Des Cols et des Ecoles suite et fin

16 octobre 2016
Au col de Roccapina

Au col de Roccapina

L’aventure des Cols et des Ecoles vient de s’achever mais quel bonheur cette « pédalerie » partagée. Depuis Zicavo nous avons glissé sur Ajaccio en grimpant tout de même le col de Granaccia, personne n’a grincé des dents, l’effort était notre allié, alors le dénivelé ne posait plus aucun problème. Au bas du col St Georges, Xavier-Pierre Lovizi journaliste pour FR3 Corse Via Stella, rejoignait le peloton. Une caméra pour fixer l’effort, un reportage pour passer ce message si important : un bout en moins, certes, mais une force en plus. La ville la plus continentale de Corse nous offrait l’étape, bouchon, pollution, mais la troupe ne s’en souciait pas, la soirée devait nous apporter des invités de marque. Thierry, l’homme dauphin et son épouse se fondaient au groupe mais une surprise prenait forme, nous allions « enlever » pour une soirée, Jean-Gérard de son centre médicalisé. Privé de ses jambes depuis sa naissance, Bout de vie ne l’oublie pas, une projection privée lui sera offerte. Dume, bien en forme, nous fera rire toute la soirée. Mais il faut encore pédaler pour rejoindre le golfe du Valinco. Après une sortie sur la pointe de la prothèse de la fourmilière urbaine nous retrouvons enfin la paix des routes désertes, mais quand on dit Corse, on dit aussi dénivelé, alors le nez en l’air, pour moins subir l’effort, nous moulinons sur nos machines, au bout du compte une arrivée triomphale à Propriano nous récompense. Cette fois ce seront les 4éme du collège Jean Nicoli qui sont impliqués, Dume est le chef d’orchestre, ce sera un ode à la vie, chaque « pédaleur » prendra aussi la parole, le temps semble s’évaporer et la sonnerie de fin de cours, libère les gamins qui ont dû certainement comprendre des choses sur la différence. Avant le dîner nous décidons de nous plonger dans les bains chauds de Baracci, une détente bien méritée qui médusera les quelques clients sur zone, cela ne passe pas inaperçu une équipe d’unijambiste en goguette ! Malgré les médisants aucune pluie n’a effleuré le groupe, la chance sourit au plus méritant, non ? En route pour l’Extrême Sud, c’est vendredi, le tour en arrive à la fin. Les copains devaient nous rejoindre mais aucun n’était au départ, peur de la météo, nous on est vivant alors ces détails nous importent peu ! L’étape passe par Campomoro, la route est déserte, la joie est au bout du guidon, nous savons que ce sont nos derniers kilomètres, alors nous les dégustons. Le déluge s’abat au sud au nord mais jamais sur nous, quand nos anges gardiens veulent, ils sont quand même incroyables ! La « pédalerie » nous porte au beau village de Monaccia, deux copains plus téméraires feront les derniers kilomètres en notre compagnie. A peine les vélos rangés et les casse-croûtes en mains à l’abri, une pluie de grêles se déverse sur l’asphalte, on confirme en cœur, le team Bout de vie a depuis la première heure la « baraka » ! Cette fois ce sont des primaires qui nous accueillent, au milieu d’eux la petite Romane, atteinte d’une maladie rare est en fauteuil, au milieu de ses camarades plus chanceux, elle écoute avec attention les récits de notre Dumé. Voilà le tour est terminé, 300km en 5 jours avec quelques milliers de mètres de dénivelé positif et négatif, des centaines d’enfants rencontrés qui, nous l’espérons, seront devenir eux aussi alchimistes en transformant les malheurs en défi. Les rêves ne tombent pas du ciel, il faut aller les chercher bien loin au fond de ses tripes, au fond de son cœur. Ce n’est pas la gloire ou l’argent qui en sont les moteurs mais cette force intarissable qu’a tout en chacun si l’on sait avancer sans jamais se retourner.

