Le clip de l’ascension du Mont Blanc par les 3 Monts…

13 septembre 2019

Du Groenland au Mont Blanc il n’y a qu’un pas!

3 septembre 2019

 

Un pas entre le Groenland et le Mont-Blanc…

2h du matin, le ciel est dégagé, les orages ont heureusement cessé, sous la voûte céleste des fourmis se préparent à s’approcher un peu plus des étoiles. Fred mon guide fait parti du fameux groupe PGHM de Chamonix, sa grande expérience me rassure sur mon choix, une fois de plus dingue, de gravir le Mont-Blanc. Il y a quelques jours j’étais encore au Groenland avec une prothèse qui me blessait, là, je suis au pied d’un géant de glace qui se moque bien de ma différence et des mes petites tracasseries. La priorité de cette longue journée sera la légèreté du sac à porter generique, il devra être minime mais complet. Nos baudriers ne seront ôtés que ce soir, la longe sera plus au moins courte suivant la dangerosité du terrain. Mon binôme ouvre la route, le glacier des Cosmiques me rappelle le pays de Nanoq, mais ici, il y a l’altitude en plus. Une équipe de 4 personnes nous accompagne, le silence nous envahit, chacun est dans sa bulle, dans son histoire. Le chef de cordée de l’autre groupe vient à ma hauteur, ma préparation l’a interpellé, ma différence aussi. En quelques pas il me raconte l’histoire de sa sœur paraplégique depuis l’âge de 15 ans, ses silences m’en disent plus que de longs discours.

