Temps de vivre…

3 novembre 2019 par Frank Laisser une réponse »

Tour de Caldarello cliché de ce matin retravaillé.

Certains ont la montre, toi tu as le temps…

C’est ce que j’ai reçu ce matin par texto, en remerciement de l’écriture de mon dernier livre : Carnet de voyage d’un homme libre.

Jour des défunts, jours des morts et il parait, journée de la gentillesse ! Dehors c’est enfin l’automne, orage violent, pluie, tonnerre, la vie au ralenti peut reprendre ses esprits. Le temps va enfin s’écouler sans bruit, sans paraître, sans accélération.  J’ai rougi en recevant ce message, mais tout compte fait, cela est bien vrai. J’ai appris du temps, pour prendre mon temps.

 La liberté n’a pas d’agenda, la mort se moquera de nos rendez-vous essentiels. La souffrance et les drames viennent toujours à l’improviste, riches, pauvres, grands, petits, célèbres, inconnus, ils se moquent de nos émotions, alors prenons le temps.

Cloué sur mon lit d’hôpital, ma seule survie était le souvenir, mon présent était souffrance et mon avenir définitivement foutu. Le temps s’installait, il me paraissait interminable, chaque seconde semblait une heure, une journée un siècle… On aurait dit que je l’avais pressenti, avant mon amputation je n’avais jamais le temps de m’arrêter, une vraie machine infatigable, le lit était un objet bizarre qui me permettait de m’étendre que quelques heures, mais vraiment pas plus. Jamais je n’aurais imaginé rester allongé des semaines, des mois, à regarder passer le temps. Sylvain Tesson dit : le silence c’est le bruit du temps qui passe.

Il n’y a pas de mauvais ou de beau temps, il n’y a pas de bon temps aussi. Le temps est l’instant présent.

Prendre le temps c’est oser. Prendre le temps c’est une philosophie de vie, un arrêt sur image. On entend en boucle je n’ai pas le temps, alors qu’il est là, impondérable, immuable, nous ne sommes que son passager, le temps d’une courte vie.  Les pensées, les lieux, les personnes, les métiers parasites, le rangent aux oubliettes. On griffonne sur un post-it, une ardoise, sur un écran, ce que l’on doit faire sans prendre le temps. Le lapin d’Alice au pays des merveilles court après le temps. Le conte de Lewis Carrol ne dit pas si un jour son personnage a réussi à stopper le temps. Dans chacune de mes expéditions la météo m’a cloué dans ma tente, mon abri. Je pouvais prendre le temps. L’extérieur ne pouvait plus me polluer, m’interpeler, me transmettre l’info qui ne sert à rien. Un sac de couchage, un peu de nourriture et le temps prenait son sens. Je me souviens de cette traversée polaire, nous n’avions plus de nourriture, nous étions amaigris et l’hélico qui devait nous récupérer sur la calotte était cloué au sol pour cause de mauvais temps. Avec mon binôme, nous explosions de joie, nous avions du temps pour nous. Le temps d’écouter le silence de la glace, du vent dans les haubans de la tente. Le grand marin, Bernard Moitessier fait partie de ses peu d’hommes qui m’ont fait rêver. Dans ses écrits, le temps est assis à ses côtés tout au long de sa longue route. Dans sa course en solitaire à la voile autour du monde, il avait renoncé à son sacrement de vainqueur et poursuivit contre toute attente, son périple autour du globe. Il avait planté en moi sans le savoir cette graine de liberté. Car oui, prendre le temps c’est être libre. Libre de penser, libre de devenir.

 Etre plutôt que paraître.

11 commentaires

  1. maeva dit :

    Tu as le temps car tu es sage, et tu sais partager. Merci

  2. Lara dit :

    Magnifique comme à chaque fois…

  3. Sonia dit :

    A quand dans les amphithéâtres universitaires. Bravo

  4. Michel dit :

    Je t’ai connu ado. Tu as su t’en sortir seul et je connais bien ton histoire. Quel force de caractére, quel humilité. Tout plaquer pour repartir de zéro. Il y en a qui ne doivent pas en croire leur oreille. Bravo et ne lâche rien.

  5. Philoméne dit :

    Quelle sagesse. Merci beaucoup.

  6. Hélène dit :

    Tu es un grand sage, tes mots apaisent et font réfléchir. Tu nous livre le combat de ta vie et ça c’est géant. Bravo cher Monsieur. Tes proches doivent être fiers de t’avoir. Bisous.

  7. Dany dit :

    Merci

  8. Stéphanie dit :

    Je ne pourrais jamais oublier le stage de plongée que tu m’as offert. Il y a eu un avant et un aprés. Merci cabochard

  9. Magnifique…. tes mots me touchent

  10. Marie dit :

    « Être plutôt que paraître » … une phrase qui devrait faire réfléchir beaucoup de gens qui nous entourent … c’est très utopique mais beaucoup devraient te lire au quotidien pour comprendre ce qu’est la vraie vie …. celle qui fait vibrer … les arbres … les feuilles … les rochers … le vent … la pluie… le soleil … l’eau qui « chante » … enfin cette nature qui permet de se sentir vivant sans jugement … qui permet d’être soi-même pour toujours avancer la tête haute …
    Merci Frank pour ce magnifique billet qui une fois de plus vient nous prendre de l’intérieur …
    Bisous et bel automne dans ton île apaisante

  11. Marie dit :

    Coucou Frank … bon je n’arrive pas à créer mon compte «fesse de bouc » toute seule … tout d’abord merci pour ton poisson d’avril je rigolais toute seule certains (les confinis) ont du se dire ouahhh nous on a pas le droit de partir en vacances faire du jet ski sur la Côte d’Azur !!! Et lui il a carrément toute une plage rien que pour lui … et il fait même de la plongée
    Enfin depuis ce confinement je me rend compte que certains êtres humains resteront aseptisés toute leur vie !!!!!!
    En tout cas bravo M. et Mme les maçons, j’ai l’impression d’être au Portugal … avant que vous crépissiez j’ai adoré les cailloux… merci, merci, merci et prenez soin de vous 3
    Le hasard n’existe pas… nous sommes « en guerre « comme dit Macaron … c’est horrible ce qui arrive … mais ne serait-ce pas un signe de notre si belle planète qui étouffe ? de «dame nature » comme tu dis si souvent ? Enfin restons chez nous … ici dans l’est c’est la cata
    Bon moi comme je ne fais pas partie des cadres, je ne fais pas de télétravail donc chômage partiel … mais c’est pas grave dans mon immeuble je fais le ménage … punaise la vraie concierge portugaise … quand on cuisine avec mon chéri ( lui travaille car dans sa toute petite entreprise qui fabrique des transfos pour EDF, enfin comme il dit lui n’est pas au front sans armes !!! Il est chimiste, analyse ses huiles dans un labo tout seul et a un grand bureau à lui tout seul) … on emmène une part à ma voisine veuve seule du 4ème…qui m’a déjà fait deux malaises vagaux … vive les crises d’angoisse, deux parts à mes retraités dépressifs du Nord au 3ème … ah oui sur 20 logements il y’a au moins 90% de vieux … euh d’anciens … qui vont deux fois par semaine en courses !!! Vive la ville… punaise je serais si bien avec un troupeau de chèvres à Pianottoli-Caldarello…

Laisser un commentaire