Le meilleur livre au monde est un livre fermé ! En effet le meilleur livre est composé de page blanche et c’est à nous à en écrire sa propre légende…

Si cette semaine est une sorte de croisade en vélo il aura fallu des soutiens, il est temps de les remercier. Fondation d’Entreprise Française des Jeux avec Dalila Helimi, Stéphanie Caillet et leur directeur général Charles Lantieri. Corse-Matin avec Nadia Amar et Cathy Terrazzoni, France Bleu RCFM avec le directeur des programmes Olivier Balbinot, Joëlle Orabona et Jean-Michel Fraticelli et FR3 Corse Via Stella avec Xavier Pierlovisi et Laurent Vincensini. Un grand merci à ceux qui ont eu le courage de pédaler avec nous, aux hôtels qui nous ont reçus comme des VIP (Very invalide pédalant), aux encouragements sur la route et à vous chers lecteurs, qui nous avez supporté par l’esprit.

On vous embrasse et on vous dit à pluche !

14671120_10208748827271039_7450929347153705274_n

Jean-Luc qui n'a rien lâché malgré son statut de "débutant" en vélo, chapeau l'artiste...

Jean-Luc qui n’a rien lâché malgré son statut de « débutant » en vélo, chapeau l’artiste…

 

Le bout en train de la bande...

Le bout en train de la bande…

Jérôme le charmeur de la bande, la force tranquille.

Jérôme le charmeur de la bande, la force tranquille.

Solide et solidaire

Solide et solidaire

Steve et Karin , en plein plan tactique, ne rien lâcher...

Steve et Karin , en plein plan tactique, ne rien lâcher…

En noir, notre body-guard, photographe, chauffeur... Patrick

En noir, notre body-guard, photographe, chauffeur… Patrick

Mais bien sur Jo Zef la mascotte était là...

Mais bien sur Jo Zef la mascotte était là…

L'Equipe 2016

L’Equipe 2016

Des cols et des Ecoles dans les médias

13 octobre 2016

14686644_1302133339820698_1579874365_n

Lien du JT Via Stella FR3 Corse de 20h d’hier soir à partir de la minute 18’45+-

 

 

En Alta-Rocca Des cols et des Ecoles

11 octobre 2016
Une partie de l'équipe.

Une partie de l’équipe.

Les 4éme édition de l’opération Des Cols et des Ecoles, avec le soutien de la Fondation d’Entreprise Française des Jeux, peuvent enfin être officiellement déclarés ouverte. Le départ se fait tout doux depuis Pianottoli, au fil du parcours, à la façon Forest Gump, des cyclistes nous rejoignent, le col de l’Ospédale nous barre la route, les organismes vont de suite être au courant du programme de la semaine. Jean-Luc vient de se mettre depuis peu au vélo et malgré son amputation fémorale, qui ne lui permet pas le port de la prothèse, il attaque sans relâche. La mixité du peloton est assez géniale, puisque pour certain ils découvrent la « différence », le « hors norme ». J’entends en catimini, les questions : mais pourquoi certains ont des prothèses et d’autres pas. Vive la différence qui est là pour faire grandir et non fuir. Le col est classé en 2éme catégorie, mais la volonté du groupe, elle, est sans limite. Certains s’inquiètent de la météo, de nos efforts ; mais nous les « éclopés », avons d’autres préoccupations que ces « valido-souçis ». Perdre un bout de vie en plein élan d’existence, recadre l’essentiel du quotidien, alors nous pédalons la fleur au fusil laissant derrière nous le ciel gris des « tristus ». Au bout de 4h le petit village de Levie nous accueille ; je devrais dire le collège de l’Alta Rocca. Dominique Benassi, dit Dume, prend la parole, s’ensuivront mini-film et débat. Les élèves sont attentifs, ils observent, découvrent, acquiescent, c’est vrai, ce n’est pas si grave de perdre un morceau de soi, cela peut rendre plus fort, si l’on s’en donne les moyens .Mais ne croyez pas que l’on va s’arrêter là, l’association de José Pietri Livia Via, nous accueille toujours aussi chaleureusement, un film et un magnifique échange qui nous mènera dans une auberge au coin du feu pour conclure cette journée en beauté…                                                                                                                                                              Ce matin transpire comme un air boréal, pluie fine, brouillard nous enveloppe, les muscles sont froids, les moignons ne veulent pas en rester là, il leur faut du paysage, du dénivelé, du vent. Alors nous roulons le sourire accroché au visage, la route est déserte, les cochons monopolisent l’asphalte, Aulléne avec un arrêt café et le col de la Vacchia pour rejoindre Zicavo, l’étape est merveilleusement automnale. Nous arrivons pile poil « d’ours » au moment du déjeuner pour les primaires qui nous attendent, la charmante maitresse nous permet de poser notre glacière avec eux. Depuis 3 ans nous passons les voir, ils sont presque plus impatients de voir la mascotte Jo Zef que nos bouts en moins. Dume est en forme, les enfants aussi, l’échange est magnifique, le « 4 heures » sucré ravi tout le monde. A ceux qui chouinent, à ceux qui doutent, aux dépressifs, aux grincheux, aux virtuels, aux « autres » en somme, coupez vous une jambe, et vous trouverez très certainement la vie meilleur. Demain nous glisseront vers Ajaccio pour d’autres aventures. A pluche et que Dieu vous prothèse.

