Les médias en parlent

22 mars 2017

La presse en parle…

24 septembre 2016

14441037_10209383151468504_3972086829675630054_n

Les vies dansent…

9 février 2015

capt ecran LVD

Janvier 2006, aéroport de Paris Charles De Gaulle, avec Dume nous sommes surpris du nombre de personnes qui nous accueillent. Nous venons de réaliser une traversée à la rame de l’océan Atlantique, une course de gladiateur, où nous finirons sur le podium devant une multitude de valide. Mais je crois que vous connaissez par cœur cette épopée ! Parmi tout ce monde, une jeune femme caméra au poing nous attend. Fanny a entendu nos témoignages in situ sur France Info, elle veut en savoir plus sur nos bouts de vie. De là un Thalassa nous mettra à l’honneur, pour la jeune réalisatrice c’est son premier documentaire. Une grande amitié en est née, et depuis très régulièrement on se retrouve pour partager des bouts de stage pour le petit écran. En 2009 avec Olivier Bonnet elle rejoint la Galiote, une bande de jeunes éclopées est à bord, encore un sujet que Thalassa diffusera. La rencontre est forte et de cette semaine aux Lavezzi une idée germe : faire un documentaire sur des jeunes femmes amputées. Etre une demoiselle avec un bout en moins est un sacré défi à relever, le sujet est amené avec beaucoup de tact et de beauté, aucunement le pathos n’en ressort, jamais une fois le misérabilisme n’apparait. Mais les télés de l’hexagone, refusent le sujet, le reportage ne passera jamais sur le moindre petit écran. Je ne vais pas m’énerver, ou m’emporter, ce n’est pas aux médias à changer, mais à nous, les « différents » ! Le plan B est simple, car il y en a un, c’est la diffusion sur le net. Mais comme il n’y a pas de diffuseur pour payer ce travail de 6 années de rencontre, Fanny et Olivier font un appel au mécène pour finaliser le projet. Sur ce lien vous pouvez visionner le teaser du documentaire et devenir un humble souscripteur.

Un pas après l’autre.

L’Equipe Mag: Hors norme

25 février 2014

bando04Samedi dans les kiosques l’Équipe Magazine aura quelques pages dédiées aux borgnes-fesses du sport et de l’aventure, hors norme. J’ai le bonheur de faire partie de ses 10 acteurs

Pour patienter samedi deux vidéos tournées en Corse:

Chronique du paradoxe…

25 avril 2012

P4250068

Connexion, wifi, t’es où, je suis en mode look at me, i’m the nombril of the world… Les flics patrouillent, ils nous protègent, les pourris rodent, ils nous dépouillent. Les bons eux, sont tranquilles!!! Le portable dans la poche t’es localisé, la conversation qui va t’ébranler, coupée par la sonnerie plus importante que les yeux bleus océan devant toi qui se livrent. T’es pas sur le net ? C’est dommage j’aurai su qui tu étais ! Malheur à celui qui se déconnecte… Terroriste, celui qui cause aux oiseaux. Tu ne rentres pas dans la case, tu n’es pas dans le moule. Eux, c’est des mecs bien ! Qui ??? Mais les vendeurs de rêve en ligne. Les autres, les moutons sages qui parfois s’indignent plutôt que de s’amputer, se laissent encercler, parquer et attendent la  tonte. Khalife « paradoxe » est en convoi et souvent fauche le cliqueur de PC ! Merde, il m’a heurté ! Ouf, j’ai tout en poche, il m’a tout remis. Mon blog est là, mes face book aussi, il me manque un compte tweeter, on verra ça demain. « Paradoxe »  a passé son chemin, je suis mon errance, il faut que je m’allège la route est longue et mes épaules sont écrasées par le poids du sac des « choses importantes ». Je zappe face book, c’est vrai que je suis plus léger, je bloque mon blog contre un bloc et oblique. Waouh, c’est bon d’être en apesanteur! Encore un truc en moins, j’oublie mon portable, les brebis ont des puces moi je vire la mienne… Aux  croisés des chemins, une crique. J’entends les sirènes,  ici même Ulysse a mouillé son ancre. Sa nef a été prise en otage, le nouveau capitaine me fixe, je le reconnais, le khalife des paradoxes. Je baisse la tête, remets ma peau de mouton. C’est vrai quoi, l’air est frais, il faut se couvrir. Je remplis de nouveau ma besace de tout mon attirail et de nouveau je suis en contact… Ouf j’ai failli vous perdre !!!

