisées, corde de rappel, le protocole prend place, tout doit être prévu. Le plan A sera le binôme du plan B voir C ! L’équipe de TF1 est rejoint par une caméra chinoise qui veut tout savoir de nous tous, la pression monte d’un cran. Pascal joue le rôle d’habilleur, Fred le caméraman pour un bref instant l’assiste, tout doit être étanche la température de la mer est de -1°. Je ne vous cache pas que l’émotion essaie de prendre place dans ma combi mais le vide chasse cet intrus, Niko me rejoint nous partons en repérage. Après 40 ans de plongée je caresse mon premier iceberg, j’ai les yeux qui sont humides. Là haut le cancer a failli les envoyer aux pays des anges, Thierry et moi revenons de loin, la vie est plus fort que tout. Au bout d’une demi heure nous refaisons surface  U Dolfinu enfin s’immerge, je joue le rôle de chasse glaçons puis la mer est libre de glace, que vivent ces rêves et ceux des enfants de l’association Un espoir un sourire pour la vie.

Tout les enfants du village sont venus nous prêter main forte.

Tout les enfants du village sont venus nous prêter main forte.

Ok tout va bien!

Ok tout va bien!

Le fond pullule de vie, ici une sorte de grondin.

Le fond pullule de vie, ici une sorte de grondin.

Je dois ouvrir un passage pour Thierry.

Je dois ouvrir un passage pour Thierry.

Pascal ose le bain.

Pascal ose le bain.

No comment!

No comment!

No comment bis!!!

No comment bis!!!

Tikipungut*

25 avril 2014

Nous arrivons*

La bande vient d’arriver, mais quelle journée donc d’avance je vous présente mes excuses pour la brièveté de ce billet. Plus que des mots des photos. Chers amis je compte sur vous pour couvrir notre nageur d’encouragement. Une pensée pour Alain Bernard qui pour des raisons personnelles n’a pas pu venir avec nous, nous sommes de tout cœur avec lui.

L'équipe est déjà sur le pied de guerre!

L'équipe est déjà sur le pied de guerre!

Ange Paul teste la température de la mer; -1°

Ange Paul teste la température de la mer; -1°

Pascal sous le charme des chiens groenlandais.

Pascal sous le charme des chiens groenlandais.

Thierry face à son Défi.

Thierry face à son Défi.

Ulloriaq…

23 avril 2014
Ulloriaq, la nouvelle "nounou" à Jo Zef.

Ulloriaq, la nouvelle "nounou" à Jo Zef.

Le vent du Sud-ouest nous a amené la neige qui tombe drue, il parait que là-bas beaucoup plus au sud c’est le printemps. Borgen le seul plongeur de la région est venu nous rendre visite, ici tout se sait, lui aussi a entendu parler du Défi Polaire. Comme tous les habitants d’Ilullisat il a plusieurs activités, contrôleur aérien, électromécanicien et scaphandrier. Vous vous doutez bien du sujet de la conversation !  Avec Niko nous lui avons dressé une liste précise du matériel nécessaire pour pouvoir assurer la sécu et surtout quelques conseils sur les potentiels dangers de la région. La plongée en zone d’iceberg peut-être très dangereuse, un « glaçon » qui flotte peut se chavirer en quelques secondes, celui qui est échoué peut se briser et entrainer pas mal de difficulté, aux « bulleurs », la vigilance sera encore plus de rigueur. Dans notre « base camp » la vie en communauté est enchanteresse, Julien qui est le gestionnaire a épousé Charlotte groenlandaise née ici, ils ont deux enfants, le troisième est prévu dans les quelques heures. Ulloriaq qui veut dire « Etoile », à peine âgée de 6 ans est très intriguée par mon pied en plastique, mais Jo Zef a su lui faire du charme. Mathias, pilote sur bimoteur est cloué au sol par le mauvais temps qui sévit, malgré son jeune âge il fait parti de ces fous volants qui posent leur coucou sur le « icecap ». Le dernier colocataire est le grand gosse de la bande, Francis vient de se lancer dans un projet d’une rencontre de 12 peuples minoritaires pour entreprendre des compositions de chants communs. Alors que Niko prépare son sac pour partir guider une équipe de télé sur la chasse au phoque, j’hésite sur quel cap m’engager à pied pour passer une journée de rêverie polaire. Notre chanteur national, poète dans l’âme n’a pas prévu sa collation matinale, alors bon joueur je lui accorde une part de la mienne. Dehors les chutes de neige s’intensifient, la visibilité se réduit de plus en plus, je me demande si je fais bien de partir seul ! Mais je sens que mon voisin de chambrée attend quelque chose de ma part. Hier soir il a enfin rencontré un groupe local et une chanson est en train de naître, il aurait besoin pour la journée d’un « mec » à tout faire !!! Un dernier œil dehors me convainc de laisser tomber mon excursion pour me transformer en assistant improvisé. Mon job sera de leur assurer entre autre leur repas du midi et de filmer leur rencontre musicale. Pour le film ce sera du basique, mais je mets un point d’honneur à concocter un déjeuner digne de cet événement. Julien me conduit en assurant la traduction au point de vente des retours de chasse, un narval dépecé est sur le présentoir. Le prix au kilo est dérisoire, âmes sensibles, ce pays n’est pas fait pour vous ! La viande toute fraîche est déjà congelée, Charlotte va m’initier à sa préparation. La bande de musicien bosse dur mais quand le « cuistot » dit ; à table, personne ne se fait prier. Les steaks sont d’une finesse exceptionnelle, chacun va en reprendre plusieurs fois, n’oubliez pas qu’ici aucun bovin ou ovin ne peut vivre, la nourriture provient uniquement de la pêche et de la chasse. Mais leur travail continue jusqu’au moment ou le groupe a enfin obtenu le « graal », la chanson est née; son titre : « Suli avounga »…