14666204_10208701946179041_1122186333979243880_n

img_1471

img_1500

14642514_10208710870082133_3974838828886597540_n

14666278_10208710880162385_6991521907845535132_n

Des 25éme Ecrans de l’aventure à Des cols et des Ecoles…

9 octobre 2016
L'équipe de Frères de sport. Peut-être un jour un bêtisier!

L’équipe de Frères de sport. Peut-être un jour un bêtisier!

Le rideau est tombé sur les 25éme Ecrans de l’aventure et à notre grande joie le Prix Ushuaia TV a été attribué à Frères de sport scuba diving. L’équipe est récompensée pour ce documentaire réalisé par de grands professionnels. Merci Bixente, David et René, cela restera gravé dans nos têtes et nos coeurs pour longtemps.

Mais je n’ai pas le temps de me reposer sur ces lauriers, l’opération Des Cols et des Ecoles est en voie de préparation. Des copains amputés qui vont traverser la Corse du sud en vélo pour aller rencontrer les scolaires et leur causer de la différence, çà, c’est le programme de la semaine. Cette année l’animateur sera Dumé, mon compagnon de rame. Les étapes matinales seront lundi 10 octobre Pianottoli-Levie par le col de l’Ospédale, rencontre des collégiens avec un film sur les 15 titres de champion du monde de triathlon de Sir Benassi et le soir avec l’association de José Pietri Livia Via.

Le mardi matin 11octobre nous rejoindrons Levie pour Zicavo par le col de la Vacca avec la rencontre des primaires du village, Dume leur a préparé un sacré cocktail sur la différence…

Pour suivre cette belle semaine de partage, chaque soir je tenterai de rédiger un journal de bord avec les plus beaux clichés de la journée. Dans le groupe Facebook Bout de vie le déroulé de la journée vous sera offert… A pluche et yakapédaler !

Une partie de l'équipe, déjà en forme...

