En mode exploration

23 août 2017
 
La carte indique des lacs à portée de prothèse, l’envie d’exploration nous reprend de plus belle. Les dernières pluies ont rendu la toundra spongieuse, il nous semble marcher sur des literies de matelas épais. Les moustiques sont de retour mais en quantité négligeable, certainement leur dernier quart avant une mort certaine, le froid est sur le pas de leur porte. Un torrent nous sert de guide pour nous mener au premier lac, une impressionnante cascade l’alimente, de l’autre côté bien à l’est, d’autres lacs le rejoignent. Pas une route, pas un sentier, pas une cabane, l’homme une fois de plus ici, n’est que de passage. Mais nous ne voulons pas en rester là, d’autres montagnes nous donnent envie de voir ce qu’il y a derrière. Des lacs à l’infini, des vallées vierges à n’en plus finir. Des idées de rando guidées me viennent en tête, pourquoi ne pas proposer des
treks natures sauvages pour des valides qui contribueraient, en payant leur participation, à la venue d’amputés dans le coin, une idée à creuser, une de plus !
 
Vers midi, nous reprenons la mer, le baro a entamé une nouvelle chute, cela nous prédit encore du vent fort et peut-être même de la pluie. Le golfe gigantesque est rempli de gros icebergs, toute la nuit passée, des détonations ont bercé notre sommeil ! Entre des glaçons à apéritif, nous pagayons. Une belle dalle plate nous permet de poser nos kayaks pour les bonnes « nouilles chinoises » party, la marée étant descendante cela nous facilitera la tâche pour reprendre le large. A 400 m de nous, deux pauvres pêcheurs  tentent de pousser un gros glaçon qui menace leur filet à morues. Moteur enclenché à fond, ils arrivent à sauver leur outil de travail, une opération remarquable qui démontre une fois de plus la difficulté pour survivre ici. Tout doucement, nous nous approchons sans les déranger, leur madrague est pleine à ras bord, à la main,  ils ramènent leur butin, un effort de gladiateur. Leur embarcation est minuscule, le poids du filet donne de la gîte à la barque, bien sûr ils n’ont pas de gilet de sauvetage et aucun d’eux ne sait nager, mais ici c’est comme ça…
 
Nous reprenons la route vers le sud. Le baro est toujours en chute libre, nous décidons de rejoindre Oqaatsut, le vent se renforce, la pluie s’installe, ce soir nous retrouvons avec joie la cabane…

Complainte des Baleines

7 août 2017
 

Interview Radio France Bleu RCFM lundi 7 août 2017

7 août 2017

Frank Bruno Officiel, en direct, depuis le Groenland…

Publié par France Bleu RCFM sur lundi 7 août 2017

Camp ouest Agdlugtodq

1 août 2017
 
Je ne sais pas si je suis plus heureux d’arriver ou de partir, c’est la quête du nomade, se poser en sachant que proche sera le départ. Le village abandonné d’Agpat est dans mon dos, le courant nous porte vers l’inconnu. Un phoque décide de jouer les bodyguards pendant une bonne heure mais ce loustic reste toujours à distance, alors je l’engueule mais plus je parle fort plus il tente de sortir  sa tête de l’eau pour savoir qui est le fada qui lui cause.
 
Le fameux cap où on m’avait prévu dangers et courant est d’un calme incroyable. La route occidentale de l’ile d’Agdlugtoq, n’est pas des plus faciles pour trouver des coins bivouacs, alors je cherche. Un premier arrêt me présente de gros galets, où il m’est absolument impossible de sortir Immaqa. Plus au sud, une plage de galets plus petits semble mieux mais les 3m² habitables sont difficiles à trouver. Depuis Qeqertaq, je possède la table des marées ce qui me permet de m’organiser, et là aujourd’hui le coefficient est faible et les hautes eaux vont se situer vers 17h30. Je décide donc de placer ma tente sur la plage face à l’île de Disko. Les très gros icebergs sont vraiment loin, donc en se désagrégeant ils ne feront pas de vagues ravageuses au bivouac des nomades polaires. Si les moustiques ont un peu diminué, ce sont les brûlots (entre la mouche et le moustique mais minuscule) qui pullulent, il y en a des milliards, impossible de rester sans moustiquaire de tête, un vrai calvaire. Vers 12h, je monte la tente pour manger ma truite saumonée déjà cuite, à l’abri et oui je me soigne !
 
Le ciel est gris et la température est douce sans rendre la tente comme un four. Je me repose, mais il y a un petit mais, mon moignon me fait souffrir le martyre. Les galets et la toundra rendent la marche casse patte, ma perte de poids aussi me rend plus ample dans l’emboiture de la prothèse, alors je serre les dents. Mais ce n’est pas ce détail qui va m’empêcher de vivre, il m’en faut plus pour me plaindre. Une fois le bivouac en place et la sieste organisée, je pars en clopinant à la recherche du grand lac à quelques boiteries de là. Immense, sublime et isolé comme jamais. Je n’arrive pas à croire que nous sommes le 1er août. Des glaciers, à perte de vue et des lacs plus beaux les uns que les autres…  Demain, je vais tenter de faire un beau bout de route pour retrouver un coin plus abordable, le coin de ce soir ne me plait qu’à moitié, je n’aime pas être aussi proche de l’eau…
 
La mascotte a de plus en plus la langue bleue, c’est grave docteur, ou ce sont les myrtilles ?

Libre, enfin libre

23 juillet 2017
 

Sommet

22 juillet 2017

Camp des victoires

21 juillet 2017