Handi Média ou anti média?

24 février 2010

thalassa

Fanny et Olivier qui sont devenus des amis pendant leur tournage du dernier Thalassa. Improbable production est le nom de leur société !

Handicap et média !
Depuis que je me suis lancé dans la croisade Bout de vie je crois que je pourrai écrire un livre rien que sur ce sujet. Dieu sais si je connais du monde dans les hautes sphères parisiennes mais parfois la « croix » est difficile à porter. Je ne me plaint pas, Bout de vie ainsi que mes aventures ont eu droit à quelques couvertures médiatiques. Mais que d’efforts, de palabres pour un maigre résultat.
D’abord il y a les « innocents poètes » ceux qui démarrent le métier de réalisateur et qui croient avoir le sujet du siècle. Il m’aura fallu quelques tournages sans résultat pour comprendre le mécanisme de la « Télé » et des producteurs. Ensuite il y a ceux qui tournent mais veulent suivre leur schéma de reportage et hélas le résultat en est faussé, puis les miracles comme les grosses émissions où j’ai pu m’exprimer, je sais très bien que sans Bixente je n’aurais jamais eu droit au Drucker, Dumas, Fogiel…
Dans tout ça l’exception qui confirme la règle : Thalassa le magazine de la mer sur France 3.
4 reportages !

Et puis le régional et c’est vrai que pour ma part je suis bien servi, France 3 Corse est devenu une seconde maison qui me donne le droit de parole comme je le désire mais je suis gourmand et me dit que le national est plus fédérateur.

Après avoir obtenu le prix Peter Bird SPB certaines petites choses ont bougé, certes recevoir ce trophée (sorte de ballon d’or de l’aventure) est en premier une satisfaction personnelle (tellement d’énergie pour arriver au bout de mes défis) et peut être un accès plus facile à la vitrine médiatique.
Mais voilà on en revient toujours à la case départ sans recevoir 20 000 !

Une des plus grosse société de production Française m’avait détaillé, étudié, contacté et s’était lancée dans l’idée de produire ma balade au Yukon. Les 6 jeunes avec moi sur les premiers kilomètres et quelques rendez vous sur le fleuve pour des images. J’étais ravi mais mes précédentes expériences m’ont un peu rendu prudent voir méfiant.
Me rejoindre sur le Yukon n’est pas une mince affaire, pas ou très peu d’accès routier donc une seule solution l’hydravion !
Le budget en est conséquent mais pas vertigineux, certainement moindre que d’envoyer une poignée de pauvres « Bofs » dans une ferme ou sur une île à faire les guignols !

Mais voilà aujourd’hui j’apprends que cela ne se fera pas ! Je ne suis même pas déçu, car ce « trip » ce n’est pas une aventure ou un défi pour moi mais plutôt une initiation. Donc qu’on film ou pas je sais que cela va être fabuleux. Eh ! Je n’ai pas dit mon dernier mot une autre boite de prod est sur le coup mais ne vous inquiétez pas au pire j’aurais ma petite caméra et comme sur toutes les autres aventures je filmerai tant bien que mal cette belle balade.

France 3 Corse est déjà partante pour me monter gratuitement un film si j’arrive à ramener des images propres.

A propos, jeudi 25 février à partir de 14h30 le festival Mediterranéa de l’image sous-marine et d’aventure d’Antibes Juan les Pins diffusera le film de FR3 Corse réalisé par Jean-Charles Marsily « Giramondu », il a été sélectionné par le jury qui diffusera son palmarès dimanche 28 février.
Si vous êtes dans la région PACA se sera l’occasion aussi de visionner une belle série de films d’aventures.

Non Jo Zef , PACA ne signifie pas  Poêle  A Crêpe Adorée !!!

A pluche