Une partie de l’équipe, déjà en forme…

Des cols et des écoles suite et fin

18 octobre 2015

12088123_10206204703949546_3051428759197129533_n

Contre vent, brouillard et froid l’équipe Bout de vie est arrivée au bout de la semaine. Il y aurait tellement de beaux moments à vous raconter qu’il me faudrait plusieurs pages, mais je vais aller à l’essentiel. Alexis le « petit » dernier c’est révélé comme un futur espoir dans le sport de haut niveau, il ne lui reste plus qu’à travailler sérieusement sans jamais faire confiance aux éloges et aux victoires. Jérôme confirme son potentiel de champion de triathlon. Monter la côte de la haute ville de Bonifacio sur une seule jambe, révèle d’une volonté trempée comme l’acier damassé. Steve a serré les fesses et malgré quelques douleurs, il n’a su qu’écouter son courage. Patrick lui aussi à teinter l’épopée de sa bravoure et de sa détermination, je sais que la motivation pour continuer va fleurir. Le grand Franck avec ses 115kg malgré quelques casses matérielles a toujours forcé le respect. Mais je vous rassure Félix, Karin, Yves, Bruno, Jean-François, Mario et bien d’autres n’en sont pas moins les rouages d’une aventure de partage. Cette année la « cible » était la Corse du sud, de la maternelle aux primaires nous avons apposé les fondations pour que la différence puisse se bâtir. Les « petits » sont natures, ils ne jugent pas, ils constatent et passent à autre chose. Les grands sont plus craintif, ils fuient le mutilé, ils détournent le regard pour ne pas voir ce bout en moins. Alors pour la troisième fois nous avons gravi les cols de la différence, de là-haut il est facile de se laisser glisser en roue libre sur les routes de la tolérance. Pour conclure ce billet je tenais à remercier, tous les enseignants qui ont osé le premier pas pour nous recevoir, un grand salut à Ange et José de l’asso Via Livia, la soirée fût agrémentée par le témoignage du doyen Paul qui malgré son grand âge et sa « patte » en moins m’a ému aux larmes. Un grand merci à tous les hôteliers, aux restaurateurs et bien évidement à la Fondation d’Entreprise Française des Jeux qui a financé l’opération. Un peu à l’avance je suis certain qu’en 2016 nous allons renouveler cette « pédalerie » différente.

Einstein à dit : La vie c’est comme le vélo, pour ne pas perdre l’équilibre il faut toujours avancer…

IMG_0054

Ecole de Zicavo

13 octobre 2015
Intrigue et différence

Intrigue et différence

Après une bonne nuit de récupération, nous voilà à pied d’œuvre, si j’ose dire, jeu de mots d’unijambiste en goguette.  Ce sera l’étape la plus costaud, Propriano-Zicavo par le col de Celaccia pour basculer sur Petreto puis la route sauvage de Moca Croce. En deux mots, de beaux murs à gravir. Le temps est incertain diraient les tristus mais quoiqu’il en soit nous sommes hyper motivés pour « bouffer » du dénivelé.  Ca monte en cadence, la joie est notre coach mental, la pluie semble vouloir se joindre au peloton mais vu, le manque d’importance que nous lui accordons, elle ose à peine effleurer nos jambes de bois ! Un morceau de l’étape est digne de l’enfer du Nord, les pavés du Paris-Roubaix n’ont rien à envier à cette départementale certainement rayée de la carte de la DDE !  Mais là aussi nous encaissons avec philosophie les trous qui secouent nos moignons. Après un peu plus de 3 heures nous passons la ligne d’arrivée du jour. Sous un châtaigné certainement centenaire nous dévorons nos taboulés en évitant de justesse une pluie de bogues prêtent à la récolte. Mais nous ne sommes pas là pour du tourisme, l’école primaire nous attend. La nouvelle institutrice Stéphanie ne nous connait pas mais les enfants eux, pour la plupart ont eu droit à deux passages d’un certain aventurier à cloche pied. Le thème est l’expédition Niviarsiaq au Groenland, alors au fil des photos le Grand Nord envahit la classe. Deux heures après et toute une longue de série de questions pertinentes, le moment tant attendu enfin arrive. Une table remplie de gâteaux est dressée en plein milieu de la cour. La mascotte devient le chef de bande et entre un brownie au chocolat et autres friandises nous disons au revoir aux enfants en leur promettant de leur amener mon prochain film. Demain yakapedaler.

Rien ne nous arrête.

Rien ne nous arrête.

Quand l'effort est partagé.

Quand l'effort est partagé.