Le terrain prend du dénivelé, le premier danger va nous tester. Sous un sérac nous devons nous faufiler, des géants de glace prêts à tomber nous jugent, nous observent, nous analysent, ouf, ils nous ont laissés passer sans le moindre accroc. Puis c’est ma première difficulté, il faut franchir un mur de glace de 4mts de haut. Crampons aux pieds et un seul piolet, il me faut beaucoup de concentration et de force pour passer. Fred me met au pied du mur de glace : Là-haut ce sera beaucoup plus long et difficile. Mon sang se glace, c’est normal me diriez-vous, il est 3h du matin et nous sommes à 4000mts d’altitude ! Pour avancer il me faut trouver mon rythme sans aucune pensée parasite, mes gestes doivent être eux aussi au plus simple tout en étant efficaces. Devant moi un homme que je considère comme un géant de l’alpinisme, je me sens « gauche », médiocre, perdu, nul à vomir ! Nous doublons une cordée de deux gars qui semblent en difficulté, cela me booste un peu, je me sens moins nul, puis une deuxième, tous feront demi-tour. Je réalise que maintenant nous sommes seuls devant. La nuit est juste magique, le froid n’est pas si terrible que ça, bien que la température soit négative, je pense que mes escapades polaires m’ont aguerri. Nous y voilà ! La paroi nous stoppe, il faut trouver la bonne voie. Je sens Fred très concentré, il doit réaliser que son binôme doit avoir le signe astrologique lorrain de « quiche » ! Il m’explique ma tache, les broches à glace à récupérer, la manière de planter le piolet et de me hisser avec mes deux mains, de cramponner violemment la paroi pour être en appui… L’ascension se corse, aurait dit Pascal Paoli !  Fred part en tête, la cordée de 4 arrive, nous nous cachons dans une crevasse, des pluies de glaces semblent vouloir nous lapider d’être là. Ça y est, il est arrivé au premier relais, c’est à moi. Le froid, en attendant la fixation de la ligne, a commencé un travail de sape, mes mains qui ont déjà gelé au Groenland me rappellent à leur bon souvenir. Je m’élance, j’ai la boule au ventre, je sais que je dois tout donner et encore plus pour passer. Mes chaussures n’ont pas de semelles rigides, le choix d’avoir du léger pour ne pas blesser mon moignon a sacrifié du confort pour grimper, je redoute de perdre le crampon côté prothèse. Au premier mètre, une pluie de glace me secoue, mon casque évite le pire mais un impact sur le visage me fait craindre la grosse blessure. Le sang coule jusque dans ma bouche, mais je suis lucide, cela doit être une simple égratignure. Je progresse, je m’accroche, je me sens si nul, je râle à n’en plus finir. Soudain la prise de mon piolet cède, je glisse, je suis dans le vide maintenu que par un bout de ficelle à plus de 4000mts d’altitude. Fred me sécurise, mais je sais que je dois vite réagir, reprendre mes esprits et surtout quitter cette paroi infernale. Soudain je découvre pourquoi j’ai décroché ! Mon crampon droit n’est plus en place sur mon pied en carbone. Oh bordel, je ne vais quand même pas rajouter mon nom à liste des disparus en montagne. Sur une patte et avec un seul piolet j’atteins un piton rocheux pour me refaire une santé, mes mains sont gelées, je sais que ça va aller mais dès que le sang va revenir je vais morfler. Comme par miracle Medhi, le chef de cordée du quatuor que nous avons doublé, arrive sous moi. Instinct de survie, solidarité, il me propose de me caler pour me refixer le crampon… Esprit de montagne où les hommes s’unissent pour moins mourir. Fred est arrivé enfin au col du mont Maudit, il me reste 40mts de paroi à gravir, en dessous les lumières des lampes frontales de mes 4 coéquipiers semblent minuscules. Dans un effort surhumain, j’arrive au col, le petit jour pointe le bout de son nez, mon binôme me félicite, de mon côté j’en ai envie de vomir tellement j’ai forcé. Nous faisons un break, la cordée de 4 arrive, tout le monde est éprouvé mais fier d’être passé. Le sang revient dans mes doigts, j’ai l’impression qu’ils vont exploser, mais je me souviens de mes expériences hospitalières passées, je vais minimiser ce moment. Nous reprenons la route par une longue traversée au travers d’un glacier très pentu, bien sûr nous sommes toujours encordés, bien sûr la vigilance reste toujours accrue. Le soleil vient enfin au rendez-vous, il nous inonde, nous rassure, nous réchauffe, la journée ne fait que commencer alors que cela fait déjà 5h que nous grimpons. Puis là, devant nous, le tronçon pour atteindre le dôme du Mont-Blanc. Le piolet est rangé, les bâtons vont être mes jambes supplémentaires. Il y a 30 cm de poudreuse et par ce côté-là, très peu fréquenté, le passage n’est pas damé. Un pas devient vite à cette altitude, un vrai exploit. Il va falloir gravir encore 410mts de dénivelé, je ne pense qu’à l’instant présent. Fred ouvre la route, je le vois aussi souvent trébucher dans la poudreuse, de mon côté c’est une fois sur deux. Mon souffle est saccadé, mais ce qui me rassure c’est que mon moignon ne me fait absolument pas souffrir. La cordée de Medhi et Thom sont devant, eux aussi avance doucement mais ils prennent un peu d’avance, je me sens diminué, mon esprit de compétiteur me mine mais je dois rester dans cet instant présent si important. Comme j’aime le dire aux sportifs de haut niveau que je croise régulièrement ou militaires de haut vol, il faut mettre le cerveau sur le côté et avancer sans gémir et trembler… 9h05, je pose enfin la prothèse au sommet du Mont Blanc, la brume nous envahit en même temps que je reprends mon souffle. Mutuellement nous nous félicitons, chacun est fier de son Bout de vie. En même moment que nous déployions la bannière « CimAlp Bout de vie » Mehdi et Thom avec leur binôme, s’afférent sur leurs parapentes ultra-lights pour s’envoler vers la vallée. Je savoure ce moment de grâce, de libération. Fred me filme, l’émotion m’emporte, les blessures du passées semblent couler par mes yeux pour s’envoler vers les cieux où reposes mes années noires. J’appelle ma chérie, c’est pour la deuxième couche…