Entre vous et moi voici une partie du texte écrite par la plume de Francis Lalanne, la partie groenlandaise a la même vibration…

P4230033.JPGweb

La musique lien universel.

La musique lien universel.

Sans comprendre la langue l'émotion avait toute sa place.

Sans comprendre la langue l'émotion avait toute sa place.

Le leader du groupe, douceur et sensibilité à fleur de peau.

Le leader du groupe, douceur et sensibilité à fleur de peau.

la neige n'a pas cessé de saupoudrer le port toute la journée.

la neige n'a pas cessé de saupoudrer le port toute la journée.

Kusanaq

23 avril 2014
Au bout du monde...

Au bout du monde...

Kusanaq* C’est très beau*

Ilulissat : latitude 69°13’N   51°06’O  température -11° ; 300 km au nord du cercle polaire.                                  Le bimoteur Dash stoppe ses machines, je foule enfin le sol gelé du pays d’Apoutiak. Il est là en face de moi, une étreinte fraternelle nous unis enfin. On a des choses à se dire mais les mots manquent, on a toute la vie pour se les dire. Nicolas est doublement ému, mon arrivée est une sorte de  relais avec ses proches qui lui ont rendu visite et qui rentrent au pays des gens qui parlent fort. Le nomade ne doit pas se retourner, la trace, c’est devant qu’elle doit être faîte. Nous rejoignons notre camp de base qui est un groupement de containers savamment agencés en confortables chambres. Ce lieu est à disposition des travailleurs du cru ; pilotes d’avion côtoient, le reporter en transit, mécano partage la cuisine commune du guide polaire. Des pièces qui s’animent aux grés des récits quotidiens forts en adrénaline. Heureux comme un ours polaire reput en « barbaque » de phoque, j’écoute, j’apprécie mais surtout je ne dis rien, ici je suis touriste et quand on a ce statut la moindre des choses c’est pratiquer le silence. Niko me fait visiter le patelin, 5000 âmes y vivent à l’année, une vraie mégapole pour le Groenland qui ne compte que 56 000 habitants. L’économie locale est basée sur la pêche aux flétans et à la crevette, le tourisme pointe le bout de son nez et déjà quatre hôtels de haut standing y ont ouvert leur porte. Pourvu que les locaux puissent gérer ce gain si vicieux. Mais nous ne sommes pas là pour faire les touristes, il y a un défi à organiser, j’en connais là-bas au sud qui trépignent d’impatience. La mer est libre de glace, à pied nous nous rendons au lieu prévu pour le premier bain, les derniers jours ont apporté beaucoup de neige et l’accès à la « plage » qui n’est qu’une dalle de grés est blanche et glissante à souhait. Nous échangeons sur les points sécu qui seront la clé de la réussite de l’aventure, ici l’improvisation n’aura pas sa place, discipline, rigueur, et anticipation seront les mots clés de cette belle page qui va s’écrire. Mais l’aventurier à l’estomac au fond de la prothèse alors avec mon « frangin » nous dévalisons la superette pour nous préparer un plat de pâte à la crevette en guise de diner de gala. Les assiettes fumantes nous titillent les papilles, le calme dans la cuisine est scandinave, mais un invité surprise nous rend visite.