Des cols et des Ecoles 2015

12 octobre 2015

12167393_1048316838535684_1939450275_n

Nous voilà à la troisième édition des Cols et des Ecoles, une aventure de partage et de solidarité. Cette année un nouveau venu a rejoint le groupe habituel. Alexis avait une voix toute tracée, le sport de haut niveau, un sacre de champion de France de kick boxing lui ouvrait les portes de l’élite mais la vie est une farceuse. Comme un croche patte un jour funeste lui coutait une jambe. Magie du net, vous voyez ça a du bon aussi, il « googlelise » : amputé défi et tombe nez à nez avec une asso un peu hors-norme. Dans cette famille on est tous égaux devant les murs à gravir, aux pieds des cols une seul devise avancer toujours plus haut, toujours plus fort. Donc logiquement après le stage de plongée, le voilà en selle. 4 petit mois pour comprendre les trucs et astuces du vélo et vive la vie.  Donc ce matin nous sommes plus de dix à prendre la route pour Sartène par la départementale perdue de Mola, une ode à la paix et la tranquillité.  Les sourires en disent long sur la joie de vivre du groupe. Mais l’amiral Festor avec son petit 115 kilos « pète » son dérailleur, ni une deux Steve mécano pompier aidé des copains trouve une solution, l’indispensable fil de fer à encore sauvé la situation. Au pont de Curgia la bénédiction est prononcé rendez-vous ;  tout là en haut du col ! Messieurs, un pour tous ; tous pour un. Ne me demandez pas qui est Aramis, Portos ou d’Artagnan ! Le cadet Alexis prend les rennes, le vieux Cabochard ne peut pas se laisser faire, alors il prend sa roue mais les 9km d’ascension libéreront les watts du jeune amputé et entre vous il me mettra 6’ dans les dents qu’il me reste ! Y a plus de respect pour les vieux ma bonne dame aurait pu dire une oie en goguette sur la route. En sueur et un peu essoufflé je le prends dans mes bras, la relève est assurée, il y en a qui ont du souci à se faire, le « Alexis » est de retour. La descente est dangereuse alors j’ouvre la route pour que personne n’aille au tapis ce serait dommage non ! Nous voilà enfin à Sartène, devant l’école. La directrice, Nathalie Tramoni et ses adjointes nous accueillent avec un grand sourire et une table remplie de bonne chose pour nous requinquer. Les « grands » de maternelle, deux par deux pénètrent la salle de projection et oh surprise ils découvrent que les sportifs devant eux ont de drôles de jambes. Un petit diaporama leur est proposé sur la dernière aventure au Groenland et comme un coup de baguette magique les langues se délient, les tabous tombent les uns après les autres, au bout d’une heure trente les gamins nous accompagnent, il ne nous reste plus que dix petits kilomètres pour enfin retrouver le « bivouac » du soir. Jérôme et Alexis vont pousser leur journée d’effort dans la piscine pour quelques longueurs. Steve, Patrick et Franck trouve le bon magasin qui répare le vélo. Demain il fera jour et une belle série de montée nous attends mais un pas après l’autre. Vive la vie nous sommes entiers même avec un bout en moins… A pluche

Le cadet de la bande, un futur champion, parole de Cabochard!

Le cadet de la bande, un futur champion, parole de Cabochard!

Élan de débrouillardise autour du vélo cassé du grand Franck.

Élan de débrouillardise autour du vélo cassé du grand Franck.

Et voilà qu'un "handi" aide un valide; on aura tout vu!

Et voilà qu'un "handi" aide un valide; on aura tout vu!

En mode mobylette!!!

En mode mobylette!!!

Toujours là pour nous supporter.

Toujours là pour nous supporter.

Soutien à Jêrome Tant

23 janvier 2015
Fait de ta vie un rêve et de tes rêves une réalité.

Fait de ta vie un rêve et de tes rêves une réalité.