Comme par miracle la brume s’évapore, le monde des fourmis du bas nous apparaît, cet instant est magique, sublime. Nos copains de cordées s’envolent comme des farfadets des neiges, avec leurs voiles ils seront en bas dans ½ heure. Quant à nous, il faut reprendre la route par la voie du Goûter. L’arête se dévoile devant nous, cette partie du Mont Blanc est très fréquentée, à chaque croisement, après le salut d’usage multi-langue, il faut être prudent pour ne pas être happé par le vide. Chaque pas nous délivre du manque d’oxygène, mais aussi de ce moment de privilège. Nous atteignons la cabane du Vallot, sans trop s’arrêter d’ailleurs. Le pain noir et la viande séchée sont les bienvenus cela fait déjà 10h que nous marchons. Les couches, aussi diminues. Finalement nous passons au dessus du refuge du Goûter qui ressemble plus à un vaisseau spatial, qu’à un refuge de montagne. Paradoxe de la solitude des cimes, il faut s’y prendre 6 mois à l’avance pour avoir le droit de s’y reposer quelques heures ! Au bout de l’arête nous atteignons une plateforme pour enfin enlever nos crampons, mais un autre piège nous ouvre ses bras, le pierrier du Goûter, soit environ 600mts de dénivelé dans un amas minéral qui refroidirait n’importe qui, parole de tête brûlée boiteuse. Les crampons sont pliés, rangés, ma prothèse semble s’envoler, bien qu’elle ne me fasse pas mal du tout. Par une échelle de 5 barreaux je pars en premier, le vide et les chutes de pierres se disputent la place du méchant de service. Un câble en acier inoxydable sécurise le parcours, bien que nous soyons toujours encordés. Au fil des minutes, je m’adapte aux pierriers, nous doublons même des personnes, cela me rassure sur ma sensation d’être en mode enclume ! Sur notre tribord, oups, droite, il y a une sorte de vallon de cailloux, par moment sans crier gare, des blocs se détachent et s’envolent vers l’aval, dans un bruit funeste et lugubre. Au bout de 2h de descente sans encombre, il nous faut traverser ce « maudit » vallon. Dans son job de sauveteur en haute montagne Fred à beaucoup ramasser de morts ici. Ce coupe-gorge doit être traversé à vive allure. Par sécurité, je ressors les bâtons, prend un grand souffle et m’élance à fond sur ce piège à rats. Ces 40mts de traversée, je les ai survolé sans penser à quoi que ce soit, juste : objectif passer au plus vite et sans boiter !

Nous y voilà, les dangers sont presque derrières, mais tant que nous ne serons pas dans la vallée, il me faut être vigilant et concentré. Au pied d’un glacier, j’ai envie de vérifier mon moignon, qui pour l’instant a bien résisté. Comme j’aime le faire en région polaire, je vais me servir de l’eau de fonte pour me laver un peu. Waouh quel bonheur, cela vaut toutes les salles de bains du monde. Frais comme un jeune chamois, je peux reprendre la route. Encore un immense dénivelé nous attend, je crois que c’est le refrain de toutes les hautes routes. Bien que mon moignon ne soit absolument pas blessé, des douleurs fantômes me donnent du fil à retordre. Mais je ne suis pas là pour me plaindre, pour gémir, alors mes bâtons me soulagent pour essayer de ne pas louper le dernier train pour la vallée. Une ribambelle de chamois squatte le sentier sans s’inquiéter pour autant, la montagne, ici est minérale, hostile, tueuse. Je n’ose même pas l’imaginer sous l’orage. Finalement la gare du petit train se dévoile, cela fait 14h40 que nous crapahutons dans le massif du Mont Blanc.

Une page est tournée, une belle aventure notée sur le calepin de ma vie d’aventurier à cloche pied.

Merci à l’équipe CimAlp d’avoir monté le projet. Merci Florian qui a pensé l’histoire, merci Marie la coordinatrice, merci Lionel le big Boss et merci à Fred Souchon d’avoir eu la patience et la maîtrise de m’avoir guidé dans cette magnifique aventure.

