Et d’aventures en aventures…

13 août 2018
Ce matin est un matin comme un autre ici, calme, froid et silencieux.
Pourtant à la cabane bleue, deux potes se préparent à « l’aventure » ! Je
briefe mon binôme sur la journée à venir qui sera engagée et très certainement remplie de surprises. Le refrain habituel doit être entonné avant le départ ; explication du GPS, du téléphone sat, de la balise spot au cas où je serai en difficulté, ça n’arrive pas qu’aux autres !
Nous enfilons nos combinaisons de mer et nous partons vers le nord,
pour où ? Je n’en sais strictement rien ! Ifaraq file sur une mer ultra
plate, l’océan est très peu encombré de glace, le froid est saisissant mais
nous n’avons pas le droit de nous plaindre. Des gros icebergs sont encore
là, ils nous font de la peine : tous leurs copains ont déjà pris la route pour un long voyage. Nous pénétrons le grand golfe de Pakitsoq vers ces mers
intérieures mystérieuses qui m’attirent de plus en plus, il faudra voir avec le niveau de la marée qui est en face ascendante… Une baleine nous salue mais pas le temps de flâner, le « mystère » nous attend! Nous voilà devant le goulet de la grande mer fermée, le courant est jouable mais entre vous et moi j’ai les mains moites. La carte ne me donne pas les sondes, l’eau est blanchâtre il m’est donc impossible d’estimer la profondeur. Je m’engage, le courant secoue Ifaraq de toute sa quille, je donne de la puissance, nous rentrons en force. Nous y sommes! Déjà la dernière fois avec les jeunes, nous avions eu la chance d’y pénétrer mais c’était pile poil à l’étale, cette fois ci c’était plus « rock n’ roll » ! Nous filons plein pot, l’endroit est indescriptible, magique. Nous doublons l’île, celle devant laquelle les jeunes et moi avions fait demi-tour par prudence. Il nous reste 15 kms pour atteindre une autre gorge… Mais vers le nord, là où l’on devine la calotte glacière, un son, un bruit, un souffle nous surprend. Impossible, absolument impossible,
il ne peut y avoir de baleines ici ; le goulet est trop petit, pas assez profond! Aurions nous nos premières hallucinations ? Je change de cap et fonce dans une eau entre la couleur lait et turquoise. Nous essayons de comprendre, de deviner d’ou provient ce bruit. Un orque, un immense dauphin, pas un simple globicéphale polaire. Nous reprenons la route, je surveille la hauteur d’eau sur les berges, il ne faudra pas louper la sortie ce serait fatal, on m’a prévenu de multiples fois, mais ma curiosité est trop forte. Au bout d’une heure, il est temps de faire demi-tour, la sagesse prend le dessus. Dans le goulet le courant est rentrant, à 2000 tours minutes mon 75cv, est en pointe fixe, il lui faudra toute sa puissance pour passer ! Ouf on respire ! Nous reprenons nos esprits et la route vers la petite mer fermée pour y faire escale. Mon binôme est congelé, l’arrêt nouilles chinoises va nous réchauffer. Mais cette journée est un sacré cadeau. Une autre baleine nous salue ainsi qu’une bande de 30 phoques qui nous offre un sacré spectacle! Moteur coupé nous regardons faire ses pitres qui nous tiennent à distance. Le bateau bien amarré, une ancre derrière et deux amarres à terre, des milliers de petites mouches bouffeuses d’aventuriers du dimanche nous mettent à leur menu. Sac à dos cappelé nous cherchons rapidement un belvédère, vue à 360°, et suffisamment ventilé pour déjeuner sans nos moustiquaire de tête. Ces 4 semaines à jouer le restaurateur de maison bleue m’ont donné envie de baroude;  de l’autre côté du Belvédère, on aperçoit une cascade qui doit provenir d’un lac suspendu, nous tentons l’approche. La toundra est spongieuse, mais le pas est ferme.Au pied de la falaise une faille herbeuse pourrait être la clé de l’ascension. Je demande à mon pote s’il se sent de passer sans corde. Il est suisse valaisan et habitué des montagnes, il sera enchanté! Nous voilà engagés au milieu de nulle part, quelle sensation incroyable, à perte de vue pas âmes qui vivent, seulement nous et nos désirs de découvertes! Avec ma patte folle je suis extrêmement concentré, un loupé et adieu phoques, baleines et morues ! Sur un replat je joue de prudence, ici tout se ressemble, il nous faut cairner l’entrée de la vire, ce serait ballot de se perdre…
Au bout de 2h nous arrivons en place, le lac est là, notre mission est réussie. Je suggère au « capitaine du drakkar noir » d’ériger son propre cairn;  qui sait si un jour quelqu’un passe par là ! J’ai des doutes, lol !
Au retour, les phoques nous saluent dont un d’un peu trop près : il évite de justesse mon hélice et de finir par la même occasion dans mon assiette! La journée a été riche et  incroyablement fluide, avec un bel échange. J’en retiendrai un particulièrement lorsque mon binôme au cours d’une pause me pose « la » question : « Pour toi, c’est quoi l’Amour ? »
Whouaaaa….! J’aurais pu lui dire qu’aimer c’est la passion, c’est la fusion de deux êtres, c’est trembler de l’absence, c’est….  mais non.
Je lui ai dit simplement : « Aimer c’est offrir la liberté à l’autre, aimer c’est donner sans attendre rien en retour, aimer c’est devenir encore plus Homme, plus Femme…
 

A pluche

 
 
 
 
 

Sur-vie douce Toussaint 2016

2 novembre 2016
Quelque part sur Terre!