Salut les gars, je peux m’assoir avec vous ? Je m’appelle Francis.

-Tu veux un plat de pâte ?… -Non merci j’ai déjà mangé…

– T’as amené ta guitare au Groenland !!!

– Ouais je suis chanteur !!!

Improbable, incroyable surnaturelle Francis Lalanne … Un concert privé  rien que pour nous avec des confidences fraternelles, vous avez dit privilégié !!!

Un cabochard pris par les glaces

Un cabochard pris par les glaces

Si la vie de pêcheur est dure ici c'est un combat incessant...

Si la vie de pêcheur est dure ici c'est un combat incessant...

Le flétan qui sera transformé est envoyé vers le Danemark.

Le flétan qui sera transformé est envoyé vers le Danemark.

Une rencontre improbable...

Une rencontre improbable...

Entre vous et moi...

Entre vous et moi...

Tikilluarit

21 avril 2014
Survol de la mer encore gelée...

Survol de la mer encore gelée...

Tikilluarit*

(Bienvenue*)

Si les voyages forment la jeunesse, ils inspirent le poète, ils happent le rêveur, ils envoutent l’aventurier à cloche pied. Le vol pour Kangerlussuaq est en retard, peu importe le nomade est partout chez lui, alors ici où ailleurs ces détails ne l’effleurent même pas. Mes voisins attendent, je crois que je fais parti du lot, leur langue ? Le kalaallisut ; un parlé inédit. Adieux « latinerie », langue orientale, les mots claquent au fond du palais, les phrases sont toute englobées, impossible de comprendre le moindre sens. Imaginer, il ne me reste plus que ça pour être là, je ne serais jamais l’un d’eux ; c’est tellement difficile d’être soi-même. L’île d’Apoutiaq est en face mais comme le dit le proverbe groenlandais : seuls la glace et le temps sont maîtres. Depuis des milliers d’années ils ont vécu en totale autonomie, la météo ils en ont fait un jeu de patience, l’homme ici a gardé sa part animale, les prévisions ne sont qu’une invention de blanc qui veulent toujours tout gérer, ici seul le présent compte, c’est très certainement pour cela que je suis à mon aise. Là-bas c’est le pays du silence, les conversations ont un ton apaisant, la langue n’est pas violente, un air de toundra semble envahir mes oreilles. Je pense à mes aïeux, j’imagine les leurs, un abysse nous sépare. Mon chez moi, la méditerranée, source de guerre depuis la nuit des temps, ici Kalaallit Nunaat, l’un des rares pays qui n’a pas d’armée. Si le combat est une essence essentielle pour l’homme, à mes yeux il se trompe trop souvent d’adversaire, le seul ennemi à jouter est sa part obscure. La bagarre ici n’existe pas, nanouk veille aux querelles, le blizzard cadre le rebelle, le froid coupant tord le combattant des ombres. Mon frère de glace est de l’autre bout de la mer, il me tarde de l’étreindre, nous avons quelques jours pour nous retrouver, pour faire ses silences qui mènent aux rires mystérieux. De grâce faites qu’une carte ne nous tombe pas sous les yeux, la pointe d’un crayon dérobé dans une chambre d’hôtel d’aéroport nous mènera sur quelques fjords oubliés, sur des baies archéologiques abandonnées. Peut-être nous y découvrirons une nouvelle route pas encore empruntée, et si nous retrouvions par hasard les vestiges de la flottille de Leif, fils d’Erik le Rouge, découvreur de la terre promise. Voilà chers amis, le carnet de voyage reprend du sens, l’essentiel va devenir compagnon de route, dans quelques jours l’équipe du Défi Polaire va poser le pied ici, sur la plus grande île du monde, en attendant sans le moindre bruit je vais de nouveau ouvrir la porte d’un rêve de gosse.

Inuulluarit*

(Aurevoir)*