Vous êtes des milliers à suivre les aventures d’un cabochard boiteux et têtu, je vous en remercie du fond du cœur, vous êtes ma force. Un remerciement aussi à ma belle Niviarsiaq qui m’a beaucoup épaulé, soutenu, écouté, soigné…

Vive la vie…

A pluche comme dirait ma mascotte Jo Zef !

 

 

Mont Blanc jour J

29 août 2019

Le sablier du temps qui passe ne cessera donc jamais ? Il y a une semaine je quittais ma terre d’adoption le Groenland, 7 jours après je me retrouve à quelques heures de l’ascension du Mont-Blanc.                                                                                                                                                                                       Entre temps j’ai changé de prothèse, je peux vous dire que je revis. Entre temps j’ai retrouvé mon amoureuse, trop brièvement à notre gout. Entre temps je me suis mis en mode « alpiniste » qui a le pas boiteux !

 Quelques semaines, juste avant mon départ pour le Grand Nord,mon équipementier CimAlp me proposait l’ascension du Mont Blanc en même temps que la course mythique UTMB couru par leurs athlètes Laure et Florian. Comment refuser, comment ne pas être tenté par cette aventure. Bien-sur je sais que c’est une autoroute, 25000 personnes le grimpent par an, cela m’en donne le tournis.

 Alors j’ai tenté d’oublier le silence du Groenland pour faire face à nos pauvres montagnes câblées, balafrées. La météo pas trop favorable, m’a offert quelques jours de rab pour récupérer et m’acclimater. Ce qui m’a permis de partir sur des chemins escarpés, pour savoir si mes plaies étaient bien refermées, si ma prothèse plan B pouvait supporter une telle ascension. La réponse est quasiment positive, ce sera du 90%, alors pourquoi se plaindre. Mais entre vous et moi j’ai dû surmonter bien plus qu’une pauvre boiterie.

 En pratiquant une rando qui m’a fait prendre de l’altitude, j’ai emprunté un sentier balisé. Haut dessus de ma tête un vieux glacier paraissait mourir, je lui causais de la calotte du Groenland. Il m’a confié qu’il y a très très longtemps il en faisait partie lui aussi. Puis au-delà des 2500mts, les arbres se sont raréfiés, la toundra alpine m’a coupé la route. Sous mon pas de carbone je retrouvais avec joie des tapis de myrtilles, des champs de linaigrettes cotonneuses, des Niviarsiaq alpines, des camarines. Les marmottes avaient remplacées les phoques annelés mais hélas mille fois hélas le silence n’existait plus. Impossible de ne pas entendre une remontée mécanique, impossible de ne pas sursauter aux bruits des randonneurs qui ne savent pas se taire. Une immense tristesse m’envahissait, des larmes mes montaient aux yeux. Mes frères ne se rendaient plus compte du mal qu’ils semaient et à quel point ils s’étaient déconnectés de la Nature. Cependant je me reprenais, ma mâchoire se serrait, et mon pas m’emportait à mon objectif. Une colonie bruyante me suivait de prés, un caillou perchoir me tendait son promontoire pour une excuse café mais surtout pour les laisser passer… Au bout de 10’ je reprenais ma route, la langue du glacier devenait imposante, pourtant il me semblait l’entendre gémir. Le dénivelé s’intensifiait, la moraine imposait une marche plus précise, certains passages étaient sécurisés par des mains courantes toutes rouillées, témoignage du flux d’alpinistes fréquentant les lieux. Puis un homme au pas lent qui descendait, croisait mon chemin, son allure m’intriguait. Quel âge pouvait-il avoir ? Je lui laissais le passage, quant à ma hauteur, je lui offrais le bonjour d’usage en montagne. Son visage buriné par la vie alpine laissait deviner de longues courses engagées depuis bien longtemps. J’osais lui demander son âge. 4 fois vingt ans plus quatre ! Nous papotions tranquillement, quand je remarquais que ses chaussures montantes n’étaient pas bien lacées. Un peu gêné il me confiait qu’il n’était plus assez souple pour pouvoir le faire seul. Avec son autorisation, je posais genou à terre pour les lui refaire. Un grand sourire me remerciait, puis il me dit que j’étais vraiment différent. A mon tour je lui souriais en lui affirmant la chose et levais mon pantalon pour lui dévoiler ma différence. Ensemble nous nous mettions à rire en silence. Une belle poignée de main chaleureuse nous faisait reprendre nos chemins respectifs…

Cette rencontre m’a réconcilié avec les êtres humains, cette rencontre m’a redonné un peu de baume au cœur et du coup je voyais un peu moins les balafres que les alpes recevaient des hommes.