Quelque part sur Terre!

Coïncidence ou bien paradoxe de la vie, le week-end où l’on célèbre les morts, un stage de sur-vie, qui est un hymne à la destinée, s’organise pas à pas. Disons que le hasard n’existe pas et que c’est une excuse de nos anges gardiens pour se retrouver face à soi-même et partager un bout de vie. Personne ne se connaît, la difficulté va-être de souder le groupe pour un même objectif ; survivre. Je ne suis pas trop malléable et ces 4 jours ne sont pas des vacances mais bel et bien une initiation à une existence sans superflu. Chacun est muni d’une bâche comme abri et d’un sac de couchage pour les nuits, des rations, bien pensées sont distribuées, mais pour le reste il va falloir s’organiser. Je reprends comme leitmotive la maxime de Darwin : ce ne seront pas les plus riches, ni les plus forts qui survivront mais ceux qui s’adapteront. Les marches sont bien entendu silencieuses, le soir au coin du feu chacun pourra raconter son histoire mais dans ces longues journées, le silence est le maître de séance. L’observation, l’anticipation et l’écoute sont les règles de base, le bavardage n’a vraiment pas sa place ici. Au bout d’une piste en terre, le maquis dense nous attend, c’est pendant cette marche d’approche que le reste du stage va se définir. Pour les biens du déroulement il faut que moi aussi je sois en situation de « survie », alors j’improvise, suivant le niveau du groupe. Les nuits sont longues et il faut penser à bien des choses avant que l’obscurité n’envahisse le camp. Le feu est un rituel, une seule allumette pour le groupe qui devra démarrer le feu « sacré ». Il réchauffera, cuira la cueillette, éloignera la faune trop familière, et donnera un peu de lumière aux égarés volontaires. Tout en douceur je déroule le protocole de secours et les bases du sauvetage en milieu hostile. Une couverture de survie, un couteau et un briquet doivent être les éléments de base du randonneur. Ici les gadgets électroniques sont proscrits, le virtuel n’a pas sa place dans la « vraie » vie de nomade, alors tout le monde s’adapte. Le torrent semble accueillant pour le bain du soir et à mon plus grand bonheur tout le monde va s’immerger dans un cours d’eau à 8 petits degrés. Volontairement, je ne laisse que très peu de temps mort, la fatigue doit faire partie de l’initiation. Un corps harassé, ne fonctionne plus pareil, le cerveau n’analyse plus exactement de la même façon, alors il faut puiser dans son mental pour combler les manques. Malgré quelques cernes, je ne vois personne baisser la garde, un peu boueux et mal assis je sens tout le monde à sa place, là, dans ce stage de « vie ». Les glands de chêne sont un apéritif surprenant mais avec un peu d’astuce de préparation je vois certain se resservir. « Myrtille sur la crêpe », des champignons ont profité des derniers jours de pluie pour nous offrir, girolles, cèpes et les succulentes oronges, le riz déshydraté prend des airs de rizotto. Qui l’eût cru ! Les jours se déroulent avec leur part d’effort et de récompense mais les esprits, au fil des pas se rechargent en « essentiel ». Le confort change de case, le luxe n’est plus un bel hôtel ou une rivière de diamants, le luxe c’est quand on peut enfin s’asseoir et que le camp est au point pour passer une bonne nuit. Le confort c’est d’avoir sa boule de bruyère sèche en amadou au cas où il faille allumer un feu en urgence. Le summum, c’est quand la bâche est bien fixée juste assez pour qu’en un coup d’œil on puisse voire des milliers d’étoiles alors que certains pensent que 5 étoiles suffisent ! Vous voyez, la vie c’est simple alors si vous aussi vous avez envie de liberté, de joie simple mais profonde vous savez ce qu’il vous reste à faire… Devenir un Freeman est à la portée de tous, il suffit de faire un premier pas, le deuxième s’ensuivra puis le troisième etc etc.

L’important, est de jamais boiter dans sa tête…

 

Premier jour, tout beau, tout propre!

Premier jour, tout beau, tout propre!

Fini les sentiers balisés, stérilisés. ici on se perd à coup sur...

Fini les sentiers balisés, stérilisés, ici on se perd à coup sur…

Quand le bivouac est trouvé il faut commencer à s'organiser

Quand le bivouac est trouvé, il faut commencer à s’organiser

La cadette du groupe découvre l'amanite des césars, un régal du palais...

La cadette du groupe découvre l’amanite des césars, un régal du palais…

Ici la cuisine vaut mieux qu'un 5 étoiles, ici on est sous des milliers d'étoiles!

Ici la cuisine vaut mieux qu’un 5 étoiles, ici on est sous des milliers d’étoiles!

 

Heureux qui comme Ulysse entrepris un beau voyage...

Heureux qui comme Ulysse entreprit un beau voyage…

Une entente Corso-sicilienne. Attenti!

Une entente Corso-sicilienne. Attenti!

 

Un mental d'acier, elle ne lâche rien.

Un mental d’acier, elle ne lâche rien.

Au sommet le moment est au relachement

Au sommet le moment est au relâchement

Les ronces sont là pour rappeler le bon chemin

Les ronces sont là pour rappeler le bon chemin

Une équipe soudée et unie

Une équipe soudée et unie

Presque des sables mouvants

Presque des sables mouvants

Un passage délicat!

Un passage délicat!

Un dernier au revoir à la vallée perdue

Un dernier au revoir à la vallée perdue