La vie par moments nous conte de belles histoires, pourtant celle-ci démarre de manière sanglante.                                                                                                                                                                            Aout 1999, Jérôme est victime d’un accident de deux roues, en 2004 il est amputé fémoral. Mais le temps a fait son travail, bien sur on n’oublie pas mais on s’habitue disait Brel. Le jeune Sarthois a effectué les stages de plongée sous-marine et de ski Bout de vie, il a rencontré aussi Dominique Benassi, dit Dume. Un beau jour, il se lance dans le triathlon, jusque là, c’est une histoire comme une autre, enfin presque !  Entre-temps Bout de vie organise la semaine des Cols et des Ecoles, le but traverser la Corse en vélo le matin et rencontrer les scolaires l’après-midi. A l’insu de son plein gré, comme dirait un certain cycliste, je l’engage de force dans cette escapade. Plusieurs coups de téléphone me confirment sa crainte de gravir les cols insulaires sur une seule jambe. Sournoisement je lui confirme qu’il n’aura pas besoin de cet effort puisque le fourgon conduit par notre Patrick canal historique sera là pour le charger du trop-plein d’effort. Mais je savais qu’il ne savait pas, chaque col fut gravi haut la main et sur une jambe il a réussi plusieurs fois cette épreuve. Mais alors pourquoi se contenter de cette première palme. En 2014, Dominique Benassi 15 fois champion du monde de triathlon sur une seule jambe, lui lançait le défi de participer à un triathlon longue distance en Corse. Une épreuve de taille vu la topographie de l’île ! Il devait terminer 97ème en 6h11.  Son courage et sa ténacité ne sont plus à prouver mais là où le bas blesse c’est au sujet de son matériel. Son vélo est une antiquité et ses projets d’Iron Man lui présagent une machine de haute performance à la hauteur de ses espoirs. Depuis hier il a lancé l’opération Kiss kiss Bank bank pour récolter la somme nécessaire à cet investissement, si vous ne connaissez pas ce système Anglo-Saxon, cliquez sur le lien et soutenez le projet de ce Héro des temps modernes apportant votre obole à ce rêve.

Conclusion des Cols et des Ecoles 2014

12 octobre 2014

Avec les enfants de Zicavo

Avec les enfants de Zicavo

La deuxième édition des Cols et des Ecoles vient de se conclure mais chacun de nous avons vécu une semaine formidable. Cette fois j’avais choisi plus de simplicité en passant par l’intérieur de la Corse en évitant les grandes villes. Un choix qui nous a permis de vivre des échanges forts et sincères. Bien sûr la performance de toute l’équipe Bout de vie est à noter, mais comment ne pas souligner ces rencontres qui nous ont émus au plus profond de nos âmes. En fin de journée j’allais à l’essentiel dans le journal quotidien mais ce soir à bord du Cabochard, les souvenirs reviennent. L’accueil VIP (vrai invalide pédalant) à l’université de Corte fût l’entrée de ce menu de convivialité. Après l’intervention, suivant les conseils du directeur Mr Romani, un restaurant nous permettait de poser prothèse. Le restaurateur n’arrêtait pas de nous encenser sur nos performances. J’ai failli m’étouffer quand il m’a dit : Le plongeur de Bonifacio, vous le connaissez ? Parce que lui c’est vraiment un fou furieux avec sa patte en moins ! Oui je le connais un peu, une grande gueule au cœur tendre et un peu écorché vif ! L’arrivée dans l’école de Zicavo fût toute aussi émouvante. La charmante instructrice plusieurs mois auparavant au téléphone m’avait touché, elle croyait à un canular car personne ne prend le temps de passer là haut si loin des villes. Les enfants nous ont bouleversés par leur accueil, tous autant les uns que les autres, ils ont été réceptifs à ce thème universel qu’est la « différence ». A Levie l’organisateur avait peur d’un public absent, la salle était comble, mais comment ne pas penser aux désarrois de tous quand François-Joseph ne pût accéder à la salle car son fauteuil électrique ne pouvait être porté sur autant de marche. Une excuse pour que la prochaine fois un système soit prévu. J’en ai profité pour rappeler au public que l’accessibilité ; c’est chacun de nous qui devont la prévoir. En rentrant chez eux je leur ai proposé de contrôler si un fauteuil pourrait y accéder. Le film bien sûr est un bon support, mais quand j’ai invité les copains à me rejoindre, les témoignages de tous sont allés droit au cœur des gens présents. La jeune helvète Amandine a osé nous rejoindre pour parler de son « défi » quand elle a gravi le petit Combin malgré un cancer qui lui a rongé les jambes. La salle fût aussi très émue par Paul, ce vieux monsieur fauché par une voiture qui vient d’être amputé. Comme l’a remarqué l’amiral Festor, au début de la soirée il posait des questions assis sur sa chaise, il finit la soirée debout les yeux mouillées d’émotions qu’il ma transmis en m’embrassant sur le front. Lui, son défi sera de retourner dans son jardin, pour s’occuper de ses fleurs. A Figari une petite fille pose une sacrée question à Jérôme : Comment acceptez vous le regard des autres. Malgré son très jeune âge, la vie lui a déjà donné une leçon, un vilain cancer avait déjà sonné à sa porte. J’en aurai encore des choses à dire, à écrire mais les mots ne rendront jamais le partage de cette belle semaine. Les copains sont tous rentré chez eux, les yeux plein d’étoiles. Nous sommes des petites chandelles qui par moment arrivent à éclairer ceux qui sont encore dans l’obscurité. Sur Face Book beaucoup de commentaires sont arrivés mais Bout de vie a eu un sacré cadeau. Tous les matins sur les ondes de France Bleu Frequenza Mora entre 8 et 9heures le public est libre de s’exprimer sur des sujets des plus variés. Après notre passage au travers de l’île les gens ont témoigné au forum de leurs émotions. Là je crois que j’ai tout dit, le message est passé. Merci à tous ceux qui de près ou de loin ont permis cette opération, j’en suis certain octobre 2015 on repart pour une belle « pédalerie » de partage.