L’équipe CimAlp est aux petits soins pour moi, dans quelques heures je vais partir sur le toit de l’Europe, ce sera une ascension nocturne. Des mots s’envolent, des souvenirs vont se graver, des pas vont s’emboiter.

 Partir vers les étoiles avant que le jour se lève, partir sous les étoiles avant que mon dernier jour n’arrive, partir avec les étoiles en emportant le sourire de l’être aimé, partir vers les étoiles en demandant aux esprits de la montagne d’être indulgent avec le fou boiteux mais libre comme le vent…

Vive la vie.

Takuss

Frederic Parise, athlète au Grand Coeur…

11 juin 2018

 

Comment ne pas avoir envie de vous raconter une belle histoire, qui pourtant n’a pas démarré dans la dentelle… Un jour mon téléphone me laisse apparaitre un numéro inconnu, par habitude et correction je décroche mais de manière polaire et distante. L’homme au bout du fil se lance un défi et voudrait le faire pour mon association Bout de vie. Dans mon for intérieur, ma petite voix dit : « Un de plus » !

Avec politesse mais sans apporter le moindre intérêt à cette démarche, je raccroche. En 15 ans de vie associative, beaucoup de parasites ont essayé de se servir de ma « croisade » à des fins personnelles… Mais là, en face j’ai un gagneur, un gars qui ne lâche pas. Il insiste, je me montre froid, il essaie par tous les moyens de me convaincre, je ferme à double tour les possibilités. Alors il réalise que seules des preuves me donneront confiance, que ma méfiance est légitime et il comprend bien qu’il ne devra jamais prononcer le patronyme du parrain de l’association, Bixente. Trop, à mon goût, essaient de m’amadouer rien que pour espérer un éclat de « star » ! Mais Fred, c’est son nom, invente, cherche et trouve le moyen de réunir des fonds pour ma « croisade ». Son objectif, le marathon des Sables, tout en récoltant un financement pour offrir un peu de rêves à des personnes amputées. Il booste son entourage, parcourt sa région pour motiver les entreprises et devant son engagement je décide de le rejoindre à Besançon pour lui témoigner ma gratitude. Nous nous retrouvons au cours d’une belle soirée dans le restaurant d’une maman dont la fille amputée est venue deux fois participer aux stages de plongée Bout de Vie.

Le regard franc, le sourire juste, Fred fait partie de ces gars au cœur d’or qui se font de plus en plus rares. Par la suite il est parti au Maroc courir dans le désert en portant les couleurs Bout de Vie avec fierté et respect. Le Marathon des Sables est une course de gladiateurs qui demande une volonté d’acier, il finira très bien classé. Grâce à lui, grâce son dévouement, grâce à ses amis, le stage de plongée a été financé.

 Mais voilà, une fois qu’on goûte à l’aventure, celle qui permet de découvrir de nouvelles limites, on ne peut plus s’en passer !

 Dans quelques jours, à partir du 18 juin, il va tenter de gravir le toit de l’Europe pour planter la bannière Bout de vie. Là encore il ne lâche rien, il invente le concept du mètre à acheter; pour 2 euros vous offrez un mètre à son ascension qui sera reversée à Bout de Vie. Le Mont Blanc culmine à 4810m !

Merci Fred, tu fais partie de la force et de l’énergie Bout de Vie…

 Je compte sur vous pour lui laisser un message de soutien, une pensée, une bougie, une belle onde positive… Sa page Facebook pour le soutenir: ascension du Mont Blanc