Et si notre différence était notre force ?

Levie-Figari

10 octobre 2014
Un moment de partage fabuleux.

Un moment de partage fabuleux.

Le dernier col de la semaine.

Le dernier col de la semaine.

Ce matin nous sommes rejoints par les copains de Bout de vie, le peloton s’étoffe de vrais amis qui avant tout aiment le partage. Le col de Baccinu sera notre dernier « mur » à grimper, la bonne humeur est le moteur de cette ascension difficile. Pas la moindre plainte bien au contraire, plus le dénivelé semble fort plus la bande « d’éclopés » est ravie. La descente en roue libre nous mène à Figari, la journée est loin d’être finie, nous allons rencontrer les primaires de la région. A midi pas de casse-croute en bord de route mais un petit restau très sympa. Le « Fuconu » à son habitude nous soigne, et avec cœur son patron Julien offre le repas à l’équipe. Nous sommes tous très touchés par ce geste. De nouveau sur nos montures nous rejoignons l’école où les « Schtroumpfs » sont excités comme des puces par notre venue. Une belle haie d’honneur nous est offerte sous une pluie d’applaudissements, ne le dites pas aux cyclistes pro du Tour de France, ils risqueraient de vouloir se faire couper une jambe pour venir avec nous ! Quatre classes vont recevoir à tour de rôle nos athlètes, les questions fusent ainsi que les rires, mais la mascotte est impatiente, des gâteaux sont en attentes pour être engloutis. A 16h nous reprenons la route pour une petite dizaine de kilomètres pour rejoindre le « camp » du soir, malgré les 250 km dans les jambes nous attaquons comme des malades. L’hôtel de Pianottoli Macchia e fiore nous a concocté un diner royal et là encore l’aubergiste offre les chambres et le souper.

Il faut conclure mais j’aurai tellement de choses à écrire, tellement d’énergie à vous transmettre. Un ami m’annonce que sur les ondes de France Bleu RCFM, pendant le forum du matin où le public a une heure pour s’exprimer sur des thèmes divers et variés, des personnes ont racontées avec beaucoup d’émotions comment elles avaient vécu notre rencontre sur cette semaine « Des cols et des écoles ». Un grand merci à tous les sourires rencontrés, à tous les acteurs de cette opération et à la Fondation Française des Jeux qui une fois de plus a financé l’opération. Hier soir devant le défilé de plat alléchant nous avons déjà causé d’une « pédalerie » de partage courant octobre 2015.

A Pluche !